24/01/2014

Corridor d’hôtel

femme noire_MG_6694.jpg

La belle noire promenait son chariot à travers les couloirs étroits.

Des piles de linge immaculé formaient des montagnes de perspective de propreté.

Son matériel de secours discrètement placé sur la planche du bas l’obligeait à chaque étape à se baisser vigoureusement et entretenir un mal de reins en formation.

Je la suivais du regard et j’avais envie de fixer sa belle silhouette ronde et ce beau visage presque lisse qui la surplombait.

Je n’ai pas osé m’arrêter près d’elle, j’avais peur qu’elle se méprenne sur mes intentions, je voulais juste capter l’émouvante beauté de l’effort.

Je ne savais pas encore que ses sœurs de couleur vaquaient elles-aussi aux mêmes occupations aux autres étages d’autres hôtels.

Pour s’élever, avoir une place, un travail, elles devaient passer leur temps à se baisser à nettoyer les crasses des nantis.

Pour offrir des études à leurs fils qui devraient plus tard occulter la couleur de leurs origines pour être acceptés à part égale, elles continuaient à courber l’échine comme elles avaient appris à le faire depuis la nuit des temps...

 

 

11:39 Écrit par Saravati | Commentaires (20) | Tags : couloir, travail | Lien permanent

Commentaires

Et presque tous les clients qui passent à côté d'elles sans les voir, sans leur dire bonjour. Invisibles! Tant est qu'elles sont ébahies quand on les salue.

Et si pas de chance, l'histoire de leurs enfants sera identique...

Écrit par : Colo | 24/01/2014

Répondre à ce commentaire

Moi j'ai vu la même, baissée dans un couloir d'hôtel, mais elle était noire albinos ...

Écrit par : Veronica | 24/01/2014

Répondre à ce commentaire

Bon je vais m'appliquer car mon commentaire précédent était "vaseux"...La reprise est difficile (sourire)
- Noire ou blanche le métier de "femme de chambre" est fatiguant et ingrat niveau reconnaissance (j'ai goûté à ce métier) Mais nous sommes des mères avant tout et faisons tout notre possible pour préparer l'avenir de nos enfants.Effectivement cela doit être plus difficile pour une personne de couleur qui doit donner un maximum de chance à ses enfants.

Écrit par : claire | 24/01/2014

Répondre à ce commentaire

Beau texte et belle observation sur "la beauté de l'effort" !!
Le problème de la qualification , pourquoi effectivement toujours les même nationalités aux tâches les plus difficiles et les plus ingrates ??!!

Écrit par : Pat | 24/01/2014

Répondre à ce commentaire

Un bien bel hommage à ces femmes, saravati !

Écrit par : Danièle | 24/01/2014

Répondre à ce commentaire

Mon commentaire va sembler un peu brutal, peut-être, mais je leur dis, à toutes ces femmes humiliées par notre arrogance,: patience, l'occident est en déclin!

Écrit par : almanito | 25/01/2014

Répondre à ce commentaire

Je voulais dire que l'occident est en déclin et que tous ces gens venus d'un pays défavorisé auront leur revanche car la roue tourne. De même ce sont bien les Européens qui ont pratiqué l'esclavage, il en reste des traces dans les mentalités et certains, dont je fait partie en ressentent une certaine culpabilité, quand d'autres voudraient bien continuer à exploiter les plus fragiles.

Écrit par : almanito | 05/02/2014

Parfois, on n'est pas très fier d'être européen!

Écrit par : Anne-Marie | 25/01/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour, Émouvant ce billet. J'aime cette sensibilité aux autres. Ça me ferait presque penser à cette superbe chanson de Perret.. Lily

Écrit par : dominique | 26/01/2014

Répondre à ce commentaire

Joli regard sociétal puisque tu sous-entend que ses soeurs de labeur étaient également noires....cela interroge. Merci pour ton texte.

Écrit par : Malou | 27/01/2014

Répondre à ce commentaire

Très beau texte.
Doit-on porter comme des chaînes la condition de nos ancêtres. ? Doit on oublier, pardonner, occulter ?
Rien ne change donc ?
Vaste sujet que tu abordes la.

Écrit par : C comme Corinne | 30/01/2014

Répondre à ce commentaire

@ Colo
Le pire dans la vie, c'est de n'exister pour personne.
Mais c'est en soi qu'on trouve sa dignité, pas dans le regard des autres !

@ Veronica
ça s'appelle : cumuler les ans dits caps !

@ Claire
Je pense à toutes ces personnes dont l'unique vocation semble de "servir" mais je sais que leur importance est considérable au-delà des apparences.

@ Pat
Merci. Aujourd'hui, même la qualification n'est pas suffisante. Combine de diplômés doivent accepter des emplois sous-qualifiés ?

@ Danièle
Merci pour elles dont on parle si peu et qu'on voit moins encore.

@ Almanito
Je dirai même plus que l'humanité toute entière est en déclin quand les valeurs sont troquées et elle le sont aujourd'hui...

@ Anne-Marie
Imposer sa loi n'est pas le propre des Européens.
Le goût du pouvoir et sa façon de l'assumer n'a pas de nationalité !

@ Dominique
Cette chanson est vraiment très belle et illustre bien mon propos, merci d'y être sensible !

@ Malou
A Paris, j'ai rencontré beaucoup de femmes de charge d'origine africaine. Ailleurs, notamment en Norvège, leurs soeurs étaient asiatiques. Pour faire des tâches considérées comme subalternes, la couleur est-elle un critère de sélection ?

@ Corinne
Aujourd'hui, l'esclavage, digne héritage du passé, a d'autres tournures mais fait toujours de semblables victimes.

Écrit par : saravati | 03/02/2014

Répondre à ce commentaire

@ Almanito
Je crois que l'esclavage a toujours existé et n'est pas le propre des occidentaux.
Mais quand l'esclavage prend des formes plus feutrées, il n'en demeure pas moins une injustice de ceux qui possèdent sur ceux qui n'ont rien.
Aujourd'hui, la société cultive les différences et promulgue le pouvoir de l'argent avec tous ses effets collatéraux dont la servitude et la pauvreté !
Merci pour ton témoignage !

Écrit par : saravati | 07/02/2014

Répondre à ce commentaire

Très beau! J'aime beaucoup ce texte et le message que tu fais passer. J'adore ta façon de décrire cette femme et sa noblesse.

Je viens de commencer mon premier blog de textes, ca serait génial si tu pouvais passer y jeter un coup d'oeil et me donner ton avis. Merci d'avance et bonne continuation!

http://desmotsalalune.blogspot.com.es/

Écrit par : Sophie | 11/02/2014

Répondre à ce commentaire

Merci Sophie. Il y a dans les gens simples une dignité rare qui vaut bien les titres de richesse et de noblesse.
Je suis passée chez toi mais il y a matière, tu ne m'as pas du tout l'air d'être une débutante, une débutante blogueuse peut-être, mais pour l'écriture ... Je vais m'y attarder plus longtemps, laisse-moi un peu de temps

Écrit par : saravati | 11/02/2014

Un beau texte; une ode à la noblesse de coeur.

Écrit par : Geraldine | 04/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci Géraldine.
A plusieurs reprises, j'ai essayé d'accéder à ton blog, mais l'accès y est bloqué sans inscription !
Comment faire ?

Écrit par : saravati | 05/03/2014

Ecris-moi à geraldine.muller268@orange.fr

Je te donnerai sans délai un mot de passe à n'entrer qu'une fois et qui te permettra d'y accéder. J'ai dû privatiser indéfiniment mon blog à cause de gros pbs, notamment -entre autres- venant d'un homme, et, ce, avec regret car ce n'est pas dans mon état d'esprit de faire montrer patte blanche mais c'est hélas ainsi.
à bientôt.

Écrit par : Geraldine | 08/03/2014

Répondre à ce commentaire

Celles et ceux de l'ombre. Discrets, coups de gueule à digérés, fatigue ravalée, espérances oubliées.

Ceci me rappelle un film avec Lucchini "Les femmes du 6è étage", je crois.

Écrit par : christw | 26/09/2014

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas ce film, l'argument semble intéressant, merci pour le lien

Écrit par : saravati | 01/10/2014

Les commentaires sont fermés.