14/06/2015

Paysages grandioses

_MG_2124-2 jf au bord du lac.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y avait des paysages grandioses

Défigurés par tes mains

Des peintures aux couleurs délavées

Des syllabes ébréchées

Dans les mémoires broussailleuses

 

Moi je cherchais l’authenticité

Sa nudité sa chaleur

Les veines dans les roches

Qui couvraient mes soleils

 

Il y avait ces moments

Qu’on ne pourrait jamais partager

Aussi loin qu’allait la connexion

Des chants si beaux

Venus d’outreterre

Par toi réfléchis

dans les limbes de déni

 

Et suspendu sur le filin des sensations oubliées

Le silence

Grandiose lui aussi

Ou parfois si mesquin

 

Il y avait la solitude

Ta compagne avérée

Pour déparer l’absence injustifiable

Celle qui n’abandonne jamais

Qui toujours se retourne

Et lance des clins d’œil complices

A travers l’inaudible écho


 

 
 

11:33 Écrit par Saravati | Commentaires (14) | Lien permanent

Commentaires

un texte très épuré et pudique comme je les apprécie.Deux regards, deux parcours qui se croisent et le silence comme arbitre!

Écrit par : Alezandro | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

Les veines dans les roches/
Qui couvraient mes soleils

Quelle fulgurance!
Les parcours croisés sont générateurs de douleur et d'incompréhension, mais c'est mieux que le vide ou l'absence et cela donne un si beau poème...

Écrit par : Nicole Giroud | 16/06/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Si je puis me permettre une remarque : une ponctuation mettrait mieux en valeur ton texte.

Mais bon, c'est TON texte.

Bisous

Écrit par : Rafaël | 16/06/2015

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup le prélude de la vidéo avec violon
Lorsque je vivais dans la forêt en Cote d'Ivoire et que nous n'avions pas encore de climatiseur j'entendais des bruits bizares depuis mon lit le soir, de grands cris, nous avions inventé une faune avec mon frère : le lionceau-pantéreau qui devient tout grand pour monter sur le balcon puis tout petit pour passer à travers les lames du volets...
Samedi soir mon petit-fils (3 ans et demi) avait du mal à s'endormir, j'ai soulevé le store et je lui ai dit d'écouter le merle à la cime de l'arbre qui lui sifflait "bonne nuit". Ce fut très efficace.

Écrit par : Cergie | 16/06/2015

Répondre à ce commentaire

(J'aime bien le montage onirique paysage d'eau et vague mosaïque)

Écrit par : Cergie | 16/06/2015

Répondre à ce commentaire

Merci de votre passage chez moi. J'ai voulu vous rendre la politesse hier mais il semblerait que Skynet ne fonctionnait pas une partie de la journée. Aussi je reviens de matin.
Si j'aime bien vos photos, je préfère le dire de suite, je n'aime pas les photos postées en format timbre poste. J'aime voir les détails sans avoir à cliquer sur chaque image (quand cette option existe) car lorsque l'on visite beaucoup de site, cliquer pour agrandir prend trop de temps. C'est pourquoi j'ai opté pour ne visiter que les sites qui proposent des photos en format assez grand pour qu'on ne se sente pas frustré.
Je manque peut-être des merveilles mais si merveilles il y a, elles sont plus belles quand on les voit bien.
Merci en tout cas de votre visite.

Écrit par : Focales | 17/06/2015

Répondre à ce commentaire

Ah cette solitude complice, cet inaudible écho...superbe texte.
Je suis fan de Pierre Lapointe, c'est une sorte de Cioran (noir) du XXIºs. Tu connais "Les lignes de ma main"?
Un beso.

Écrit par : Colo | 17/06/2015

Répondre à ce commentaire

@ Nicole
Serait-ce dans la souffrance que l'on trouve le chemin de la poésie ?
Belle journée.

@ Rafaël
L'alinéa est souvent ma seule ponctuation, et c'est voulu (par paresse ou pour obliger le lecteur à relire)
La ponctuation dans la langue française est tellement capricieuse que je préfère la garder entre parenthèses :-)

@ Cergie
Oui, ce chanteur met beaucoup d'expression dans ses intermèdes musicaux. J'aime beaucoup quand tu racontes tes souvenirs; Ton petit-fils pourrait bien s'endormir chez moi : mon jardin est tellement boisé qu'il est le repaire de nombreux oiseaux...

@ Focales
Désolée pour le format de mes photos, mais c'est volontairement que je les publie ainsi, ce n'est pas un site de photographie, les photos sont là pour soutenir le texte.

@ Colo
Merci. Je viens d'écouter cette chanson fort belle.
Pierre Lapointe est un chanteur à texte et à musique, les deux sont travaillés avec virtuosité.
A suivre, donc. Baci.

Écrit par : saravati | 17/06/2015

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas commenter les poèmes, gros handicap de ne pas savoir poser des mots sur d'autres que l'on apprécie... mais j'aime le rythme et les images de celui-ci, vraiment.
Belle dé"couverte pour moi, Pierre Lapointe.

Écrit par : almanito | 17/06/2015

Répondre à ce commentaire

Pas simple de se rejoindre. Le monde de chacun reste sa plus belle liberté.
Un très beau texte, Saravati pour dire nos désirs toujours inassouvis.

Écrit par : fifi | 17/06/2015

Répondre à ce commentaire

Je comprends peu mais j'aime tellement. D'ailleurs il me semble que les mots qui se donnent avec trop de logique sont moins forts.
En plus je n'ai jamais trop aimé l'analyse de texte qu'on me faisait pratiquer. Mais j'aime beaucoup ce poème.

Écrit par : michèle | 18/06/2015

Répondre à ce commentaire

Beau texte plein de finesse.
J'aime ".... la solitude, ta compagne avérée "
C'est beau et juste mais tellement angoissant de savoir que la solitude a un rôle énorme dans notre quotidien.

Écrit par : Pat | 20/06/2015

Répondre à ce commentaire

J'aime ton texte et moi aussi je suis fan de Pierre Lapointe.

Écrit par : michèle | 23/06/2015

Répondre à ce commentaire

Les contraires s'attirent pour mieux se repousser...il faut accepter le désordre qu'impose l'autre dans notre ordre. Et puis refuser tout, surtout l'absence...
La solitude, s'en faire une amie, une douce habitude...
Amitiés

Écrit par : C comme Corinne | 09/08/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.