21/02/2014

Longtemps

Longtemps

 

Nous avons marché

Côte à côte

Dans nos mondes qui ne pouvaient interférer.

Plus que la logique des mondes

Il y avait nos volontés coordonnées.

Elles étaient toutes puissantes

Agissaient sur le fil du temps

Sur les cassis de l’espace...

 

Au fond de nous

Nous savions

Ce qu’un tel sursis a

D’exceptionnel.

Nous savions

Mais nous ne voulions pas admettre

Qu’un fil ténu nous reliait

Et qu’il devrait subir les assauts du vent.

 

Nous marchions tête baissée

Vers les tornades qu’habilement

Nous évincions

Nous étions capables des pires folies

Et notre force en était décuplée...
 

 

16:37 Écrit par Saravati | Commentaires (4) | Lien permanent

Commentaires

"Mais nous ne voulions pas admettre

Qu’un fil ténu nous reliait"

On regrette l'imparfait, qui prouve que la page est tournée ou que l'autre s'en est allé vers les étoiles, et l'on a envie de dire : pourquoi n'avoir pas admis ce fil quand il en était enore temps ?

Écrit par : Feuilly | 21/02/2014

Répondre à ce commentaire

Nostalgie dans tes mots et dans les paroles de la chanson ...

Écrit par : pat | 22/02/2014

Répondre à ce commentaire

Nostalgie, mais le voyage accompli est lui-même peut-être ce fil qui nous retient à la vie ?

Écrit par : Carole | 24/02/2014

Répondre à ce commentaire

@ Feuilly
Que retenir de ce fil,en effet : qu'il fut un fil qui reliait ou qu'il était simplement ténu. Au moment où ce fil existe encore, on ne se pose pas la question, on vit l'instant !

@ Pat
La nostalgie serait-elle toujours de saison dans les mots et les chansons ?

@ Carole
Les fils de la nostalgie tissent des toiles presque indestructibles

Écrit par : saravati | 28/02/2014

Les commentaires sont fermés.