01/02/2016

ces routes qui font de nos vies

une vie à nulle autre pareille ...


Lhasa l’avait chantée, la route.

Aujourd’hui pour elle la route se tait.

Ses chansons mélancoliques et sa voix éraillée restent dans les mémoires. Une opération des cordes vocales lui avait donné une voix presque banale, mais ses chansons resteront une magnifique intrusion dans son monde intime : J’écris des chansons pour m’aider à avancer, disait-elle humblement, Elles sont mes étoiles. Elles me guident dans la nuit.

A cette étoile qui n’a pas pu se poser, à tous ces segments de terre qu’elle a arpentés dès son plus jeune âge, à tous les sons qu’elle a modulés pour en faire des paroles familières...

 

route IMG_2832.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’étrange intimité de ces deux rails. La certitude qu’ils ne se rencontreront jamais. L’obstination avec laquelle ils continueront à courir côte à côte ... ( Alessandro Baricco)

Cette voie au milieu d’un désert sans fin, cette route  tracée depuis longtemps, abandonnée depuis presque aussi longtemps .

Le sable jaune ne la recouvre pas quand elle se transforme peu à peu en sel pour faire apparaître des mirages bleutés...

IMG_2739.JPG

20:44 Écrit par Saravati | Commentaires (9) | Tags : lhasa, route, salar | Lien permanent

22/01/2016

Sans fioriture

Ombre Cle IMG_3270-2.jpg

Sortie de nulle part si ce n’est des pierres

La petite fée sans ses habits du dimanche

Allait s’engouffrer dans un tunnel sans fin

 

Combien de temps passerait

Avant que ne reviennent

la lumière, sa douceur,

l’espoir

 

Combien de temps encore

Allait-elle renoncer à la compagnie

Factice des hommes ?


18/01/2016

Les osselets

osselets IMG_1887.jpg

Sur un carré de terrasse envahi par les mousses, les herbes et les terres éparpillées, nous jouions aux osselets. Oh, pas les osselets classiques que l’on achète au supermarché des jouets ou que l’on trouve dans les tiroirs des grands parents, oubliés de tous. Non, d’autres osselets, authentiques ceux-là, restes d’un pied de porc à la viande durcie. 

Les abats étaient le lot quotidien de viande dans cet univers pas riche. Alors les enfants devaient faire preuve d’imagination pour détourner les objets et les transformer en jouets acceptables selon leurs normes. Le plus rongeur d’entre-nous savait montrer les crocs pour achever le pied qui avait cuit pendant des heures sans parvenir à devenir presque comestible. Dans un groupe, il y toujours quelqu’un qui soucieux d’économie ou doté d’un appétit qui n’est pas de gourmet, fait office de finisseur. Pendant un temps indéterminé, il s’était acharné sur le pied, le tournant dans tous les sens, activant ses belles incisives tranchantes. Nous attendions patiemment que le grand nettoyage soit fini, que toutes les particules qui en vieillissant prendraient un  goût de pourri ou se muniraient d’une couche de moisissures selon les caprices du temps disparaissent dans cette incroyable bouche vorace. C’était un perfectionniste et le travail, même s’il durait longtemps, devait avoir fière allure ! 

Les morceaux étaient irréguliers, dame, il s’agissait de vrais osselets provenant d’un vrai animal, pas d’osselets d’opérettes ou préfabriqués dans une manière noble comme l’était le plastique, à l’époque.

Les osselets étaient alignés dans un désordre  dû à la fantaisie de leurs formes.

Formes biscornues qui devaient nécessiter un agencement des règles classiques du jeu. Mais nous n’en avions cure . Nous adaptions le jeu à notre fantaisie et nul arbitre n’était là pour nous contredire. Après la partie, les trophées étaient abandonnés sur le sol comme des orphelins privés de leur famille.

Ils restèrent ainsi pendant des mois traversant les saisons et même pas convoités par des prédateurs affamés. Longtemps après qu’ils avaient été enfouis par les intempéries, quelque jardinier nouveau-venu a dû les identifier, croyant à des vestiges de quelque cadavre d’animal. Il ignorait que ces osselets avaient leur propre histoire dans la nôtre... 

 

12:41 Écrit par Saravati | Commentaires (7) | Lien permanent

05/01/2016

Des bruits dans la maison

Je ne savais pas si je dormais, rêvassai, somnolais, il y a tant de mots qui signifient ces instants d’inconscience pleine ou partielle, ces états qui voguent entre deux réalités. Entre les fissures des persiennes légèrement relevées, je percevais un début de jour prometteur, un peu gris derrière les bourgeons de sureau sauvage. Mais une présence , des pas feutrés, des frôlements, la maison où j’étais seule semblait avoir acquis de nouveaux habitants...Je pensais que ces bruits parvenaient de la rue au bout de l’allée, mais ils étaient trop proches pour être vraiment étrangers. Je me suis dit : Arturo s’est réveillé parce que c’est le printemps, Arturo j’en ai déjà parlé ici, c’est mon compagnon fantomatique, celui qui me joue des tours, toujours aussi facétieux, égal à lui-même mais toujours aussi invisible. On avait sonné à la porte, une sonnerie timide et non redondante, le temps d’enfiler ma robe de chambre, le visiteur inattendu était déjà reparti, il faut qu’on soit vraiment motivé pour venir chez moi ! Je suis descendue, Arturo était reparti dans ses limbes avec ses froissements de pas et ses chaînes silencieuses, sans doute désappointé d’être toujours présumé coupable sans pouvoir prouver son innocence. Dans la cuisine, d’autres bruits m’attendaient, comme si quelqu’un tapait violemment à la fenêtre du premier étage.

IMG_0900 oiseaux.jpg

Pas vraiment rassurée, je montai les escaliers, atteignai le vélux d’où semblaient venir les fracassements. J’étais transportée dans le film Les oiseaux : deux formes noires de grande envergure se dressaient derrière la fenêtre et s’envolèrent à mon approche et firent des danses aériennnes de sioux sur les branches du chêne géant, escaladant le ciel aux nuages moutonneux. Ils revinrent à plusieurs reprises becqueter la vitre, ils ne m’ont pas dit et je n’ai pas non plus compris ce qui sous les combles attirait leur convoitise. Parfois, par delà les cerisiers qui rosissent, il m’arrive de les entendre et de voir leurs grandes ailes se déployer dans le ciel comme des ciseaux gigantesques tailleurs de nuages.


12:03 Écrit par Saravati | Commentaires (14) | Tags : oiseaux, peur, bruits | Lien permanent

15/12/2015

Le monde t'appartient

IMG_3239.JPG

Toi le monde t’appartient

Maintenant.

Ton regard colore un monde plein d’espoirs.

Tu n’as que faire de la pauvreté qui règne autour de toi.

Tu sais déjà que le monde sera tel que tu le veux ou peut-être pas.

Tu savoures ce moment sans penser à demain.

La sagesse se lit dans tes yeux et parle le langage universel des enfants.


 

09:11 Écrit par Saravati | Commentaires (7) | Lien permanent

01/12/2015

A chacun sa planche

IMG_4270.JPG

11:30 Écrit par Saravati | Commentaires (6) | Tags : chien, mer, planche | Lien permanent

22/11/2015

Un air triste de saison

rouge 2 IMG_4257.jpg

Exprimer des états d’âme personnels quand tout s’écroule autour de vous.

Quand le monde s’écartèle en deux parties qui ne peuvent trouver la paix

Parce que leurs histoires sont longues et truffées de conflits, d’intrusion, de violence, d’injustice, de cupidité, de soif de pouvoir.

Les vrais acteurs restent dans l’ombre, hommes de pouvoir ou hommes de tensions

Les véritables enjeux sont voilés

Les véritables discours sont de mots sans expression sincère

 

Et pendant ce temps, des gens qui ne voulaient qu’être bien dans un moment de loisirs

sont déchiquetés, ensanglantés

Pendant que d’autres reçoivent des bombes téléguidées qu’ils n’ont pas méritées

 

Les discours et les bombes n’ont jamais sauvé personne, même si ceux qui les pratiquent font semblant de croire en leur efficacité

 

Voilà pourquoi nos états d’âme sont parfois si superflus ...


 

02:08 Écrit par Saravati | Commentaires (11) | Lien permanent

09/11/2015

Solitude ensablée

IMG_0759 solitude ensablée.jpg

30/10/2015

Guerre

train IMG_2651.jpg

Fiers de leur capacité à écrire la guerre, à l’inventer, les hommes ont trouvé dans cette supériorité d’autres hommes en face d’eux pour leur répondre avec la même violence, la même hystérie.

Rien ne justifie le sens d’une guerre sinon la rage qu’on y apporte sans vraiment se poser la question.

Se défendre ou attaquer, n’est-ce pas la même chose selon l’angle où l’on se positionne.

Ils ont injecté leur venin de guerre partout à l’extérieur des frontières où ils dessinaient l’ennemi, le mal.

Mais aussi à l’intérieur de leurs vies, dans la société où ils ont fait du pouvoir un nouvel enjeu, dans leur milieu où ils ont opprimé d’autres êtres pour récolter sans trop d’efforts le fruit de leur travail. Ils ont créé des jeux de rôle où chacun devait se tenir à la place définitivement assignée. Ils ont sacrifié des vies pour améliorer leur confort. Ils ont menti pour déguiser leurs intérêts cupides. Ils ont balayé leurs scrupules pour se donner bonne conscience. Ils ont revendiqué leur liberté en occultant le prix que les autres devaient payer pour qu’elle soit. Ils ont prôné leur supériorité sur les mal-pensants, les faibles, les pauvres. Ils se sont adjugés la responsabilité de décider pour les autres comme si c’était un don de providence.

Ils ont clamé l’amour nouveau même si construit sur un échafaudage bancal...


 

 

15:50 Écrit par Saravati | Commentaires (8) | Tags : guerre | Lien permanent

16/10/2015

Le petit oiseau aime aussi les couleurs ...

oiseau IMG_3695.jpg


 

 

22:28 Écrit par Saravati | Commentaires (6) | Lien permanent