15/09/2009

Les Puces

Le festival des arts de la rue Les Unes fois d’un soir de Lessines a accueilli ce 12 septembre le spectacle Les Puces, créé par la Compagnie Lune et l’autre que je suis depuis ses débuts et dont je me dois ici de souligner une fois de plus l’originalité.

les puces

 

Pour commencer, un rituel, fait de discipline militaire : les uniformes d’abord, sexués mais tout de blanc et de beige aux lignes diversifiées et élégantes.

Une jeune femme distribue les tickets au compte-gouttes par paquets de huit.

Pour passer le relais à un sourire Colgate auréolé de rouge incarnat, speed comme un jouet à ressorts qu’on remonte indéfiniment sans s’en apercevoir. Miss Colgate nous pousse dans la roulette avec son bâton de magicienne et nous explique le « règlement », toujours très important, le règlement !

Nous voilà à notre point de départ, chacun dans son couloir prêt à envahir l’arène.
L’arène est un grand marché aux fromages, chacun des spectateurs,  scotché à son carreau avant de passer au suivant, va faire de multiples rencontres, toutes plus folles les unes que les autres, chacune imprégnée d’habitudes exacerbées, celles que selon leur degré, la psychologie appelle tic ou tocs.

Interactivité, dialogues déjantés, sourires, éclats de rire, situations cocasses, personnalités borderline, grand échassier sur roulettes,  cireur de chaussures-bagagiste, savant fou en chaise roulante, femme fatale à renard à deux têtes, confidences près du berceau, baratineuse commerçante sortant la tête d'un caddy déglingué…et bien d’autres qu’il ne sera pas possible de rencontrer durant ces vingt minutes qui en paraissent trois !

Les petits travers de la vie mis à nu nous habillent de leurs mots cinglants ou tendres ou fous. Ces petits travers, ce sont elles, les puces, animaux parasites si doués qui pénètrent insidieusement dans nos vies et nous emberlificotent, nous transforment en gardiens du bien-être, du bien propre, du bien-consommer, du bien-parler.

Avec pour finalité, notre narcissisme et notre volonté d’en faire une religion pour tous.
Un regard acerbe sur la société, avec le rire pour support, que demander de plus ?

On en sort ravi, étonné ou perplexe.
Mais chacun garde dans son sillage un petit parfum de puce dans le cœ
ur.

 

Le spectacle sera présenté à Bruxelles en janvier 2010 et effectuera une tournée en France l'année prochaine, après avoir rencontré un succès au festival de théâtre des arts de la rue de Châlon-sur-Saône.

23:13 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (16) | Tags : theatre de rue, puces, tics, tocs, folie | Lien permanent