13/03/2015

Les yeux noirs

chien sami IMG_2826-2.jpg

Il avait de beaux yeux noirs

Et le pelage blanc des ours polaires

Elle avait de beaux yeux noirs

Et les cheveux noués assortis

 

Sous la tente sami

Elle l’avait pris une fois de plus

dans ses bras

sentir la chaleur du poil

la confiance du souffle apaisé

Elle le regardait avec amour

Lui qu’elle avait sorti tout humide du ventre de sa mère en souffrance

Il n’avait pas oublié les premiers gestes

Ceux qu’elle lui avait prodigués avec une tendresse mi-humaine mi animale

tableau gravé

couleur demi-teinte à travers l’épaisse toile blanche sous le soleil d’été

Instant partagé

Complice sérénité

 

Aujourd’hui devenue femme

Pense-t-elle encore au solide chien de traineau

Parti vers son destin de neige ?


22:41 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (7) | Lien permanent

Commentaires

Très émouvant, Sami doit s'en rappeler, il n'y a qu'à regarder toute la tendresse contenue dans l'image.

Écrit par : almanito | 14/03/2015

Répondre à ce commentaire

Cela ne s'oublie pas, souvenirs précieux.

Écrit par : Tania | 14/03/2015

Répondre à ce commentaire

Quel beau texte et quel magnifique regard! La photo rend tout l'amour et la tendresse qui lie ces deux êtres, c'est le reflet du texte. Sensibilité, subtilité...

Écrit par : Nicole Giroud | 15/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Almanito
Une image inspirante, comment y rester insensible ?

@ Tania
Je n'ai jamais oublié ces visages entrevus voilà quelques années.

@ Nicole
C'est une chance d'assister en spectateur à ce genre de complicité, mais même si j'y étais extérieure, ils ont tous les deux accepté de partager ce moment avec moi.

Écrit par : saravati | 15/03/2015

Beau texte et la vidéo avec cette voix et ces clichés donnent une dimension de sérénité à ton texte.

Écrit par : Patricia Lévy Benoliel | 15/03/2015

Répondre à ce commentaire

Joli!

Écrit par : éric | 16/03/2015

Répondre à ce commentaire

On croirait une peluche, il semble ravir sa compagne !

Écrit par : Ddo | 21/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.