06/11/2013

Intersection de tranches de réalités

Pour peu, je me serais sentie "bigame".

Même si c’était dans une autre réalité.

Je te parlais, tu répondais, un ballet de mots fous, sérieux, tendres. Tes mots s’infiltraient insidieusement dans les circuits serrés de mes neurones, titillaient mes synapses, anesthésiaient mes résistances. Presque des phéromones de mots, des caresses-amorcées à l’intensité variable. Amoureuse ? Je ne sais.

Dans une autre dimension hors du temps quotidien, les sentiments n’avaient pas même texture. Le bien-être ponctuel était déjà présage de manque. J’en voulais plus et toi aussi.

Je ne me posais pas la question de savoir où ça mènerait, seulement savoir là où j’étais, ces quelques instants partagés à te lire, à t’écrire, c’était là où j’étais. Bien. Incroyablement bien.

J’ai voulu prendre ta photo et tu as refusé. Était-ce superstition, ne pas laisser nos réalités interférer entre elles ?

Dans mes rêves qui maintenant  constituaient une troisième réalité, je t’avais donné rendez-vous. Un hall de gare délaissé.

Dans cette réalité comme dans la deuxième que nous avions construite, il n’y avait que nous.

Je t’avais piégé dans un photomaton et toi, résigné, t’étais prêté, sans véritable état d’âme, à mon caprice.

Nous en étions là, moi devant le rideau froncé, lustré par des atomes de poussière de voyage, toi, derrière, attendant d’être flashé.

Une sonnerie me téléporta dans une autre dimension.

Je tendis la main vers ma table de chevet et j’attrapai une bandelette de papier glacé, encore tiède, divisée en quatre petits rectangles. Dans chacun d’entre eux, une ombre moins blanche dessinait un semblant de cercle surplombant une masse rectangulaire, elle aussi.

Mais rien de transcendant ou repérable. Encore raté pour moi, cette fois.

Une fois de plus, ta volonté avait supplanté la mienne...

photo, gare, photomaton


12:33 Écrit par Saravati | Commentaires (10) | Tags : photo, gare, photomaton | Lien permanent

Commentaires

Très réaliste cette histoire d'homme invisible ; j'aime beaucoup !

Écrit par : Claire | 06/11/2013

Répondre à ce commentaire

Quand la première, la deuxième et la troisième réalité se rencontrent cela donne parfois des choses étranges...

Écrit par : Feuilly | 06/11/2013

Répondre à ce commentaire

Quelle est la part de réalité dans un amour idéalisé?? mais comme c'est bon de recommencer l'histoire à l'infini du moment que ça permet d'être avec l'autre!! J'aime l'idée :-)

Écrit par : pat | 07/11/2013

Répondre à ce commentaire

La réalité dépasse l'affliction... voeu pieux ;)

Écrit par : Patrick C | 08/11/2013

Répondre à ce commentaire

@ Claire
Les hommes deviennent plus souvent invisibles que l'on ne peut imaginer au début ...

@ Feuilly
J'ai un peu misé fort sur le concept de réalités multiples, je l'avoue !

@ Pat
Peut-être qu'un amour est toujours idéalisé mais qu'il donne l'impression de temps en temps de traverser la réalité pour ne faire qu'un, le temps d'un partage ...

@ Patrick
Ah oui l'affliction souvent rattrape la réalité embellie et alors ne reste que la friction :-)

Écrit par : saravati | 08/11/2013

Répondre à ce commentaire

Un homme furtif, elle le cherche, il fuit sans avoir esquissé un geste, belle idée.

Écrit par : caro | 10/11/2013

Répondre à ce commentaire

Des mots, de jolis mots pour donner un sens, une raison d'être à cette photo que tu prendras peut-être un jour!
...
Je te souhaite une douce et agréable semaine Saravati

Écrit par : Kenza | 11/11/2013

Répondre à ce commentaire

Toucher du bout des doigts, en aveugle... On ne distingue pas la forme esquissée par le rêve. Peu importe l'important est de rêver...
On se frictionne ? nous sommes alors vivantes et désirantes et c'est cadeau !
non ?

Écrit par : C comme Corinne | 13/11/2013

Répondre à ce commentaire

J'adore ce texte. pas seulement pour ce qu'il raconte mais pour la façon dont il est écrit. On ne sait qi c'est un souvenir une rêverie éveillée ou un rêve. J'aime cette indécision là, la réalité légèrement décalée. Merci pour ça, pour ton message de ce matin aussi très encourageant

Écrit par : arnaud Carbonnier | 14/11/2013

Répondre à ce commentaire

@ caro
Parfois les fuites font de belles chutes :-)

@ Kenza
La photo dans son origine n'est jamais qu'un tour de passe-passe où les choses qui ont disparu réapparaissent sous un autre jour, merci.

@ Corinne
Etre vivant et désirant, que demander de plus sinon de palper le réel ?

@ Arnaud
Merci. Le thème de l'interférence entre des réalités est récurrent pour moi. L'important est-il d'être complètement dans la réalité ou de lui adjoindre des couleurs pour la rendre plus supportable voire embellie ?

Écrit par : saravati | 18/11/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.