20/08/2009

Nuit d’orages

orage red IMG_3774


Combien étiez-vous ?
Dans votre brouhaha incessant, je n’ai pas pu vous dénombrer.
Je ne vous aime pas quand vous déchirez le ciel angoissé. Vous me faites peur.

Vous m’avez autrefois, au pied des montagnes, fait croire à une imminente fin du monde, dans un concert de flashes qui a grondé toute une nuit.

Chaque fois que l’un d’entre vous, plus violent, plus vindicatif, se manifeste, cela me fait revivre ce moment d’horreur, ce bilan de vie dans une cage de Faraday dont à l’époque et dans les circonstances j’avais douté des qualités protectrices.
C’est un souvenir que j’abhorre encore, tout en  savourant le plaisir futile d’être toujours en vie.

Votre retour tonitruant me rappelle ma vanité, ma fragilité, ma velléité d’existence au gré de l’ampleur de votre courroux.

Vous êtes toujours là, vous ou un autre, ou encore un autre. Vous me narguez. Vous apeurez mon enfant qui dort et qui vous craint depuis sa petite enfance.

Partez, je vous en prie, l’herbe a assez bu, les vitres ont assez tremblé, les murs ruissellent de votre rage.
Ma fille sous votre menace promettra d’être sage et moi, je continuerai de vous craindre avec une forme de respect.
Angoisse, le plus lancinant des souvenirs !

08:01 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (16) | Tags : orage, angoisse | Lien permanent