21/08/2012

Chasse au trésor

feuilles par terre_MG_1109 - def.jpg

Des pelures sur le sol

Jonchées

Par une main habile

À dresser l’irrégularité

 

Et cet homme qui marche tête basse

À scruter le sol rugueux

Son menton glabre tremble

De froid

De faim

 

Il cherche

Ce qui apaisera

Le creux qui tire

Au fond de sa poitrine

 

Il cherche

Quelque mégot

À mâchouiller

Quelque os à disputer aux chiens errants

 

Il cherche à goûter le parfum du fumet

Il n’a rien mangé depuis deux jours

Ses enfants hurlent de faim

Ils croupissent quelque part

Près d’un ruisseau

Le long d’une voie ferrée torride

 

Parfois des wagons

Tombe quelque manne grise...


 

18:53 Écrit par Saravati | Commentaires (12) | Lien permanent

Commentaires

la musique et les paroles tellement touchante...

Amicalement, K.

Écrit par : Karol | 23/08/2012

Répondre à ce commentaire

autrefois, voici une méthode cynique pour chasser des gens du voyage rassemblés dans un camp longeant un talus de chemin de fer
quand la canicule sévissait et que les herbes du talus étaient des plus sèches
veiller à ce que le train à vapeur envoie moultes escarbilles et autres étincelles sur ces herbes qui s'enflammaient aussitôt
le feu enflait, rugissait, bondissait
les roms ne pouvaient qu'arracher les enfants au paysage et s'en aller plus loin, pour d'autres rejets...

Écrit par : JEA | 24/08/2012

Répondre à ce commentaire

La poésie peut transfigurer la misère, mais hélas l'horreur de certaines situations demeure et nous interpelle.

Amitiés,
Marc

Écrit par : charlier | 24/08/2012

Répondre à ce commentaire

son regard tomba sur ce cent au sol
il se baissa et le ramassa
combien en faudrait-il pour qu'il puisse
satisfaire cette faim ...

Écrit par : aramis-dingo | 25/08/2012

Répondre à ce commentaire

Une chasse au trésor malheureusement à cent lieues de celles de notre enfance.

Birdy et sa mélancolie font merveille sur ton texte.

Écrit par : C comme Corinne | 26/08/2012

Répondre à ce commentaire

Combien dans ce cas aujourd'hui !

Écrit par : Danièle | 29/08/2012

Répondre à ce commentaire

J'aime bien ce joi poeme remplit d'images poétiques, Ils soulèvent l'imagination !
Bonne soirée.

Écrit par : Jane | 02/09/2012

Répondre à ce commentaire

Et de l'autre côté de la route il y a tous les nantis, ce qui m'énerve c'est le décalage extrème entre certaines classes sociales.
C'est comme si nous ne vivions pas sur la même planète !

Écrit par : Pâques | 07/09/2012

Répondre à ce commentaire

Et je le vois de plus en plus cet homme qui crie la faim ... et ses enfants ... sur nos trottoirs ...

Merci pour ces feuilles qui ne les oublient pas

Écrit par : Veronica | 18/09/2012

Répondre à ce commentaire

@ Karol
Merci

@ JEA
Une page d’histoire cruelle mais hélas encore d’actualités

@ Marc
La poésie ne peut aider que celui qui dispose d’un minimum, les ventres creux ne peuvent se satisfaire des mots.
Amicalement.

@ aramis
J’ai vu un reportage, je ne me souviens plus s’il s’agissait de l’Asie ou d’un pays de l’est sur des enfants qui collectaient des miettes pour avoir quelque chose !

@ Corinne
Rien à voir en effet avec la collecte des œufs de Pâques !
Ici que quelques écailles écrasées …Merci à toi !

@ Danièle
Un nombre hélas en augmentation constante …

@ Jane
Bienvenue et merci !

@ Pâques
L’écart se creuse chaque jour !

@ Veronica
Soyons préservés de la surdité ! De l'absurdité aussi de ces situations que nous tolérons plus que de raison !

Écrit par : saravati | 25/09/2012

Répondre à ce commentaire

La misère d'un enfant intéresse une mère, la misère d'un jeune homme intéresse une jeune fille, mais la misère d'un vieillard n'intéresse personne...

Écrit par : treasure | 14/03/2014

Répondre à ce commentaire

Il y a malheureusement des laissés-pour-compte dans toutes les générations ...

Écrit par : saravati | 14/03/2014

Les commentaires sont fermés.