21/02/2010

Les démons intérieurs

_gargouilles  4  MG_4272

 

Pourquoi devrait-on supporter les démons intérieurs des autres quand ils sont tellement proches de nous alors que les nôtres sont déjà tellement pénibles ?
Sur les nôtres, nous avons quelque emprise, sur ceux des autres aucune, à part des tentatives d’intimidation purement théoriques.

Les démons en ce siècle de pseudo-communication et pseudo-mondialisation ont pris une extension déraisonnable avec l’avènement de la psychanalyse, psychologie et autres psy à portée de tout le monde.

Prôner l’irresponsabilité comme une valeur essentielle dans la société est loin d’être une sinécure. Pourquoi serait-on en effet responsable de cette surenchère qui nous porte à assouvir nos instincts de tous genres ?

Si j’arrive à endormir quelquefois mes démons intérieurs, ceux de mon entourage viennent alors me torturer, ils me lancent des cruautés, voire des insultes à la figure, ils me reprochent surtout, je pense, d’exister et d’être un frein à l’épanouissement complet de l’Autre.

Je n’aurais plus alors qu’à disparaître pour que l’Autre puisse jouer sa carte blanche sous de meilleurs auspices et avec des partenaires plus attirants.

Mais là encore, dans mes quelques moments de lucidité, j’ai conscience de m’accorder une importance que je n’ai pas. Je ne suis qu’un bouc émissaire de plus.

Je préfèrerais, certes,  être une feuille balancée par le vent, j’aurais la douce illusion d’être le ressort de ma liberté.
On peut toujours rêver les yeux éveillés !
Les démons avoisinants, les miens ou les autres ne manqueront pas de me rappeler à l’ordre…