26/02/2009

Partir…

toile araig nb9049 3

 

Je ne vois pas la route
Elle s’est effacée quand j’ai ouvert la porte
Je n’entends plus la voix
Dès que je me suis approché
Elle s’est tue

Je ne crains plus rien que le silence
Et le silence est aujourd’hui ma vie
Il pénètre dans mes veinules
Asphyxie mon cœur
Estompe mon énergie.

Vivre au ralenti
A côté de son ombre
A l’heure où elle devient presque transparente
Inconsistante, inutile
Vivre le néant
Est-ce vivre encore ?

Je regarde une dernière fois par la fenêtre
Une nature devenue étrange
Devenue étrangère
Devenue brouillard

Je ne me souviens plus des traits de ceux que j’aime
Je devrais dire que j’ai aimés
Dans quel univers leur souvenir flou s’est-il glissé ?
Vivre sans chaleur
Est-ce vivre encore ?

Quand je m’éveillerai
Je ne sais dans quel monde
Aura atterri mon âme
Mais mon cœur, mon pauvre cœur
Sonne aujourd’hui le glas de mes espoirs
Vivre sans cœur
Est-ce vivre encore ?

Déjà la fatigue envahit tout mon espace mental
Alors s’endormir, s’éteindre, s’effacer
Plus tôt ou plus tard, qu’importe

 

A ceux qui un jour disparaissent sans crier gare...

A ceux qui restent ici confrontés soudain à leur absence...

19:47 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (10) | Tags : solitude, desespoir, silence, suicide | Lien permanent