31/08/2015

Hector

Deuxième version : Hector vue par Eglantine

 

_MG_2293.jpg

Je m’appelle Eglantine. J’appartiens à une famille modeste mais chaleureuse.

J’ai un petit frère que j’adore, Hector, qui est très beau et que tout le monde aime.

Depuis quelques mois, il ne me fait plus ses confidences comme par le passé.

Hector est amoureux, je le sens. Je l’ai aperçu l’autre jour au volant de sa vieille voiture avec une jolie blonde. Il a fini par la ramener à la maison car il n’est pas enclin aux cachotteries.

Elle est un peu excentrique Aglaé, je vois qu’elle a une grande influence sur Hector et j’ai un peu de mal à passer le relais.

Je crois qu’elle s’est bien rendu compte qu’Hector m’est attaché, alors elle se méfie un peu.

Elle vient à la maison à n’importe quelle heure, s’y incruste, pose ses marques.

Bien qu’autoritaire, elle a séduit toute la famille, a de longues discussions avec mon père, semble vouloir lui donner des conseils. Papa est marchand ambulant, ça fait plus de 20 ans qu’il vend des glaces, ce n’est pas un métier où les rentrées sont régulières mais on a adapté notre train de vie en fonction des saisons. Hector fait de petits boulots, il n’a pas fini ses études mais c’est un garçon courageux. Moi je travaille au service abonnements d’une association de consommateurs, je viens de me marier, j’habite à deux pas de la maison familiale mais je suis régulièrement chez les parents, encore plus, depuis qu’Hector « fréquente » parce que je ne voudrais pas qu’il tombe dans de mauvaises mains.

Ces derniers jours, Aglaé est un peu patraque, Hector est aux petits soins, ils tiennent ensemble de longs conciliabules dont rien ne filtre.

Aglaé s’arrondit, elle vient de nous annoncer sa grossesse. Hector prendra ses responsabilités : ils vont se marier d’ici quelques mois. D’ailleurs, Aglaé qui avait un petit capital vient de lui acheter une voiture flambant neuf pour remplacer sa vieille guimbarde et pour le futur confort de la mère et l’enfant.

Ils sont sur un nuage, Aglaé a proposé du travail dans la firme où sa tante est directrice du personnel.

Elle a aussi persuadé le père qu’il y avait aussi un poste pour mon père. Elle a trouvé un amateur pour racheter le camion, cela permettra de payer partiellement le mariage.

Car Aglaé veut un grand mariage, une belle robe blanche, une grande salle et beaucoup d’invités. Cela compensera le vide de vie familiale qui l’a affecté pendant son enfance.

Elle se charge de toutes les démarches : trouver une salle, contacter le traiteur, envoyer des cartons d’invitation, faire les listes d’invités, chercher un orchestre (c’est bien plus classe qu’un DJ)

Le ventre d’Aglaé s’arrondit (elle avait prévu une robe ample, heureusement !). Les nausées ont disparu, les jumeaux se portent bien ... mais je n’ai pas eu le droit de voir les échographies jusque maintenant, elle me dit être un peu superstitieuse ...

Dans un mois, Hector et Aglaé se marient (il commence à être temps) mais j’ai encore des doutes sur les facultés d’organisation d’Aglaé : rien ne transparaît, elle maintient le plus grand secret. Quelques membres de la famille ont réagi par rapport à l’invitation.

Je ne connais pas la salle qu’elle a réservée, elle me dit que c’est une salle qui vient juste d’être inaugurée et qu’ils n’ont pas encore fait de publicité.

Alors, j’ai un peu fouiné, l’adresse est un peu floue, j’ai trouvé sur un papier d’Aglaé le nom du traiteur : ce n’est pas n’importe qui : c’est le plus réputé de la région. Je suis un peu inquiète car ses tarifs ne sont des plus démocratiques.

Un jour de congé, je décide de me renseigner et d’aller trouver le traiteur : celui-ci, effaré, n’est au courant de rien, il épluche son planning mais ni Hector ni Aglaé ne font partie de son listing.

Entretemps, Aglaé fait la navette entre la clinique et la maison, ses bébés devraient bientôt naître, chaque fois, elle revient, déçue : ce n’est pas encore le moment, le gynécologue a dû se tromper dans les dates et le ventre ne grossit plus vraiment...A force de lui poser des questions, Aglaé avoue qu’il s’agit d’une grossesse nerveuse et que les bébés, ce sera pour plus tard, après le mariage.

Mon père n’a pas trouvé l’emploi espéré, il n’a plus de camion et pas de moyens pour en racheter un.

Seul Hector surnage au milieu du déluge d’imprécisions, de troubles de vérités.

Il est toujours aussi amoureux de son Aglaé et lui pardonne tout. Je ne sais pas ce qui va se passer.

Dernièrement une femme est venue sonner à notre porte, elle prétend être la maman d’Aglaé.

Elle dit qu’elle n’a plus qu’elle comme famille depuis qu’elle a fait de la prison, qu’Aglaé doit l’aider et sa nouvelle famille d’adoption aussi. Mes parents sont restés sans voix, ils croyaient qu’Aglaé était orpheline. La mère fraîchement arrivée nous révèle qu’avant sa détention, elle avait fait soigner Aglaé qui souffrait d’un grave trouble de personnalité accompagné de mythomanie.

Nous en sommes là aujourd’hui. Hector ne voit qu’une chose : Aglaé l’aime vraiment et le reste, au fond, n’est que secondaire...


10:06 Écrit par Saravati | Commentaires (6) | Lien permanent

Commentaires

J'ai lu avec délice... même si l'histoire est ignoble et qu'il n'a qu'Hector pour y voir de l'amour. Ces pièges à la grossesse existent encore, et comment! Et j'ai connu autrefois un pauvre petit jeune homme qui, suite à une dispute, avait quitté son pays - l'Autriche - et ses parents. Un angelot, délicieux et naïf. En Italie il a connu une créature de rêve mais affligée d'un boitement. Mais qu'il l'aimait, lui, pauvre petite chérie pure et tellement folle de lui. Elle vivait chez son oncle qui la battait. Elle est miraculeusement tombée enceinte, et ils se sont mariés. Et l'oncle était l'amant. Et lui, le petit, on l'a mis sur la rue pour mendier...

Écrit par : Edmée De Xhavée | 01/09/2015

Répondre à ce commentaire

Une histoire genre Oliver Twist que tu nous racontes-là ! Affreux là aussi. La naïveté fait souvent les choux gras des profiteurs ...

Écrit par : saravati | 01/09/2015

Pouvoir oser Aimer? Espérer partager un Rêve à vif ... ouais! Pourquoi ne pas y croire? Pourquoi ne plus y croire?
Vous avez raison, la naïveté est une de ces joies qui profite aux sans âme, aux manipulateurs mais qu'est-ce que c'est magnifique de savoir encore faire confiance à l'Autre.
Je suis très vite retourné me consoler auprès de votre première version...
Pat.

Écrit par : Pat. | 02/09/2015

Répondre à ce commentaire

Romanesque? Drame sentimental, social? L'histoire défile comme un film où la caméra (ou le micro) passe de l'un à l'autre en toute subjectivité. Version d'Hector attendue.
Esquisse d'une nouvelle ou d'un roman?

Écrit par : michèle | 04/09/2015

Répondre à ce commentaire

@ Pat
Pouvoir faire confiance à l'Autre, c'est beau de pouvoir le croire même si la confiance est liée à un espace et un temps limité.
Vous avez le droit de préférer la première version.

@ Michèle
J'aime écrire une histoire sous plusieurs regards.
Je n'avais pas pensé à la version d'Hector parce que les personnages qui vivent sur un petit nuage blanc sont blessés quand ils retombent. Ou alors, ils sont cette faculté d'oubli ou de pardon...

Écrit par : saravati | 04/09/2015

J'aime ta façon de raconter des histoires même si elle n'est pas facile à lire... Bravo!

Écrit par : martine Libouton | 07/09/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.