30/12/2013

Ardoises définitivement brisées

 ombre train_MG_6139 2.jpg

Il y avait là en rang d’oignon dérangé

Des ardoises brisées

Des cadeaux d’enfant programmés pour les fêtes

Une main d’argile aux dimensions réduites

Un cerf-volant balayé dont il ne restait que les tentacules torturés

Des ballons dégonflés d’avoir été frappés oubliés dans la poussière du temps

Des vêtements de poupées désarticulées

Des billes colorées

Des peluches défraichies au regard éborgné, oreilles disloquées …

Les petites voitures cabossées ne trouvaient plus la route d’un garage bancal.

Il y avait ton cœur d’enfant accroché à la poutre

Tu ne voyais pas la noirceur du combat.

 

Le train est passé, a transpercé les parois, le train avide de liberté a reculé les murs.

L’autre, celui qui longeait le jardin de l’enfance s’était depuis longtemps perdu dans l’histoire

Après avoir tant bien que mal survécu à la guerre.

18:14 Écrit par Saravati | Commentaires (6) | Tags : ardoise, train, guerre | Lien permanent

Commentaires

Que cette nouvelle année te soit belle et bonne, riche en partages d'amitié, d'amour et joies de toutes sortes !!!
Je reviendrai plus tard, il se fait tard :-)

Écrit par : fifi | 01/01/2014

Répondre à ce commentaire

Pardon de n'avoir pas vu qu'il me fallait cliquer sur "page d'accueil' pour suivre le cours de vos écrits.... Bien sur que for me ces trains de la guerre me parlent et me touchent.La survie (lorsqu'on a cette chance)rend la vie plus précieuse. Mais la poupée restera toujours un peu "désarticulée" Très belle description.
Brise de Nice Claire

Écrit par : claire | 03/01/2014

Répondre à ce commentaire

@ Claire
C'est l'histoire de l'endroit où je vis qui fut un centre de résistance pendant la guerre. J'ai imaginé l'enfance de l'enfant qui y habitait et qui se remémorait ce qu'il ressentait à l'époque. Plus tard, il a construit des trains miniatures dans le grenier, une voie ferrée longeait le jardin, il courait alors vers ces vrais trains...C'est lui qui m'a raconté ...
Bises de Belgique !

Écrit par : saravati | 03/01/2014

Répondre à ce commentaire

triste histoire !!
je te souhaite une belle nouvelle année remplie de bonheurs, de créations ....

Écrit par : marty | 04/01/2014

Répondre à ce commentaire

"La noirceur du combat" mot juste pour qualifier le cauchemar éveillé de tous ces enfants à qui la guerre a volé leur part de naïveté et de légèreté.
Mon père l'a vécu et a passé le reste de sa vie à payer.

Écrit par : pat | 07/01/2014

Répondre à ce commentaire

@ marty
Merci, meilleurs voeux sous d'autres auspices que dans cette histoire !

@ pat
On n'oublie jamais ces périodes de vie tronquées même si parfois on préfère ne pas en parler, mais la mémoire reste toujours vive !

Écrit par : saravati | 07/01/2014

Les commentaires sont fermés.