02/12/2014

Visage dilué

masque jaune IMG_9673.jpg

 Est-il tien ce visage décentré

Lesté de ses mensonges

Fuyant le tête-à-tête

Malgré son apparente brillance

Il s’inscrit dans le noir

Faux semblant

Silence

Refus

Prophylaxie

Tout ce qui n’était pas

Quelques rêves plus tôt

 

Est-il masque d’indifférence

Ou peur de se trahir

Ou masque déjà ancré

À l’ère des semailles ?

 

Les paroles ont perdu de leur essence

Et leur contenu sent le réchauffé

Glacé

Les promesses se sont ébouriffées

Dans l’oubli

L’illusion a perdu ses belles ailes dorées

L’histoire s’est falsifiée

Au rythme des désirs nouveaux

Et ceux qui malgré tout

Continuent de chercher la vérité

Restent sur leur inextinguible faim…


23:06 Écrit par Saravati | Commentaires (7) | Tags : masque, visage, trahir, faim | Lien permanent

Commentaires

Quel plaisir de retrouver vos photos et vos textes, Saravati. Ils m'ont beaucoup manqué, comme à beaucoup de lecteurs de votre blog tant apprécié.
La photo est superbe, le texte aussi, avec une amertume pleine de désillusions: "Les promesses se sont ébouriffées/ dans l'oubli"...
Nouvel ordinateur, bientôt nouvelle année, une Saravati toute neuve va se tourner vers la lumière.

Écrit par : Nicole Giroud | 03/12/2014

Répondre à ce commentaire

J'allais oublier: merci pour la découverte de cette chanson superbe pleine de feu et de douleur.

Écrit par : Nicole Giroud | 03/12/2014

Répondre à ce commentaire

Beau texte encore, nostalgie quand tu nous tiens...
Super lien cette chanson. :-)

Écrit par : pat | 03/12/2014

Répondre à ce commentaire

@ Nicole
Merci pour ce commentaire chaleureux.Aujourd'hui le soleil est là et derrière la vitre on se croirait ailleurs ...
Lhasa est une chanteuse que j'adore, j'aurais tant voulu la rencontrer, elle qui avait la capacité de nous transformer dans son monde si riche de sensations.

@ Pat
Merci de partager ici cette nostalgie qui est tant source d'inspiration intarissable

Écrit par : saravati | 06/12/2014

Je suis comme toi une fan de Lhasa...disparue jeune,hélas.
"Porque el alma prende fuego cuando deja de amar..."

Quand "le contenu sent le réchauffé", fuir, inventer, s'évader dans des collines parsemées de sapins...
Merci pour ce beau texte, pour tout!

Écrit par : Colo | 06/12/2014

Répondre à ce commentaire

L'illusion a perdu ses belles ailes dorées ...
C'est très beau la tristesse du vol suspendu !

Écrit par : Pâques | 06/12/2014

Répondre à ce commentaire

@ Colo
Aller dans le désert pour y découvrir des sapins, en voilà une étrange idée ...Merci Colo et belle soirée !

@ Marcelle
Tristesse du vol suspendu accroché pourtant aux souvenirs vivaces, merci !

Écrit par : saravati | 07/12/2014

Les commentaires sont fermés.