22/02/2013

Verte est la forêt

 gnome et andré IMG_1704-4.jpg

Sérieux comme un homme d’affaires à la retraite, certes, il l’était.

Il avait ce sourire discret et soigné qui attire la confiance

Mais quand le petit bonhomme  aussi vert que la forêt avoisinante s’approcha subrepticement de lui, son sourire prit des allures de rictus.

Pour une fois, il ne se sentait pas à l’aise, pas à égalité avec ce partenaire improvisé.

D’habitude, il menait le débat, alignant avec intelligence ses cartes sur le comptoir.

Le terrain sur lequel il s’aventurait ce jour-là appartenait aux elfes de la forêt.

Il y était toléré, sans plus.
Cela, il le pressentait, son expérience des rapports de force ne pouvait le tromper.
Ces paroles qui n’étaient pas des mots, ces bruits qui n’étaient pas des sons, ces craquements qui n’étaient pas des jérémiades, ces regards troubles qui se perdaient dans les essences de bois jusqu’aux encornures …

Il n’était plus l’acteur, la cheville ouvrière de son propre destin.

De l’orifice béant qui servait apparemment de bouche à l’homme verdâtre ne sortaient que des pensées délétères en forme d’éventails, pas de quoi élaborer un précis de philosophie.
Alors pour la première, peut-être la seule depuis qu’il avait décidé de tisser uniformément sa vie – c’était un homme redoutable, c’était un homme respectable – il dût s’avouer vaincu. Vaincu par les éléments, par la nature et des caprices presque palpables.

Du rictus qui émargeait ses traits fatigués, il se composa un sourire de circonstance.


19:44 Écrit par Saravati | Commentaires (10) | Tags : forêt, sourire, e | Lien permanent

Commentaires

cette note se veut-elle rêve, cauchemar ou bien conte ? j'ignore l'origine, pas grave...merci de ton passage sympa chez moi, alors bon week end à toi...

Écrit par : le Pierrot | 23/02/2013

Répondre à ce commentaire

Comment arriver à formuler ce que ces yeux, médusés, découvrent?
Bouche bée il est resté...
Excellente journée Savarati!

Écrit par : colo | 26/02/2013

Répondre à ce commentaire

@ Pierrot
Une petite divagation par rapport à une photo d'ambiance :-) Belle journée à toi !

@ Colo
Les passages d'une réalité à une autre réalité peuvent surprendre ! A bientôt !

Écrit par : saravati | 26/02/2013

Un Robin des bois moderne

Écrit par : Gérard | 27/02/2013

Répondre à ce commentaire

Excellent, Saravati. Quelle imagination !

Écrit par : Danièle | 27/02/2013

Répondre à ce commentaire

@ Gérard
Lequel des deux ?
:-)

@ Danièle
Merci beaucoup ! Les photos aussi parlent et les mots en sont les témoins :-)

Écrit par : saravati | 28/02/2013

Il nous arrive souvent quand perdu au beau milieu de la forêt, nous entendions le langage des arbres, si grand que nous soyons nous redevenons nus de nos vies, perdus dans cette immensité peuplée de géants ... Et le sens de la vie, la vraie ... nous revient ... et c'est bien !
merci de ton passage

Écrit par : marie-claude | 28/02/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour cet éclairage au coeur de la forêt qui illumine quand on se retrouve face à cet autre soi-même réel ou fruit de notre imagination.
Bonne soirée !

Écrit par : saravati | 01/03/2013

Fascinante est la photo, étrange les sourires, passionnants tes mots
... de l'humilité de l'homme au milieu de la nature ...

Écrit par : Veronica | 06/03/2013

Répondre à ce commentaire

Rester un bleu deux vents la nature, voui !

Écrit par : saravati | 07/03/2013

Les commentaires sont fermés.