13/02/2010

L’écrivaine

 

lampes lignes bleu IM 6110

Elle aimait le miroir qui lui reflétait son visage.

Se prendre en photo, le visage en pièces détachées
Comme un patchwork jamais complètement reconstitué

Chaque jour à recomposer
Être prise en photo, en public s’afficher

Regard sérieux
Yeux provoquant l’auditoire invisible qui, sous sa plume frémissait

Plume alerte, vive, sensuelle, nostalgique
Tous registres où elle excellait

Production presque quotidienne
Textes bien ficelés, uppercuts, impudiques, émouvants …persifleurs, sincères

Hormis quelques coups de blues qui faisaient se pâmer son troupeau d’admirateurs
Et même ses non-dits faisaient alors figure de chefs d’œuvre.

Badinage, flirt, plaisanteries, futilités, déclarations d’amours, rendez-vous, lectures au second degré, voire plus

Un sacré personnage que cette petite femme énergique

Je l’ai parfois suivie, admirée mais je me suis lassée des commentaires pantois ou banals qui accompagnaient ses petits esclandres.

Au fond, ce que j’aime le plus, moi, c’est la discrétion !

21:05 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (17) | Tags : auto-portrait, plume, textes, blues, commentaires | Lien permanent