07/12/2014

T'oublier

 

vagues rochers MG_2648 -variante.gif

 

Pour t'oublier

J’ai voyagé

Le bout du monde était si étroit

Que ses murs me renvoyaient ton ombre

Les vagues étaient si froides

Qu’elles me brûlaient encore

J’ai marché emblavée de ma peine

Sur les silhouettes oblongues dessinées sur le sable

J’ai cherché le gris de tes yeux

 

Les arbres tendaient leurs bras malingres

Où je cueillais des fruits imaginaires

De longues stries de sang

S’éteignaient dans les rêves

Auprès des roches silencieuses

Là ou mille fois

J’ai écrit ton nom avec des mots qui ne m’appartiennent plus …

 

Le lierre du temps dévoreur d’amour

Etouffe jusqu’à l’amorce de tes pas

loin loin loin


 

19:26 Écrit par Saravati | Commentaires (12) | Tags : oublier | Lien permanent

19/04/2012

Après l'été

Gand ombre arbreIMG_4097d.jpg

 

Il attend

Encore

Chien sans laisse

Délaissé

Qu’elle apparaisse

Dans la fine épaisseur

Du soir

La diaphane fraicheur

Du matin qui berce

Encore

Le murmure des enfants

À peine éveillés

Le chant des oiseaux

Noirs et gris

Se vautrant dans les herbes fraîches

Ou empêtrés dans les branches nerveuses.

 

Elle lui a dit

Pourtant

Que rien ne sera

Plus

Une ombre à peine sur le mur éventré

Dessinée sans passion

A la fin des semailles.

 

Elle a ouvert

La porte

Juste le temps d’un été

Entre deux orages

Entre les habitudes ancrées.

Les fleurs offertes

Ont allumé un pâle sourire

Sur la solitude rémanente

Comme une larme au bord d’un écueil

Ouvre la voie au monde.

 

Les doigts sur les lèvres

Ils n’ont dit que le silence

Brûlant

Ce feu qui couve

Ces braises qui ne finissent pas

Et les mots inutiles

Ont valsé dans les airs

Recouvert la rosée du petit matin.

 

Elle a ouvert

La porte

Pour le voir s’éloigner

Il n’a pas voulu comprendre

Que les prisons n’ont pas toujours des barreaux

Que le soleil dispensé n’est qu’un leurre.

 

Elle a oublié

L’odeur de sa peau

La couleur des prunelles

Le souffle exalté...

 

Lui n’a rien oublié

Âme en peine

Tombée dans la nuit

Profonde et inhumaine

Il attend

Que les volets muets

S’ouvrent

Une dernière fois …

 

17:48 Écrit par Saravati | Commentaires (16) | Tags : attente, porte, barreaux, oublier | Lien permanent