03/12/2011

Une passade prolongée

blog,anniversaire

Il a quatre ans

Il ne croyait pas survivre aussi longtemps

Il croyait que ce défi était une passade

Il a pris de l’ampleur, étalé des ailes qui le font voler

Parfois jusqu’à vous

Vos visites l’agréent

Vos caresses le réconfortent

Vos petits coups de griffes le secouent

Il a grande faim des mots

Mais il ingurgite aussi des images

Il a grande faim de vos paroles

Il aime vous rendre la pareille

 

Je le cajole comme un bébé

Parfois j’ai envie de l’envoyer promener

Parfois il me lasse

Et je lui trouve des couleurs bien pâlottes

 

Alors je l’agite à mon tour

Et bientôt il réagit

En réclamant davantage

 

A tous ceux qui sont passés le voir

De manière éphémère

Ou plus fidèle

A tous ceux qui lui ont jeté quelques graines

En pâture

À ceux qui lui offert

Une forme douce d’amitié

A ceux qui ont disparu

Sans savoir pourquoi

Et qu’il n’oublie pas

Je dis merci 

22:55 Écrit par Saravati | Commentaires (15) | Tags : blog, anniversaire | Lien permanent

03/12/2010

Trois ...

trois bougies_ MG_4565 def.jpg

Trois bougies, trois.

Trois ans, une belle maturité pour l’objet en question : le blog (le vilain mot !), une certaine lassitude pour l’administrateur et les lecteurs.

Trois bougies perdues dans ces blogs anonymes. Un coup de vieux ?

Une histoire, oh, pas importante, mais une histoire.

De belles rencontres passées à la trappe pour mille raisons valables ou pas.

Des gens sympa, des gens très sympa, des gens inconditionnellement sympa, des gens éphémèrement sympa.

Des gens pas sympa du tout (tiens, ceux-là, j’ai tendance à les oublier, me demande bien pourquoi)

Des voix que je n’entends plus et qui me manquent. Des sourires évaporés dans la sphère.

Et plein de plumes, aras, marabouts, pies, flamants roses et blancs, comiques, poétiques, choquantes, avisées …

Toutes taillées avec soin pour un résultat varié

Des bagarres avec mon opérateur qui bouffe mes photos et laisse à leur place de grands espaces vides et désolés.

L’ouverture d’un nouveau blog plus facile mais qui a aussi ses petits défauts.

Donner à manger à l’un et à l’autre, ne pas faire de jaloux, ne pas leur accorder de préférence ni de spécificité pour qu’ils n’attrapent pas le gros coup.

Ne pas rester collée à ce clavier à attendre un signe du ciel pourtant pas clément.

Enfiler mes bottines de marche et faire craquer les feuilles.

Profiter de la belle lumière d’une journée d’automne.

Peut-être vous y rencontrer …

Merci à mes lecteurs passés et présents !

Trois ...

trois bougies_ MG_4565 def.jpg

Trois bougies, trois.

Trois ans, une belle maturité pour l’objet en question : le blog (le vilain mot !), une certaine lassitude pour l’administrateur et les lecteurs.

Trois bougies perdues dans ces blogs anonymes. Un coup de vieux ?

Une histoire, oh, pas importante, mais une histoire.

De belles rencontres passées à la trappe pour mille raisons valables ou pas.

Des gens sympa, des gens très sympa, des gens inconditionnellement sympa, des gens éphémèrement sympa.

Des gens pas sympa du tout (tiens, ceux-là, j’ai tendance à les oublier, me demande bien pourquoi)

Des voix que je n’entends plus et qui me manquent. Des sourires évaporés dans la sphère.

Et plein de plumes, aras, marabouts, pies, flamants roses et blancs, comiques, poétiques, choquantes, avisées …

Toutes taillées avec soin pour un résultat varié

Des bagarres avec mon opérateur qui bouffe mes photos et laisse à leur place de grands espaces vides et désolés.

L’ouverture d’un nouveau blog plus facile mais qui a aussi ses petits défauts.

Donner à manger à l’un et à l’autre, ne pas faire de jaloux, ne pas leur accorder de préférence ni de spécificité pour qu’ils n’attrapent pas le gros coup.

Ne pas rester collée à ce clavier à attendre un signe du ciel pourtant pas clément.

Enfiler mes bottines de marche et faire craquer les feuilles.

Profiter de la belle lumière d’une journée d’automne.

Peut-être vous y rencontrer …

Merci à mes lecteurs passés et présents !

16/05/2010

Nouvel espace

D'autres délires ont atterri sur une nouvelle piste.

Je serais heureuse de vous retrouver, une résidence secondaire en quelque sorte !

http://saravati.blogspot.com/

 

20:50 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (6) | Tags : blog, nouveau | Lien permanent

17/04/2010

Elle est partie

 

_mur boites aux lettres 2 MG_7451 def.jpg

 

 

Elle est partie, elle aussi, a claqué la porte, simplement laissé quelques traces.

La fatigue de l’obligation d’être une vache laitière distillant au jour le jour ses billets appétissants.

Produire, produire sans relâche pour une clientèle friande qui n’en a jamais assez.

 

Devoir justifier ses silences, devoir dévoiler ses humeurs, répondre gentiment ou ironiquement aux commentaires quels qu’ils soient…un apostolat, me direz-vous !

On entre en blog comme on entre en religion ?

Et rendre les visites, politesse oblige, sinon reproches ou représailles.

 

Tiens, il ne vient plus me voir ! Pourquoi ? Il ne m’aime plus ? Et elle, non plus. Fâchée parce que je lui ai dit ce que je pensais de ce qu’elle avait écrit un jour sans imagination ?

 

Mais elle, des commentaires, elle en recevait par grappes pas toujours touffues cependant.

Des petits rires étouffés, des clins d’œil, des jeux de mots…on se serait cru à la maternelle, des fois.

Elle semblait aimer ça, elle répondait avec fougue, toujours individuellement ou presque. Quand elle était fatiguée, un petit salut collectif devait bien leur suffire quoique un peu déçus, je pense !

 

Elle a raison d’arrêter quelque chose qui ne l’amuse plus. Dans la vie, quand on fait quelque chose de pas obligé, ça doit être avec plaisir. On a déjà tellement de contraintes ailleurs.

 

Ici c’est l’espace ludique, convivial, le plaisir de séduire à travers ses mots, de partager des souvenirs, des sensations, parfois d’exprimer sa peine pour ne pas la garder esseulée dans son coin !

 

Oui, elle a eu le mérite de partir, s’arrogeant d’autres projets, pour elle seule, cette fois.

Un peu triste de quitter ses complices de tous les instants d’évasion, mais aussi au regret de ne pas l’avoir fait plus tôt, d’avoir attendu que la lassitude s’installe, que l’obligation devienne à ce point pesante…

 

Pas de regret à avoir, chacun cherche son bonheur et le bonheur n’est pas quelque chose de linéaire, il fluctue avec l’âge, le temps, les lieux, les états d’âme.

 

Si je l’avais mieux connue, (j’ai bien essayé parfois de lui parler, mais elle semblait imperméable à mon langage) je lui aurais rendu ici un hommage pour sa fulgurance, sa vivacité, la légèreté de sa plume, sa sincérité, aussi, cette manière de se mettre à nu avec élégance.

Bonne route, à toi, écrivaine !

 

Ce texte est une variante de "L'écrivaine" posté en février 2010