21/10/2013

Arbres

arbre image1300.jpg

Les arbres sont de grands enfants

Qu’on a assignés à demeure

Pour je ne sais quel châtiment

Ils sont le repaire des orages

Les sarcasmes des vents

Les blessures de l’oubli

Mais toujours ils gardent le regard élevé

Pour dominer l’espace qui les a relégués

Au banc de la matière

Et pourtant

Ils savent tant de secrets perdus

Tant d’amours disparues

De serments débordés

Eux la conscience

Des âmes silencieuses …

09:53 Écrit par Saravati | Commentaires (11) | Tags : arbre | Lien permanent

Commentaires

J'aime la photo de ton arbre, isolé, dansant... les mots que tu lui donnes les grandissent dans nos imaginaires!
"Ils savent tant de secrets..." j'ai un tilleul centenaire dans mon jardin en Vendée, et une ancienne du village parlait de lui en disant que déjà pendant l'occupation il était déjà là, témoin solitaire d'une autre époque... je suis toujours émue quand je le vois, solide, présent!
Tes mots alimentent ma tendresse pour l'arbre.

Écrit par : pat | 21/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les maux pour le dire écorc(h)ent les arbres :)

Écrit par : Patrick C | 22/10/2013

Répondre à ce commentaire

@ Patricia
Contente de te rappeler tant de souvenirs car les arbres en sont les porteurs. Cette année, j'ai dû abattre des arbres dans mon jardin, des bouleaux dont les chatons envahissaient les gouttières.
Heureusement j'ai dissuadé le faucheur qui voulait abattre aussi le châtaignier et le chêne qui datent au moins de 1933 (date de la construction de la maison). Je vais de ce pas ramasser quelques châtaignes et me piquer les doigts...

@ Patrick
Hier en ville, j'ai surpris une femme qui peignait des yeux sur les troncs pour y ajouter des larmes d'arbres, elle m'a dit qu'elle avait de la compassion pour les arbres meurtris ...

Écrit par : saravati | 22/10/2013

...silencieuses et le témoignage de tant de destins, tant de secrets, tant de vies perdues. Ils sont la force et la pérennité, le symbole de notre court passage sur terre, ils nous ancrent sur le sol par leurs longues racines et nous élancent vers le ciel, vers le spirituel de nos vies. Arbres, je vous aime. Bises à toi, Saravati.

Écrit par : Malou | 22/10/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour ces beaux ajouts poétiques. Bon voyage et reviens vite, les arbres aussi t'attendent...

Écrit par : saravati | 24/10/2013

Ce sont de grands sages qui savent se nourrir de la terre et garder la tête dans les nuages. Ils ont tant à nous apprendre !
Ton poème parle d'eux avec amour. Merci pour ton petit passage sur mon blog. Belle journée à toi. Amitiés. Joëlle

Écrit par : Joëlle Colomar | 25/10/2013

Répondre à ce commentaire

Tu sais mettre les photos opportunes. J'aime beaucoup celle du texte précédent.

Écrit par : Caro | 28/10/2013

Répondre à ce commentaire

Ah, les arbres, je ne sais pas pourquoi
j'en photographie autant, si souventes fois,
que je les croise sur des sentiers inconnus,
ou que je les salue tous les jours dans ma rue.
Quand je pose mon regard toujours émerveillé
sur leur vieux troncs tortueux ou usés,
je suis saisie de cette émotion indicible
qui filtre à travers leurs branches Invisibles
car je me dis que, même tout nus,
ils seront encore là quand je ne serai plus...
Ah, les arbres... Hasard de blog, j'ai publié aujourd'hui un poème sur l'Arbutus Unedo, l'arbre seul, comme celui de ta belle photo !

Écrit par : colibri | 28/10/2013

Répondre à ce commentaire

Tu t'attaques là à nos racines, à la beauté altière, à la force.
Tu parles du silence, des silences bruyants des forêts.
Tu panses nos blessures en leurs troncs meurtris.

Tu parles magnifiquement bien encore une fois de mon silence, de ma peine et de mon espoir.
De mes pieds plantés profond en terre, de mes mains haut levées.

Écrit par : C comme Corinne | 28/10/2013

Répondre à ce commentaire

@ Joëlle
Ce qu'ils ont aussi à nous apprendre, c'est la constance du présent, nous qui vivons souvent "ailleurs"

@ Colibri
Votre billet est un billet à lui tout seul, merci de votre éclairage, je cours voir votre Arbutus Unedo !

@ Corinne
Tes mains haut levées emportent tes doux mots jusqu'ici et la peine, le silence deviennent pour légers tout comme l'espoir qui l'était déjà ...

Écrit par : Saravati | 31/10/2013

Répondre à ce commentaire

voilà un beau texte sur les arbres
Je suis heureuse de le découvrir

Écrit par : tgazou | 18/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.