13/04/2012

Lola rennt

 fille escalier gareIMG_3022  d.jpg

Je ne sais pourquoi dans cette gare que je connaissais à peine, cette fille aux cheveux dénoués, beauté bottée, a attiré mon regard et j’ai pensé à Lola. 

Pas de cheveux flamboyants mais cette allure pressée (sûrement pour attraper un train et non pour une question de vie ou de mort).

Lola était enfouie dans un petit coin de ma mémoire mais la persistance rétinienne l’a vite fait revenir en plein jour. Quand quelque chose vous touche, il ne s’agit pas d’un processus unique mais qui peut se renouveler à chaque instant pourvu qu’il y ait déclic. 

Lola courait non dans une gare mais dans les rues pour la vie la mort de son copain désœuvré, vingt minutes en réel dans la vie de Lola tranquille jusqu’a coup de fil… 

J’ai eu une envie subite de revoir ce film (le processus venait de se déclencher)  une envie irrépressible, je ne l’avais vu que partiellement mais assez pour qu’il s’inscrive de manière indélébile dans mes neurones. 

J’ai retrouvé Lola, ses vêtements de sport, sa silhouette nerveuse, ses cheveux rouges au vent, les pensées qui fusent dans sa tête comme des boules de neige et le rythme de sa course qui n’en finit pas, s’arrête quelques instants de réflexion presque instinctive pour reprendre de plus belle. 

Tout de suite, on est emporté par ce flot d’images nerveuses, la musique techno, les plans vifs, les travellings, les parallèles en film d’animation... J’adore ce rythme qui déboussole, donne le vertige et cette musique qui bat le ramdam. J’adore ces plongées profondes dans l’univers citadin et ces rencontres de trottoir affairé. J’adore le cri profond de Lola, révolte ou détermination ferme qui ne laisse aucune chance au cristal de survivre. 

Je trépigne devant les faiblesses des hommes tellement caricaturés : le petit ami incapable de se prendre en mains et qui se repose sur la femme forte qu’est Lola, le père qui entretient avec sa fille une relation d’indifférence froide qu’elle devra secouer. 

Ce plaisir de voir n’est pas unique : l’action se déroule en 20 minutes chronomètre en mains mais en trois versions différentes ce qui amène Lola à courir plus d’une heure durant toute la durée du film. C’est grisant comme l’air qui pénètre dans les poumons quand on fait de la moto !  Ou quand on fait l’amour en plein air pour la première fois ! 

Et j’ai eu subitement une folle envie de courir moi aussi sans raison, sortir de ma tanière et courir à en perdre d’haleine pour sentir le souffle s’emballer et le cœur fouetté, la gifle du vent sur le visage. 

Tandis que cette fille descendait l’escalier dans cette gare, je courais moi aussi aux côtés de Lola, j’avais retrouvé ma forme de vingt ans et je ferai  tout pour la garder le plus longtemps possible …


Lola rennt  (Cours, Lola, cours)  est un film allemand réalisé par Tom Tykwer (1998)

 

13:25 Écrit par Saravati dans Cinéma | Commentaires (6) | Lien permanent

Commentaires

Bon film, je l'ai vu !
Et cette notion de relativité et d'interactivité des choses...Cours Sara, cours !! :)
Besos ♥

Écrit par : Jack le Pirate | 13/04/2012

Répondre à ce commentaire

Différence entre une course pour des raisons "vitales", par nécéssité et la course pour se sentir vivre, en mouvement, "sentir la gifle du vent"...

Image tout en douceur pour cette beauté pressée !

Écrit par : fifi | 14/04/2012

Répondre à ce commentaire

Une autre Lola...loin de la musique techno et bien moins...artificielle....

http://youtu.be/BEmEKcS5E6c

Écrit par : francis | 14/04/2012

Répondre à ce commentaire

@ Jack
J'ai fait trois tours du pâté de maisons, je crois que j'ai présumé de mes forces :-)

@ Fifi
Je cours donc je suis, je course donc je vis ...
Prendre ses jambes à son cou est techniquement difficile à réaliser mais parfois indispensable pour sa survie :-)

@ Franci
Ah, tu n'aimes pas ma Lola, ses cheveux rouges, peut-être mais je t'assure, dans ce film elle bouillonne de naturel ! Je vais écouter ta Lola ...

Écrit par : saravati | 17/04/2012

Répondre à ce commentaire

Beau texte. Je me sens happée par l'élan.

Écrit par : Danièle | 25/04/2012

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup Franka Potente, actrice très talentueuse. Et qui est une des rares actrices allemandes a avoir pu se faire une petite place à Hollywood.

Écrit par : hero | 08/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.