21/01/2013

Je n'en pneu plus

pneu noyé IMG_6474 -2.jpg

 

18:54 Écrit par Saravati | Commentaires (22) | Lien permanent

Commentaires

Cette photo est très intrigante ; et les paroles de la chanson sont très touchantes (mieux vaut tard que jamais ?)

Écrit par : Claire | 22/01/2013

Répondre à ce commentaire

Comme dit Claire cette photo est intrigante. Benjamin Biolay à qui on reconnaît beaucoup de talent ne me touche pas même si parfois les paroles de ses chansons sont fort belles. Bises saravati.

Écrit par : Malou | 22/01/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai vu ça ... ça m'a inquiétée ...

Peut-être si tu n'en pneus plus, essayer le gnou, un voyage au Kenya pour te changer les idées ?

Que puis-je faire pour toi ? ...

Je t'embrasse !

Écrit par : Veronica | 22/01/2013

Répondre à ce commentaire

Cette photo est singulière...
Symbolique peut-être...
Comme le miroir d'un devin où celui d'une enchantesresse...
En tout cas, une fois détourneé de sa réalité permière, elle laisse libre court à l'imagination !
Douce journée...
Michèle

Écrit par : michèle | 23/01/2013

Répondre à ce commentaire

Plus on vit près de ceux qu'on aime, moins on les regarde ... l'habitude faisant loi ... une fois je me suis teinte les cheveux en bleu ... ça a marché ...
Amitié .

Écrit par : marie-claude | 23/01/2013

Répondre à ce commentaire

@ Claire
Cette noyade dans une si belle lumière, c'est vrai, ça m'a intriguée aussi et puis j'ai trouvé cette chanson ...

@ Malou
Benjamin Biolay, découvert au cours d'une promenage sur un blog, de belles paroles et qui laissent entrevoir une certaine cruauté de la réalité

@ Veronica
Oh comme j'aime tes gnous :-)
Pourtant, tu n'es pas Claire ...

@ Michèle
J'aime que les photos puissent parler plusieurs langages en fonction de nos ressentis du moment !

@ Marie-Claude
En bleu ciel ou bleu foncé ? :-)
Un jour, enfant, je me suis arrêtée à regarder une voisine qui venait souvent chez nous et croyez-moi, je me suis rendue compte que je ne la connaissais pas, son visage m'étant complètement étranger ...

Écrit par : saravati | 23/01/2013

En relisant ton billet, je me dis que j'ai répondu trop vite, en restant à la surface. Je n'en pneu plus, une façon pudique de décrire ton état d'âme du jour..... Ma chère saravatti, je laisse glisser vers toi des bulles d'empathie et te serre fort dans mes bras...oui, comme dit Veronica "que puis-je faire pour toi ?"

Écrit par : Malou | 23/01/2013

Répondre à ce commentaire

@ Malou
Mais non, c'est bien de rester à la surface, ça permet de ne pas couler et de profiter de la lumière.
C'est vrai que l'hiver est long (alors qu'il vient juste de commencer) et que le ciel bas influence les humeurs. Les paroles sincères permettent de donner des couleurs à la grisaille ambiante. Je te remercie infiniment. Ce que tu peux faire, être là, tout simplement, merci !

@ Veronica
Ne pas parler la bouche pleine de mousse-taches :-)
sinon on rit-queue de se faire enfermer dans des bulles de suave-bon !

Écrit par : saravati | 23/01/2013

Oui, pourrais-tu nous en dire un pneu plus ... Peut-être n'est-ce que jeu de langue-âge ( avec la moustache :)

Écrit par : Veronica | 23/01/2013

Répondre à ce commentaire

Me suis embrouillée dans les commentaires (à cause des moustaches qui bloquent sacrément la vue :-) Ma raie-ponce naît pluie haut ! Bises dépoilées !

Écrit par : saravati | 23/01/2013

Dis donc, c'est que tu fais la coq-in, jouant à pile ou fesses ! :)

Je me poile de rires !

Écrit par : Veronica | 23/01/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Saravati

Comme un oeil sali
à la dérive de l'humanité...

Merci de ta visite

Écrit par : Yanis Petros | 23/01/2013

Répondre à ce commentaire

Mais boudiou qu'est-tu allée me photopixelliser dans ta réserve de pièces détachées ? C'est quoi ce mystère circulaire qu'y'en a rin à vouère ni à cirer les pompes à air ?
J'y suis, un peuneu de ma Dinky-Toys Ferrari rouge;
ça, c'est il y a un fameux bail.
Allez hop ça ira vat'y, le printemps, bientôt. L'écriture, à tous les temps.

Écrit par : jaleph | 23/01/2013

Répondre à ce commentaire

jant'ille photo qui enloliv'coeur cette saison qui nous met à...plat mais heureusement il y a plus d'une roue de secours dans ce grand coffre qu'est " le coeur des hommes " celui des femmes aussi et quand ils battent à l'unisson c'est un cric formidable pour l'élévation de notre véhicule qu'est l'âme...

http://youtu.be/OpQCDDh7J1A

Écrit par : francis | 24/01/2013

Répondre à ce commentaire

enJoliv'coeur ...

Écrit par : francis | 24/01/2013

Répondre à ce commentaire

Jeu de mot bien trouvé! J'ajouterais alors "courage!" (la courage est aussi une voiture de course, idéal pour redonner l'envie d'avancer... lorsqu'on n'en pneu plus...)

Écrit par : Marc Lef | 24/01/2013

Répondre à ce commentaire

@ Yanis
Un monde où l'on noie même les pneus !

@ Jaleph
Je n'ai rien changé aux couleurs originales, sans doute, le pneu se voulait flambloyant pour attirer mon attention :-)
C'est étrange, je viens juste d'écrire un texte sur les Dinky Toys, pas sur la Ferrari ...
A bientôt au pays des moutons :-)

@ Francis
Wouah, joli commentaire, je vais voir dans ma boite à outils si je retrouve ce cric qui pourrait élever mon âme un peu dégonfée :-)

@ Marc
La voiture courage ne se démonte pas quand elle perd la course. Tel le phénix, elle renaît de ses propres pneus :-)

Écrit par : saravati | 28/01/2013

une des chansons "comme j'aime" de Biolay...
Tu n'en pneu plus ? les miens sont crevés, j'en suis déjantée...
je croyais pourtant dans mon jeu avoir la carte "increvable" !
Si je la trouve, je te la donne.
Tiens bon la route, sans excès. Prend les départementales, on y trouve des trésors encore. Et nous nous y croiserons peut-être, ce serait extra...
Bises

Écrit par : C comme Corinne | 29/01/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour, je viens de parcourir rapidement ton "chez toi". j'aime ce que j'y ai vu.. certain, je vais revenir.

Écrit par : dominique | 29/01/2013

Répondre à ce commentaire

@ Corinne
La carte increvable, ne me la donne pas, partageons-là !
Tu sais que j'aime me perdre dans les départementales, on peut y faire des rencontres inspouçonnées, là on découvre une vie pas encore standardisée. Bisous !

@ Dominique
Bienvenue ici, j'ai déposé des petits fours pour les petites faims. merci !

Écrit par : saravati | 31/01/2013

quels jolis souvenirs!

Écrit par : gwendoline | 31/01/2013

Répondre à ce commentaire

Je suppose que tu ne parles pas de la noyade :-)

Écrit par : saravati | 01/02/2013

Les commentaires sont fermés.