06/03/2013

Les voyages que je ne ferai pas...

 pieds céramique bleue_MG_4804.jpg


Il est des voyages que je ne ferai pas.

Voyages au pays de mots

Au pays des êtres

Au pays de l’histoire des hommes.

 

Parce que je n’en ai pas les moyens

Ou le temps

Ou la véritable envie

 

Parce que je préfère garder l’illusion de la beauté

Que m’aplatir dans une réalité souvent cruelle

Une forme de lâcheté ?

De résignation ?

J’ai décidé de ne me porter plus aucun jugement

Ne pas ressasser des échecs vrais ou imaginaires

 

Etre maintenant

À l’instant où je vous parle

Sans regretter que celui que j’attends

ne me répondra pas

 

Reparti dans son monde

Qu’il n’aurait jamais dû quitter, paraît-il !

 

Sa présence , malgré lui, me saute à la figure

Quand revient l’automne

Et ses couleurs d’or

Ses tempêtes fastidieuses

Et ses ciels sombres

 

Je me blottis au coin du feu

Et dans les flammèches

 je lui parle encore

Il fait semblant de n’en rien savoir.

Mais moi je le sais

Dans mes voyages au pays des mots

J’entends les siens qui courent sur le papier

Dans mes voyages au pays des êtres

Je marche dans l’empreinte de ses pas

Et la terre supporte à peine le surpoids de mon corps

Dans mes voyages au pays des hommes

Nous écrivons une page commune de l’histoire

Que nous traçons ensemble

 

Il dira n’en rien savoir

Mais je le sais

Je le sens

Il cultive avec talent

L’art de la dissimulation …




10:16 Écrit par Saravati | Commentaires (18) | Tags : voyage, histoire, illusion, échecs | Lien permanent

Commentaires

Comme ce texte me parle et comme j'aimerais l'avoir écrit ! Il est très évocateur, très doux et plein de sagesse. J'aime beaucoup l'avant dernier paragraphe dans lequel le "je" se transforme en "nous" : un quatre mains sans en avoir l'air...

Écrit par : Claire | 06/03/2013

Répondre à ce commentaire

C'est bien de s'auto persuader ... :) Encore que je préfère le train :) train cot cot y tien, retrouver t'aime haut, si fluide, comme un voyage ! ah la vie est belle de t'avoir lue et oh ! me croiras-tu !!! depuis hier j'écoute sans cesse Voyage voyage de Desireless et si nos âmes poètes se croisaient ;) allons chantons ensemble au milieu des mots !

On ne sait jamais ce qu'il y a dans la tête et le coeur de l'autre à l'instant T !
T comme T'as de beaux pieds, tu sais ! :)

Écrit par : Veronica | 06/03/2013

Répondre à ce commentaire

Joli comme tout :)

Écrit par : lesnuagesbavards | 06/03/2013

Répondre à ce commentaire

restent encore des terrae incognitae au pays des mots...

Écrit par : JEA | 07/03/2013

Répondre à ce commentaire

superbe et tres "solide" poème
merci!

Didier

Écrit par : didier | 08/03/2013

Répondre à ce commentaire

C'est beau le voyage au pays de mots. L'absence de l'autre, le vide... belle histoire d'amour "je marche dans l'empreinte de ses pas" c'est précieux et rare l'amour!
Au pays des mots, tu sais te les approprier et nous émouvoir au rythme de ta prose! Bravo

Écrit par : levy benoliel | 08/03/2013

Répondre à ce commentaire

Je me blottis au coin du feu
Et dans les flammèches
je lui parle encore

Ils sont poignants ces vers, qui disent si bien la solitude, l'absence de l'autre et l'amour qui est toujours là, couvant sous la cendre.

Écrit par : Feuilly | 08/03/2013

Répondre à ce commentaire

Voilà chère Savarati ce que j'ai trouvé pour te répondre:
Les mots secrets, André Chenet

Mais où vont-ils les mots
si la cendre étouffe leur feu ?

Quelle poésie faite île
surplombe les horizons
entre l’œil et la parole
entre le cœur et la main
le geste et la pensée ?

Qui viendra visiter
l’architecture invisible
que bâtissent les songes
sous les ruines ascendantes
d’un crépuscule d’orage ?

Attendre en vain
entre la foudre et la fièvre
une réponse qui ne viendra
qu’au péril d’un poème
éclatant de beautés sauvages

Prendre naissance
libère des forces contraires.

Un beso!

Écrit par : colo | 09/03/2013

Répondre à ce commentaire

Ton texte est magnifique, Saravati !:

Il y a des rencontres qui nous marquent définitivement. Mais chaque rencontre nous apporte son lot de beautés et de désillusions. Gardons le meilleur pour en vivre sans chagrin, en toute liberté.

Écrit par : fifi | 10/03/2013

Répondre à ce commentaire

@ Claire
J'aime me promener entre individualisme et collectif. Ne sommes-nous pas sur un balancier qui oscille entre ces deux extrêmes qui tour à tour prennent le dessus sur nos vies ? Merci d'apprécier et de me faire ce superbe compliment !

@ Veronica
De beaux pieds ? Qu'en sais-tu, tu ne les as pas vus dans leur nudité :-)
Desidereless et son voyage me hantaient depuis plusieurs jours, ton influence ? Qui sait ! Mage hic Veronica !

@ Nuages bavards
Merci pour tout :-) Tu es à l'heure au rendez-vous avec ta grande horloge !

@ JEA
Heureusement pour ceux qui rêvent encore d'être écrivains !

@ Didier
Merci, cet adjectif "solide" me paraît original pour un poème. Un poème liquide peut-il aussi être solide. Je répondrai par mail à ton invitation.

@ Patricia
Oh je ne crois pas qu'on puisse jamais s'approprier les mots, ce sont eux qui nous possèdent. Merci !

@ Feuilly
Bien vu malgré l'ardeur des flammes. Dans la cendre, les univers se contruisent et se déconstruisent, le temps d'une pensée. Ils nous parlent eux aussi mais sans la moindre certitude, ce qui fait leur charme parfois, mais aussi notre désarroi !

@ Colo
Ta réponse-poème est superbe ! Besos !

@ Fifi
J'aime cette façon de garder du passé les choses positives, de leur redonner vie, le temps d'une émotion, de nous redonner aussi la force de continuer et d'aller de l'avant, merci !

Écrit par : saravati | 11/03/2013

Répondre à ce commentaire

Plutôt que de qualifier ton poème de "solide", je dirai qu'il est à ton image, "délicat" et très émouvant.
Avec mon amitié.

Roger

Écrit par : roger DAUTAIS | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour tes mots que j'accroche au pavillon de mes pensées ...
J'espère que tu as retrouvé tes marques, là où tu es retourné. Bon printemps (même s'il se cache ici derrière de lourds flocons et des congères). Amitiés.

Écrit par : saravati | 12/03/2013

Il y a tant de voyages que nous faisons en rêve... j'ai souvent peur que la réalité ne me déçoive !

Écrit par : MARIE | 13/03/2013

Répondre à ce commentaire

Tu préfères garder l’illusion de la beauté plutôt que t'aplatir dans une réalité souvent cruelle ?
Continuons de rêver :-)

Écrit par : saravati | 15/03/2013

C'est très beau !
Etre ici maintenant, une bonne résolution.

Écrit par : Pâques | 18/04/2013

Répondre à ce commentaire

Au pays des mots
de tes mots, j'ai voyagé.

Je le sais
Tu le sais

Amitiés

Écrit par : C comme Corinne | 04/05/2013

Répondre à ce commentaire

Chère Saravati, il est difficile de détacher mes yeux de ce magnifique billet. Chaque ligne fait résonner la corde sensible du manque de l'autre qui est ailleurs, absent, non conscient de l'espace vacant qu'il laisse derrière lui. Tes mots arrivent à combler ce grand vide, faisant taire l'écho de ma petite voix tantôt chagrine, tantôt courageuse. Merci...

Écrit par : Mésange | 20/06/2013

Répondre à ce commentaire

@ Corinne
Oui, je le sais, continuons de voyager et de nous rencontrer aux confluents de nos chemins d'idées.

@ Mésange
Bienvenue chez moi que j'ai un peu déserté, merci pour tes mots qui résonnent à leur tour !

Écrit par : saravati | 28/06/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.