05/01/2016

Des bruits dans la maison

Je ne savais pas si je dormais, rêvassai, somnolais, il y a tant de mots qui signifient ces instants d’inconscience pleine ou partielle, ces états qui voguent entre deux réalités. Entre les fissures des persiennes légèrement relevées, je percevais un début de jour prometteur, un peu gris derrière les bourgeons de sureau sauvage. Mais une présence , des pas feutrés, des frôlements, la maison où j’étais seule semblait avoir acquis de nouveaux habitants...Je pensais que ces bruits parvenaient de la rue au bout de l’allée, mais ils étaient trop proches pour être vraiment étrangers. Je me suis dit : Arturo s’est réveillé parce que c’est le printemps, Arturo j’en ai déjà parlé ici, c’est mon compagnon fantomatique, celui qui me joue des tours, toujours aussi facétieux, égal à lui-même mais toujours aussi invisible. On avait sonné à la porte, une sonnerie timide et non redondante, le temps d’enfiler ma robe de chambre, le visiteur inattendu était déjà reparti, il faut qu’on soit vraiment motivé pour venir chez moi ! Je suis descendue, Arturo était reparti dans ses limbes avec ses froissements de pas et ses chaînes silencieuses, sans doute désappointé d’être toujours présumé coupable sans pouvoir prouver son innocence. Dans la cuisine, d’autres bruits m’attendaient, comme si quelqu’un tapait violemment à la fenêtre du premier étage.

IMG_0900 oiseaux.jpg

Pas vraiment rassurée, je montai les escaliers, atteignai le vélux d’où semblaient venir les fracassements. J’étais transportée dans le film Les oiseaux : deux formes noires de grande envergure se dressaient derrière la fenêtre et s’envolèrent à mon approche et firent des danses aériennnes de sioux sur les branches du chêne géant, escaladant le ciel aux nuages moutonneux. Ils revinrent à plusieurs reprises becqueter la vitre, ils ne m’ont pas dit et je n’ai pas non plus compris ce qui sous les combles attirait leur convoitise. Parfois, par delà les cerisiers qui rosissent, il m’arrive de les entendre et de voir leurs grandes ailes se déployer dans le ciel comme des ciseaux gigantesques tailleurs de nuages.


12:03 Écrit par Saravati | Commentaires (14) | Tags : oiseaux, peur, bruits | Lien permanent

Commentaires

C'est très beau !

En te lisant j'ai l'impression de voir ces oiseaux.

MERCI pour ce partage

Bises et bonne continuation.

Écrit par : Neila | 05/01/2016

Répondre à ce commentaire

C'était sans doute pour te déposer des vœux de bonheur pour 2016 !!!
Petit messager envoyé par un joyeux fantôme...

Écrit par : Pâques | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

@ Neila
Je dois dire qu'ils n'avaient pas l'air très avenant !

@ Marcelle
Tu vois toujours le bon côté des choses et j'accepte en souriant le message de on joyeux fantôme :-)

Écrit par : saravati | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Eh oui, c'est carrément l'angoisse :-) mais comme le suggère Marcelle, c'est aussi une question d'interprétation, l'histoire du demi verre...On va opter pour le joyeux fantôme et les voeux de bonheur déposés par la gent ailée.

Bonne et Douce Année, Saravati à toi et à tes proches
et bonne continuation pour ton talent d'écriture !

Écrit par : fifi | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Un très beau texte comme je rêve d'en écrire. Je refuse de l'interpréter pour rester dans la magie des mots et de cette atmosphère onirique.
Tous mes voeux également pour la nouvelle année et si je peux en formuler un tout particulier, continue d'écrire dans la même trame, j'ai adoré ce récit et j'en redemande.

Écrit par : almanito | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton commentaire, je vais vérifier si chez d'autres correspondants le problème est le même. Merci encore ! Bonne soirée à toi !

Écrit par : fifi | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Comme ce texte est beau et comme j'aime la douce progression de l'interrogation!

La finale noire et ailée m'aurait fait hurler et je n'ai pas regardé la vidéo car la peur panique des oiseaux vus de près est ma seule et immense phobie, Aurore.

Écrit par : michèle | 09/01/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai vérifié chez 5 autres correspondants, j'arrive toujours à la bonne adresse et comme toi, j'ai atterri "nulle part" en cliquant sur "fifi" ici. Mystère !

Écrit par : fifi | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

Bonne et heureuse année Saravati, plein de belles chose pour cette année 2016 qui débute, bisous

Écrit par : Kenza | 13/01/2016

Répondre à ce commentaire

Ah j'ai bien fait de revenir... Mon com d'hier à été avalé... sûrement par Arturo votre visiteur de la nuit LOL -Moi aussi parfois j'entends frapper à ma porte, cela me réveille et il n'y a personne ?? des années que cela me le fait.

Nous voilà à la reprise BLOG 2016 que va t-il se passer?? je vous embrasse Claire de Nice

Écrit par : claire | 14/01/2016

Répondre à ce commentaire

Hello;

J'ai garé à nouveau ma goélette dans la région;
Beau sujet des présences suspectes, dommage que la vidéo d'Hitchcock soit barrée d'un pub indécollable ^^
Besos ♥

Écrit par : Jack Le Pirate | 15/01/2016

Répondre à ce commentaire

Le mystère et l'étrangeté du demi-sommeil, moment de tous les possibles. J'aime beaucoup cette ambiance.
Tous mes vœux pour une belle année et beaucoup de petits délires, Saravati.

Écrit par : Danièle | 17/01/2016

Répondre à ce commentaire

Merci à vous tous pour avoir osé vous aventurer dans ce monde d'oiseaux, tous mes voeux pour 2016 sans cauchemar avec beaucoup de petits ou grands bonheurs !

Écrit par : saravati | 18/01/2016

Répondre à ce commentaire

Rêve éveillé... plein d'atmosphère.

Écrit par : Tania | 18/01/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.