04/11/2012

Raide escalier

escalier n et b MG_7452-d.jpg

Toujours aussi raide est l’escalier.


L’escalier

A gardé

L’empreinte de la boue

Vieillie

Poussière

Désagrégée

Film gris sur grenat

 

La rampe

à moitié démontée ne protège pas du vide.

 

Fais attention où frotte ton épaule

 

Elle retrouve sa chambre

isolée sous les combles

le châssis de toit vermoulu

les vitres sales

du vent d’automne

et d’autres saisons

 

Elle retrouve des traces lointaines

d’adolescente

insatisfaite

 

Tout a été fouetté par la pluie

séché puis resséché

Les papiers craquèlent

les moisissures s’épanouissent en fleurs

sur les vêtements chiffonnés

 

Elle pleure

les souvenirs qu’elle n’aimait pas

quand ils étaient vivants.

 

Sur les murs chauves et jaunes

qui répondent en cadence

son poing bouillonne.

 

La poignée de la porte gît

sur le balatum brûlé.


14:30 Écrit par Saravati | Commentaires (7) | Lien permanent

Commentaires

Tristesse de tes mots, de l'image, des souvenirs, mais une voix qui transcende toutes les tristesses !
Belle fin d'après-midi, Saravati !

Écrit par : fifi | 04/11/2012

Répondre à ce commentaire

Un joli texte illustré par une douce voix.

Écrit par : Danièle | 05/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Fifi
Oui, cette voix et les souvenirs qui s'y rattachent.
Passe une belle soirée, Fifi

@ Danièle
Merci !

Écrit par : saravati | 06/11/2012

L'escalier remonte l'île ou elle des souvenirs, marches ressassées, si belle quand elle pleure, envie de la consoler, sous l'escalier, d'un geste de paume.

Pensées en des sentes douces ...

Écrit par : Veronica | 07/11/2012

Répondre à ce commentaire

- Elle pleure les souvenirs
qu'elle n'aimait pas
quand ils étaient vivants -
Finalement le temps enjolive les choses et gomme les aspérités...

Écrit par : Pâques | 07/11/2012

Répondre à ce commentaire

et c'est bien comme ça, non ? Même si la "vérité historique" est un peu grimée :-)

Écrit par : saravati | 08/11/2012

Mais où mène l'escalier ? à hier déchu ? à demain, il mène à demain.

Écrit par : C comme Corinne | 18/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.