08/09/2015

Travaux d'aiguille

 

IMG_7670-2.jpg

 

Dans l’embrasure de la fenêtre

Je dessinais son  regard sévère penché sur le travail

Le fil accroché à l’épaule par une épingle de nourrice

Elle filait doux les mailles perlées

 

Elle inventait

Des points magiques

Qui dessinaient des fleurs

Des branches

Harmonisaient des couleurs rares

Faisaient sourire les frisures

Au creux des nœuds

 

Même dans l’obscurité le fil la suivait

Sans rechigner

Ses yeux brillaient comme des étoiles

À l’ombre des bergers

Il se faisait douceur ou force tranquille

Selon la partition qu’elle dirigeait

En chef d’orchestre magistral

Et pourtant silencieux

 

Et moi, petite fille curieuse

Qui avait eu la chance d’apprendre

Les travaux d’aiguille à l’école

Parce qu’une fille se devait encore à l’époque de savoir manier les doigts

Je la regardais hébétée

Les aiguilles suspendues dans l’espace

Sans le ressort des aisselles

 

Je pensais que ces bras suspendus

Enserrant doucement les barres métalliques

Devaient sentir le poids de la pression

Je me disais qu’elle avait des pouvoirs

Pour lutter contre la pesanteur même infime

Des aiguilles hyperactives

 

Elle me disait

Dans mon pays

C’est ainsi que l’on travaille

Détaché du corps

En harmonie avec les pensées de l’âme

Qui furètent dans les coins des souvenirs.

 

11:05 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (10) | Lien permanent

13/03/2015

Les yeux noirs

chien sami IMG_2826-2.jpg

Il avait de beaux yeux noirs

Et le pelage blanc des ours polaires

Elle avait de beaux yeux noirs

Et les cheveux noués assortis

 

Sous la tente sami

Elle l’avait pris une fois de plus

dans ses bras

sentir la chaleur du poil

la confiance du souffle apaisé

Elle le regardait avec amour

Lui qu’elle avait sorti tout humide du ventre de sa mère en souffrance

Il n’avait pas oublié les premiers gestes

Ceux qu’elle lui avait prodigués avec une tendresse mi-humaine mi animale

tableau gravé

couleur demi-teinte à travers l’épaisse toile blanche sous le soleil d’été

Instant partagé

Complice sérénité

 

Aujourd’hui devenue femme

Pense-t-elle encore au solide chien de traineau

Parti vers son destin de neige ?


22:41 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (7) | Lien permanent

11/02/2015

Casiers

Alvéoles IMG_9351.jpg

Chacune de tes pensées

chacun de tes mots

chacun de tes regards

Quand tu fus parti pour de lointaines amours

Je les ai rangés dans des dizaines de casiers

Tous pareils et différents

 

Ils avaient creusé dans ma mémoire

D’interminables chemins

De lumineuses réminiscences

Ils ont gardé malgré ton déni

Leur présente beauté

Leur douce connivence

Comme une caresse toujours vive et vivante

 

Tes anti-mots d’aujourd’hui

Je ne les entends pas

Leur fréquence n’atteint pas le pavillon de ma conscience

 

Un jour ce sera toi qui ouvriras les casiers

Comme des cages aux oiseaux prisonniers

Toi qui délieras le printemps

Et verras s’envoler des nuées de papillons d’argent


13:49 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (7) | Tags : casiers, cages | Lien permanent

16/10/2013

Mises en scène

Alignées IMG_9283.jpg

D’un geste grandiloquent

Il alignait les Dinky Toys

Prenait du recul.

Il fallait que l’ordre fût absolu

L’alignement magistral

La palette de couleurs

Taillée à la perfection

Le jeu des ombres

Délicatement sculptées.

Cent fois il revenait

Maquillant un détail

Modifiant un paramètre infime

Redressant un poteau bancal

Ajoutant quelque silhouette

Pour donner une asymétrie calculée.

 

Il passait des heures et des heures

Du haut de sa tour géante.

Les figures là sur le sol ferme

N’avaient qu’à bien de se tenir

Ne pas prendre d’initiative malvenue

Par peur de représailles.

Il aurait pu

A l’instar du domino

Balayer d’une seule main

Cet équilibre précaire

11:11 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (9) | Tags : ordre, perfection, domino | Lien permanent

09/10/2013

Clair de lune

clair de lune IMG_9699.jpg

Comme une dernière scène au clair de la lune

Ombres mêlées

Couleurs très passées

Juste ce qu’il faut d’intensifié

Un clocher reverdi

Des couleurs d’aquarelle

Ecrasées sous les flashes

 

Un enfant sur un mur perché

Filiation vestimentaire

L’homme apparemment tranquille

Foulard rouge lui aussi

Vestige d’idéologie passée

 

Ronge-t-il son frein

sous l’heure douce

De la fête en finition

 

Le poing fermé dans le dos

Au mur collé

Seul peut le certifier.

28/07/2013

Réverbère-moi

Entrer des mots clefs

 Toi qui m’as tant parlé de tes promenades en solitaire à travers les rues de la grande Ville, l’une des plus aimées au monde, paraît-il, celle dont les habitants tancent leurs voisins de province d’un air parfois hautain,

Toi qui déambules à l’heure où l’on rentre chez soi, où l’on se calfeutre pour se protéger du froid, où l’on se détend après la course obligée,

Toi tu restes là, fidèle à ton poste de gardien des hauts murs, des belles tours, des statues équestres ou à pied, des fontaines pas encore taries par le réchauffement de la terre présenté comme un monstre du Loch Ness.

J’aimerais me transformer en réverbère au coin d’une rue pas bien éclairée pendant que tu scruterais quelque détail du paysage urbain pour en faire un cliché historique au regard de ton histoire.

Tu avancerais à reculons ou en zig-zag sans me voir, hypnotisé par cette chose qui ne peut échapper à l’acuité de ton regard et tu m’embrasserais sans violence car je me serais faite toute douce à ton approche.

Peut-être que tu pesterais devant cette présence impromptue qui jaillit sur ta route comme un geyser au milieu des rochers.

Vite je t’enverrais une onde de tendresse et ta colère tomberait sans couperet…le temps d’un sourire.

Alors je disparaitrais aussi vite que je suis apparue et il ne restera dans ta mémoire qu’un soupçon d’une présence bienveillante…


22:03 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (10) | Lien permanent

06/02/2013

Se perdre ...

passrelle IMG_6672 -3.jpg

J’avais cru en l’instant me perdre dans le vide

Lassée de la vie qui érode

Le frottement des longes contre les rochers

Ne peut rester sans conséquence.

Je croyais avoir 20 ans

Les tas de cailloux venus gonfler

L’escarcelle du temps

Je ne les ai pas calculés.

Dans la fièvre des ressentis

Le cœur qui palpite

A toujours cette ardeur printanière.

Je n’ai pas monnayé les forces que je n’avais pas

Juste un peu marchandé

Le volume des capacités

Balancer l’inquiétude

Oublier qui je suis

Où je suis

Oublier

Les écueils

Faire fi des fissures

Narguer les abimes

Ne scruter que le ciel

Dans sa parure de gris-vert

Compter les étoiles

Des sensations réveillées

Sur le tard

Par amour pour l’inconnu déguisé

En beau prince

Des mille et un ennuis.

J’ai caressé le péril

L’ai semé autour de moi

La chaine tremble encore

De ses frissons de vies

Prêtes à décrocher.

 

Mourir au faite des montagnes

Dans la belle lumière d’été

Mourir de n’avoir pu s’arrêter

Mourir à la belle étoile

Parmi les filantes

Et se perdre dans un semblant d’espoir.

 

Et pourtant des demains n’ont cessé d’arriver

Lestés du parfum d’abandon

Des rênes de la solitude

Des cordes du non-recevoir …

 

14:02 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (17) | Lien permanent

24/09/2012

Mort d'un amour

 

couple bicyclettes chaussures MG_9883  def.jpg

La mort d’un amour

C’est encore un commencement à revers

Reprendre une liberté illusoire

Se satisfaire du peu qui reste

Lui permettre de grandir

Lui donner l’attrait d’un choix raisonnable

 

Les quelques épines qui restent à l’affût

Ne peuvent nier la beauté des instants

Gommer les malentendus naissants

Les clins d’œil complices

Les fous rires à l’arraché

 

La mort d’un amour

C’est encore une caresse

Revue et corrigée

Vestiges scintillants

Des souvenirs soyeux

 

La mort d’un amour

C’est l’espoir d’un demain

Sans flétrissures apparentes

Un demain

Qui peut encore s’habiller

De voiles transparents

Pour cacher la rugueur

Des corps égratignés

 

La mort d’un amour

Tu ne l’as pas vu arriver

Je ne t’en ai pas parlé

A quoi bon raviver

Les braises endormies ?


13:16 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (15) | Tags : amour, malentendu, braises | Lien permanent

21/07/2012

Fonte en bulle

 fille escalator atomium IMG_9317def.jpg

Au fur et à mesure que nous descendions dans la bulle, tu t’es peu à peu liquéfié.

C’était encore à l’époque où je croyais en la pérennité de l’amour, dans l’ivresse fleurie des sentiments.

Quand j’ai atteint le fond, il n’y avait nulle trace de toi.

De mauvais esprits, sans doute jaloux, ont prétendu que depuis le début j’étais seule m’entretenant sans vergogne avec un être qui n’existait qu’à l’état d’embryon dans mon esprit malade et avide de partage …

 

14:29 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (15) | Tags : liquéfié, amour, embryon | Lien permanent

15/07/2012

Le bagne

le bagne_MG_0868 (864 x 576).jpg

En plein coeur de Paris ...

le bagne ...

avec le sourire !

11:28 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (8) | Lien permanent