01/10/2012

Peurs

 

peur,connivence

Les peurs sous-jacentes qui font de l’ombre aux jours sans pluie

Ces peurs intemporelles veillent sur nos pensées éparses

Prêtes à claironner leur raison d’être au moindre tremblement

Maîtrisent toutes les ficelles de relaxation

Envahissent l’instant en le liquéfiant

Ces peurs parfois disparaissent

Le temps d’un soupir

D’un sourire

Le temps d’une connivence

Éphémère mais si belle.


09:42 Écrit par Saravati | Commentaires (10) | Tags : peur, connivence | Lien permanent

Commentaires

pourquoi dire : "j'ai bien peur"... et jamais : "j'ai mal peur" ???"

Écrit par : JEA | 01/10/2012

Répondre à ce commentaire

Ces peurs diffuses, confuses, ne sont certes pas les plus faciles à gérer.

Écrit par : Claire | 01/10/2012

Répondre à ce commentaire

La peur est parfois inspiratrice d'un beau poème, parfois mauvaise conseillère.

L'humour, le rire peuvent la chasser... pour un certain temps.

Amitiés,
Marc

Écrit par : charlier | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Nous gardons ces peurs toute notre vie, plus ou moins présentes, comme si elles étaient l'héritage incontournable d'un inconscient collectif. Chacun essaie de les vaincre, toi, avec le poème. C'est une chance pour nous.

Roger

Écrit par : roger DAUTAIS | 07/10/2012

Répondre à ce commentaire

@ JEA
C'est parce que la peur fait mal qu'on s'y sent bien ?
Serions nous masochistes.

@ Claire
La peur est inhérente à la vie, le premier cri n'est-il pas un cri de manque déjà ?

@ Marc
Merci. Amicalement

@ Roger
La peur comme moteur d'un désir de mieux-être ? Qui sait ? Merci.

Écrit par : saravati | 10/10/2012

Aucun humain ne peut en faire l'économie. Elles nous pourrissent nos "jours sans pluie" et même parfois, ceux d'un radieux soleil. Mais je vais m'arrêter au "temps d'une connivence", d'un sourire, d'une joie attrapée qui nous délivre, allez savoir pourquoi ? Mais si nous savons :-)
Merci Saravati !

Écrit par : fifi | 12/10/2012

Répondre à ce commentaire

oui, il faut toujours s'arrêter aux connivences qui prêtent au sourire. Le sourire qui décrispe les traits et relègue les peurs derrière les moments partagés.
Merci !

Écrit par : saravati | 16/10/2012

Elles sont là, sournoises, tapies, en va hissantes. mais quand elles s'estompent , le temps d'un soupir, d'un sourire, oui comme c'est juste ! alors c'est la belle lumière qui nous inonde.

Pensées sans fear ni fard, pour toi Saravati !

Écrit par : Veronica | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

Très belle photo ...

Écrit par : Veronica | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

Mille mers si ...Veronica

Écrit par : saravati | 30/10/2012

Les commentaires sont fermés.