25/06/2012

A flots d'eau

 branches sur lac N image2604d).jpg

L'eau coule à flots

Dans tes veines

bouillonne

puis s’amoncelle

à l’ombre des sorbiers

 

Le sang dévale les pentes

éclabousse les champs

change les lys en coquelicots

 

Toi

limpide égérie

cœur de mon chœur

cri de la voix

Trace

qui me ramène à la terre

Source de mes rêves

 

Mes mots-voiles sont si légers

qu’ils n’arrivent pas à te couvrir

ils se déclinent en ombres transparentes

épousent ta silhouette

 

Ton rire de cristal

résonne

et se consume

dans la lueur brouillée

de l’aurore enfouie.


 

11:37 Écrit par Saravati | Commentaires (11) | Lien permanent

18/06/2012

Fenêtre allouée

 

fenetre en deux parties arbreIMG_4522 -x def.jpg


Que veux-tu que je vois à travers

mes lunettes 3 D hors dimension d’écran ?

Le monde et sa grisaille qui pète à tous les coups

La suie qui ruine la vision narguée par la poussière du temps qui passe

Les longues trainées tristes qui s’étalent en pleurant

La porte déglinguée parade d’un monde à venir qui n’est pas venu

Les sillons abandonnés à leur triste essor


Un arbre qui crie encore sa soif de vivre

Malgré ses bras décharnés

Déjà dépossédé des fruits qu’il donnera peut-être

De vieilles pierres assoiffées

Qui ne boient que la pluie

Un oiseau éperdu de soleil

Perdu pour ses amis ?

 

Que veux-tu que je fasse face aux calamités ?

Me faire apprenti-peintre aux palettes lustrées

Ajouter la verdure

Faire renaître les champs

Ajouter la clarté

Voir miroiter le ciel

Raboter les vieux bois pour calfeutrer l’usure

Ajouter des rayons pour aviver les cœurs ?


 

12:04 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (11) | Lien permanent

06/06/2012

perdu...

bouée quai MG_3132-d.jpg

J’ai perdu des textes

J’ai perdu des photos

J’ai perdu des idées

J’ai perdu des amis

 

J’ai retrouvé des traces

De sentiments épars

Estompées entre les pierres de la vie

J’ai retrouvé des mots

Qui avaient gardé leur séduction naturelle

 

Les mots glissaient comme l’eau des torrents

Je ne pouvais pas ne pas les entendre

Ils avaient un peu perdu de leur fraîcheur vivifiante

Ils ne m’étaient pas adressés

Ou alors par ricochet

Numéro parmi les autres

 

Je me suis dit

Que peut-être

Extra terrestre

J’étais devenue

 

Que les émotions

Perdent ainsi de leur acuité

De leur fulgurance

 

Ni joie ni peine

Ni nostalgie

Ni regret

 

Certitude d’une erreur de programmation

Dont on ignore la cause profonde

 

Le hasard sans doute …

Quelques ondes égarées

Qui trouvent un écho

Sur un mur d’acier et résonnent …

Au loin

Très loin …

 

11:22 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (16) | Lien permanent