14/01/2014

Dans la file du supermarché

JF poussette building IMG_3470.jpg

Je vais rarement dans les grandes surfaces, ou alors en coup de vent. Je préfère les magasins fonctionnels où mes pas me mènent droit au but sans m’attirer dans leurs filets publicitaires.

J’étais hier à la caisse d’un de ces magasins, une jeune femme accompagnée d’une poussette avec un jeune enfant avait chargé ses commissions, un peu partout dans les filets. Elle me dit : j’ai mis des bouteilles d’eau dans le filet en bas, la dernière fois quand je suis revenue à la maison, je me suis rendu compte que le caissier avait oublié de regarder. Son visage respirait l’honnêteté et je lui dis de ne pas s’en faire. Les bénéfices engrangés dans le commerce sont si importants, et elle n’avait pas agi de façon frauduleuse. Je sais pour l’avoir vécu que faire ses courses avait un bébé n’est pas chose facile, car on ne peut pas prendre un chariot et il faut bien s’arranger pour caser les choses quelque part sans trop encombrer le bébé. Le bébé roucoulait et me faisait des sourires. Elle me dit qu’elle était inquiète, le bébé avait eu le mois dernier une intoxication au dioxyde de carbone, sans conséquences heureusement et qu’elle venait de passer une semaine chez sa mère qui fumait beaucoup, elle craignait qu’il soit victime de tabagisme passif. Je m’étonnais de l’attitude de la grand mère qui refusait d’aller fumer dehors. « Oh c’est ma mère, elle est comme cela ! » dit-elle d’un air navré. Je sentais qu’il devait y avoir toute une histoire entre la mère et la fille et que ces dernières péripéties n’étaient pas les premières. Je sentais qu’elle regrettait de ne pas avoir vraiment le choix d’aller chez sa mère pendant cette semaine de congés, elle ne m’en dit pas plus …Elle m’expliqua qu’elle revenait du travail et qu’elle n’aurait pas le temps de cuisiner pour le petit ce soir, elle lui ferait des pâtes avec une sauce préparée, il aimait, ça, les pâtes, quel enfant n’aime pas les pâtes , que d’habitude elle faisait des potages avec des légumes du jardin que lui donnait son père, mais il n’y avait plus rien au jardin en cette saison, alors elle achetait des légumes surgelés. Mon fils a tout ce qu’il veut, on essaie de lui donner le meilleur.

J’admirais cette jeune femme courageuse (était-elle seule à élever cet enfant ?) qui essayait de partager sa vie entre le travail indispensable et le temps consacré au petit. Difficile équilibre encore, et peut-être plus aujourd’hui ! Toutes ces années que j’avais vécues à courir, à joindre les deux bouts entre travail et vie de famille me revenaient en mémoire. Je ne sais pas comment j’ai tenu le coup, y réfléchir profondément aurait posé plus de problèmes que de n’y pas penser, noyée dans les charges administratives et autres. Je pense que mes enfants ont parfois dû souffrir de ma « rudesse » et de mon manque de disponibilité, que l’attention que leur portait leur père (qui travaillait à plus de 100 km de son domicile) était sûrement plus « spontanée »

Les hommes disent souvent qu’il faut faire des choix, les femmes font ce qu’elles pensent être le mieux. Rien de nouveau sous le soleil !

18:41 Écrit par Saravati | Commentaires (19) | Lien permanent

Commentaires

Entre la grand-mère qui fume devant le bébé et le grand-père qui fournit les légumes du jardin, il y a tout un monde...la jeune femme si elle le peut, devrait se rapprocher du genre de vie que mène son papa, sa propre vie serait peut-être plus douce...

Écrit par : almanito | 14/01/2014

Répondre à ce commentaire

Comme c'est une belle rencontre, comme j'aime en faire, une de ces vraies rencontres, au coeur de la ville/vie, dans les priorités de tous les jours ... Entre vie de mère, vie professionnelle et vie tout court et tout entière, on s'arrange comme on peut ...
Merci pour ce moment, j'ai beaucoup aimé te lire, comme d'hab ;)

Écrit par : Veronica | 16/01/2014

Répondre à ce commentaire

C'est rare de voir une jeune femme se raconter dans un supermarché c'est plutôt les personnes âgées qui sont à la recherche d'oreille bienveillante. L'ennui et l'isolement font qu'ils parlent facilement, peut être que cette jeune femme se sentait seule avec des responsabilités sur les épaules un peu trop lourdes pour elle ??
Mais bon comme tu dis "rien de nouveau sous le soleil" :-)

Écrit par : pat | 16/01/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai oublié de te dire super la photo !!
Nouveau procédé d'impression ??

Écrit par : pat | 16/01/2014

Répondre à ce commentaire

@ almanito
Ta grande sagesse me dit que tu n'es pas loin de la juste mesure...

@ Veronica
Nous sommes tous des ailes qui lit brise, certains s'y prennent mieux que d'autres. Merci de me lyre, ma douce !

@ Pat
Je crois que cette jeune femme culpabilisait en repensant à son "vol involontaire". En m'en parlant, elle s'en déchargeait, sans doute.
La photo ? Quelques manipulations de couleur (j'avoue que je ne souviens plus très bien), je voulais atténuer le côté "exotique" des visages qui ne correspondait pas à la famille que j'avais rencontrée, alors j'ai semé un peu de grisaille dans un noir et blanc recomposé.

Écrit par : saravati | 18/01/2014

Répondre à ce commentaire

Choix de vie que je paie cher d'une certaine façon mais sans regret!

Écrit par : almanito | 21/01/2014

Histoire du quotidien, loin des musées...

(Mais pourquoi mettre ton nom en plein milieu de la photo ?)

Écrit par : Dominique Hasselmann | 18/01/2014

Répondre à ce commentaire

Plus courant d'être dans un magasin que dans un musée :-)
Je ne sais quelle est la dépense la plus coûteuse ;-)
Pour la photo, je tiens à ce qu'elle soit signée, c'est vrai que cette signature en plein milieu peut perturber, une manière de couper l'horizon ...

Écrit par : saravati | 18/01/2014

La vie de parent n'a jamais été facile et probablement de nos jours est-elle encore plus difficile!

Nous avons élevé quatre enfants et quand nous recevons nos petits-enfants nous pouvons profiter de la vie avec eux sans soucis, mais nous savons que leurs parents "en bavent".

Votre texte décrit hélas bien la réalité.

Amitiés,
Marc

Écrit par : charlier | 20/01/2014

Répondre à ce commentaire

C'est toujours étonnant et émouvant de croiser d'autres parcours de vie. Cette jeune femme, comme tant
d'autres, fait preuve d'amour et de courage...

Écrit par : Anne-Marie | 21/01/2014

Répondre à ce commentaire

Coucou la revoilou... Voilà donc que vous avez croisé une personne "extravertie" qui devait effectivement se sentir un peu seule et dépassée dans son rôle de maman...Elle vous a jeté pêle-mêle ses soucis et je suis presque certaine qu'elle a poussé un gros soupir de soulagement LOL
A vous de vous rappeler vos propres galères.
et c'est alors que l'on se comment on s'en est sortie et pourtant.. "on s'en est sortie" avec nos qualités et nos défauts, avec ou sans nos parents etc.hélas nous ne sommes jamais certaines d'avoir été une "bonne mère" Mais qu'est-ce qu'une "bonne mère"?? Juste rassurée d'avoir assuré !

Écrit par : claire | 24/01/2014

Répondre à ce commentaire

@ Marc
Merci pour ce témoignage.

@ Anne-Marie
Parfois dans ce monde d'incommunicabilité qui n'a jamais autant parler que de réseaux, une ouverture plus personnelle...besoin de dire, besoin d'être...

@ Claire
Contente de vous relire.
Se remémorer, se remettre en question peut-il changer notre approche du passé ? Sans doute pas, mais la lucidité même si elle est dure à encaisser peut continuer de nous faire grandir. Merci à vous ! J'ai vu votre photo avec vos enfants, une belle famille, en tout cas !
.

Écrit par : saravati | 27/01/2014

Comme j'ai aimé votre texte!
La jeune femme ne s'est pas confiée à vous par hasard, certaines personnes attirent la confidence comme l'herbe la rosée et vous en faites partie.
Ce texte plein de sensibilité rend très bien les contradictions et les douleurs de la vie: merci.

Écrit par : Nicole Giroud | 30/01/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire. Un bonheur n'est jamais si éloigné de la tristesse mais la réciproque est vraie aussi ... Le hasard qui produit des "rencontres" n'est sans doute pas l'effet du hasard mais d'une interaction qui agit de part et d'autre entre des personnes qui n'ont rien ou presque rien de commun...

Écrit par : saravati | 31/01/2014

Un beau portrait humain,un bel hommage aux femmes, aux mamans qui se démènent pour faire au mieux avec ce qu'elles ont et donnent sans compter, amour et temps en élevant leurs enfants. Cela ne me choque pas de voir ainsi, une inconnue s'ouvrir à toi. Je pense que tu lui inspirais confiance et puis, j'en suis certain, tu sais écouter, qualité qui se fait de plus en plus rare de nos jours. Non ce qui m'étonne c'est qu'il n'y ait pas plus d'hommes à réagir dans tes commentaires. Nous avons des progrès à faire dans ce domaine et dans tant d’autres !

Je t'embrasse bien amicalement.

Roger

Écrit par : roger DAUTAIS | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau commentaire, tu seras donc "le troisième homme" :-). Oui, cette femme m'a émue pour la confiance qu'elle m'a d'emblée accordée, pour sa spontanéité. Ce sont les enfants qui nous permettent avant tout d'aller vers les autres parce qu'ils nous regardent et nous sourient, ils n'ont pas de calcul, pas de faux semblants, à leur contact, nous devenons meilleurs, leur sourire vaut toutes les paroles du monde. Comment ne pas y être sensible et de ne pas avoir envie de partager ?
Amitiés.

Écrit par : saravati | 14/02/2014

Oh ça leur va bien aux hommes de dire qu'il faut faire des choix ! Bien rare sont ceux qui choisissent de sacrifier leur carrière pour élever les enfants... moi, j'ai choisi de ne pas faire de choix, bien sûr il m'a fallu faire des aménagements dans ma vie pour que ma fille ait toute la place qui lui revenait ... mais c'est encore une autre histoire !

Écrit par : MARIE | 17/02/2014

Répondre à ce commentaire

Je viens avec plaisir de lire différents textes, en prose ou en vers, portés par cette belle attention aux sentiments ténus, aux choses (la selle de vélo) et aux personnes: à la dame du supermarché, à la Noire de l'hôtel, aux ouvriers communaux.... J'ai relayé sur Facebook le texte consacré à Lennon & Ono. A bientôt!

Écrit par : éric | 19/02/2014

Répondre à ce commentaire

Que dire après ce survol et ces mots si ce n'est merci, Eric.
Pour Facebook, pas possible d'aller voir, je suis complètement hermétique à ce genre de réseaux et pas prête de changer :-)

Écrit par : saravati | 19/02/2014

Les commentaires sont fermés.