08/09/2015

Travaux d'aiguille

 

IMG_7670-2.jpg

 

Dans l’embrasure de la fenêtre

Je dessinais son  regard sévère penché sur le travail

Le fil accroché à l’épaule par une épingle de nourrice

Elle filait doux les mailles perlées

 

Elle inventait

Des points magiques

Qui dessinaient des fleurs

Des branches

Harmonisaient des couleurs rares

Faisaient sourire les frisures

Au creux des nœuds

 

Même dans l’obscurité le fil la suivait

Sans rechigner

Ses yeux brillaient comme des étoiles

À l’ombre des bergers

Il se faisait douceur ou force tranquille

Selon la partition qu’elle dirigeait

En chef d’orchestre magistral

Et pourtant silencieux

 

Et moi, petite fille curieuse

Qui avait eu la chance d’apprendre

Les travaux d’aiguille à l’école

Parce qu’une fille se devait encore à l’époque de savoir manier les doigts

Je la regardais hébétée

Les aiguilles suspendues dans l’espace

Sans le ressort des aisselles

 

Je pensais que ces bras suspendus

Enserrant doucement les barres métalliques

Devaient sentir le poids de la pression

Je me disais qu’elle avait des pouvoirs

Pour lutter contre la pesanteur même infime

Des aiguilles hyperactives

 

Elle me disait

Dans mon pays

C’est ainsi que l’on travaille

Détaché du corps

En harmonie avec les pensées de l’âme

Qui furètent dans les coins des souvenirs.

 

11:05 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (10) | Lien permanent