01/03/2013

Vert damier

pont colline IMG_5640-2.jpg

Entre les fissures de l’âme

Des regards perdus

Se sont trouvés

Ont émaillé les herbes folles d’avoir grandi

D’or et de blancheur

Fleurs sauvages

Modestes

Pas mercantiles

Perdues dans l’humidité

Des jours presque sans soleil.

 

Les saisons ont virevolté

Se mélangeant sur le damier

Vert et confus.

Les regards parlent

Au présent de l’indicatif

Et rien d’autre.

 

Ils ont coupé les fils du passé gris

Oublié le lasso invisible

Des lendemains-projets.

 

Ils attendent

Patience et longueur du temps

Que le jour

Les immisce

À pas minucules

Dans l’antre des mots

Pas encore dits.

10:51 Écrit par Saravati | Commentaires (8) | Lien permanent

Commentaires

J'aime beaucoup l'optimisme et l'ouverture qui se dégage de ce texte. Et pour tout dire, j'avais mal lu le titre (d'aimer au lieu de damier). Cela a dû influencer mes impressions.

Écrit par : Claire | 01/03/2013

Répondre à ce commentaire

cette passerelle, comme un poème ouvert - ou l'inverse.

Écrit par : Dominique Hasselmann | 01/03/2013

Répondre à ce commentaire

"l'antre des mots"
quand ce n'est pas l'entrée d'un petit chapiteau de foire : "entrez, entrez mesdames et messieurs, vous verrez des mots comme jamais, des mots tus et des bouches décousues, des mots mies et des mots hair..."

Écrit par : JEA | 01/03/2013

Répondre à ce commentaire

@ Claire
C'est un beau titre Vert d'aimer, j'aurais dû y penser :-)
Vivre au présent est tellement difficile qu'il faut lui accorder présentement tout l'espace ! Merci !

@ Dominique
Oui cette ouverture du texte vers l'espace qui descend et monte, ça donne envie de se lancer ...sans filet !

@ JEA
Quel délicieux Monsieur Loyal vous faites quand vous prenez les mots au collet !

Écrit par : saravati | 02/03/2013

Une invitation à descendre dans le "vert damier"!
la nature toujours recommencer!
Vision dynamisante pour les habitants des villes. On respire plus facilement. Génial :-)

Écrit par : levy benoliel | 02/03/2013

Répondre à ce commentaire

Attraper au lasso les herbes folles, quelle tentation!
Quand je me rends en Belgique, au mois d'août, et qu'ici la nature est ocre, brûlée, ces damiers verts vus de l'avion sont la vie...
Belle journée Savarati!

Écrit par : colo | 03/03/2013

Répondre à ce commentaire

Vies, chemins, pas entremêlés. Toujours couper et recouper pour libérer les mots/maux. Joli poème.

Écrit par : Danièle | 04/03/2013

Répondre à ce commentaire

@ Patricia
Oui, l'expression "se mettre au vert" n'est pas usurpée :-)

@ Colo
La vie et la pluie :-)
Il faut savoir arrêter la saturation des couleurs.
Je rêve d'aller dans les pays du sud...mais au printemps !

@ Danièle
et garder, malgé tout, un semblant d'unité !

Écrit par : saravati | 05/03/2013

Les commentaires sont fermés.