24/05/2012

Seine de rendez-vous

 Seine de rendez-vous_MG_0878  d.jpg

Les images parlent

Les images mentent aussi

Ou tissent leur histoire au gré fantaisiste du spectateur.

 

Je suivais les rives de la Seine

Et j’ai vu la voiture en contrebas de la rive

Trois hommes pressés en sont sortis

Comme au seuil d’une manigance.

 

Malgré un danger potentiel, je suis restée accolée au ponton

Dans une plongée voyeuriste

À suivre leur manège.

 

Mais on n’était pas dans un thriller

Ni dans un film de série B

Ils ne sortirent ni leurs armes ni leur came ni leur fric

Mais leur pied amovible

Et leurs appareils sophistiqués précédés de leurs objectifs ambitieux.

 

A cette heure presque de crépuscule, la lumière est seyante

Pour qui veut caresser les flots au creux des branches décharnées.

 

Ils ne m’ont pas vue, eux qui par essence doivent avoir l’œil

Et d’ailleurs qu’auraient-ils dit ?

Les photographes aussi peuvent être photographiés à leur insu !

 

17:44 Écrit par Saravati | Commentaires (18) | Lien permanent

Commentaires

Je vois que la berge te fais gamberger et ton humour retomber sur tes deux pieds, pendant que les trois lascars, eux, prenaient leur pied, sans te voir, tu les mitraillais, eux désarmés par une lumière assassine, qui les pressait d'agir en loucedé.
Belle histoire, quand même.

Roger

Écrit par : Roger Dautais | 24/05/2012

Répondre à ce commentaire

Ce type de voiture de collection (VW, à première vue) mérite de temps en temps une mise en scène.

Écrit par : Dominique Hasselmann | 24/05/2012

Répondre à ce commentaire

Je me demande, en fait, s'il ne s'agit pas plutôt d'une ancienne Porsche (moteur à l'arrière aussi).

Écrit par : Dominique Hasselmann | 24/05/2012

Répondre à ce commentaire

@ Roger
Ton histoire en contre-pied de la mienne, un autre éclairage et les contours se déclinent ...Merci :-)

@ Dominique
CW - Porsche : même combat pour la mise "en scène" ?
Je crois qu'il s'agit effectivement d'une Porsche mais même avec le loupe, ça manque de mise au point ...

Écrit par : saravati | 25/05/2012

Répondre à ce commentaire

elle avait l'intention de se suicider, cette voiture, ou elle était (en)volée ?

Écrit par : JEA | 25/05/2012

Répondre à ce commentaire

A chaque fois, c'est pareil : j'ai envie d'agrandir la photo pour mieux voir les détails, mais c'est impossible :(. Si la mise en scène avait été voulue, elle n'aurait pas pu être plus réussie.

Écrit par : les nuages bavards | 26/05/2012

Répondre à ce commentaire

Porsche ? Je pensais qu'il s'agissait d'une ancienne Dauphine. Il faut bien que les photographes renvoient la balle de temps en temps !

Écrit par : Danièle | 29/05/2012

Répondre à ce commentaire

La lumière est seyante.
Quelle belle association de mots; l'idée de caresser les flots me plait bien par ce jour de grosse chaleur.
Hasta pronto!

Écrit par : colo | 01/06/2012

Répondre à ce commentaire

Pourrait-on dire que, dans l'appareil photo, coule la Seine ?...

Écrit par : J.Earthwood | 04/06/2012

Répondre à ce commentaire

Etre voix ailleurs, par fois ...

Rêver d'autres vies, dans un oeil gourmand

Tes mots sont des instants cousus près des yeux, on a envie de les contourner ...

Ame t'y es, chère Saravati !

Écrit par : Servanne-V | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

@ JEA
La marche avant est bien une perspective de « grand plongeon ! »

@ Nuages bavards
Désolée, je « minimise » mes photos, si tu le souhaites, je peux t’envoyer la photo en haute définition.

@ Danièle
Pas sûr pour la marque mais je suis loin d’être une spécialiste en matière d’automobile !

@ Colo
Qui parle de chaleur ? Ici, les flots restent desespérément frisquets …Merci !

@ J.Earthwood
J’espère bien que non, j’y tiens à mon appareil photo !
(Même si ça rime :-)

@ Servanne
Tes commentaires me laissent sous vents cent voix ! Ami, tu y es aussi !

Écrit par : saravati | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

Touchée ...

Écrit par : Servanne-V | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

Voir sans être vue, c'est délicieux !:-) Une observation joliment contée ! Merci Saravati !

Écrit par : fifi | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

J'aime la Seine ,J'aime Paris .....

Écrit par : cél | 08/06/2012

Répondre à ce commentaire

@ Servanne
mais loin de couler:-)

@ Fifi
Les voyeurs vus sans qu'ils le voient ...Merci !

@ Cél
Qui ne pourrait ne pas les aimer ?

Écrit par : saravati | 15/06/2012

j'envoie sur sur mon reseau social prefere cette actualite car c'est carrément un site sensible

Écrit par : assurance automobile | 29/08/2012

Répondre à ce commentaire

Les regardeur regardés à la fois par l'oeil de l'appareil et les mots qui les décrivent ... Et le regardeur ultime? Le lecteur qui, dans l'intimté de sa lecture, ne sera, lui, regardé par quiconque. Peut-être est-ce la tâche de lécrivain; mener le lecteur à cette posture ultime de voyeur.

Écrit par : Geraldine | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

Voir à travers les yeux de l'autre les mots de l'autre, n'est-ce pas là une forme de complicité qui à un moment précis permet de se comprendre mutuellement ?
Tout "écrivain" rêve de ce moment d'exception.

Écrit par : saravati | 12/02/2013

Les commentaires sont fermés.