02/04/2012

Onde d'argent

montagne lac balises MG_2791 rec.jpg

Je caresse la surface

Pensées argentées

Venues du fond

L’écho


Ta silhouette altière

Plombe le ciel

Chatouille les nuages

 

Toutes ces routes

Qui ne mènent pas

Ailleurs qu’en soi-même

Comme autant de défis

À l’obscur de la vie

 

Parfois des ébauches de formes

Semblent émerger du néant

Pour y plonger de nouveau

Quelque monstre égaré

Respire

Expire

Soupire

 

Les cycles sont ainsi faits

Et défaits

Métronome infatiguable

Hoquetant

Parfois...



11:08 Écrit par Saravati | Commentaires (10) | Lien permanent

Commentaires

je soupir
de désirs
sans plaisir
pour en finir
avec souffrir ...

Écrit par : aramis-echotier | 02/04/2012

Répondre à ce commentaire

Très beau texte.
Toutes ces routes, oui...

Écrit par : Pastelle | 02/04/2012

Répondre à ce commentaire

Sommes tous des pèlerins sur la routes. A chaque carrefour ne pas oublier le but choisi et remettre dans le droit chemin tous "nos monstres égarés" :-)

Écrit par : fifi | 02/04/2012

Répondre à ce commentaire

« Les cycles sont ainsi faits »…

belle photo, mais dissonances musicales qui
« agacent » mes oreilles habituées à d’avantage...
d’harmonie.

Écrit par : estsidestory | 02/04/2012

Répondre à ce commentaire

Allons allons Saravati, un peu de bonne humeur
Tout n'est pas si grave, hein ?

Hier c'était poisson d'avril, j'ai du gardé des éclats de rire sous mon tricorne ^^

Écrit par : Jack le Pirate | 02/04/2012

Répondre à ce commentaire

Onde d’argent
Sur les falaises escarpées
Terre hors du temps
Embruns de vie éparpillés…
Onde d’argent
Longeant des sentiers emmurés
Ciel sans ouvrants
Vie de lendemains figurés…

Instantané, à fleur de peau, tanné par les embruns de vie…

Je ne sais pas si je suis dans l’esprit mais avec ton texte… c’est loin d’être évident.

Écrit par : J.Earthwood | 02/04/2012

Répondre à ce commentaire

l'insaisissable surface

Écrit par : Gilbert Pinna | 03/04/2012

Répondre à ce commentaire

Sur la surface lisse de l'eau le vent forme souvent des vaguelettes.
S'accrocher à elles.

Bonne soirée à toi.

Écrit par : colo | 03/04/2012

Répondre à ce commentaire

@ aramis
Et si on se contentait d'un sourire ?

@ Pastelle
Merci.

@ fifi
Comme Pinocchio mais pas dans le même esprit, je garde une place pour les chemins de traverse et les surprises dont ils sont émaillés ...

@ estsidestory
« La musique est un cri qui vient de l’intérieur » Nous avons chacun nos longueurs d’onde …et je privilégie le lien même éloigné entre le texte et les paroles des chansons. Purement subjectif, me diras-tu mais j’assume (comme le choix des photos) Merci, préviens-moi si tu te trouves une autre « maison ».

@ Jack
Oh pas vraiment de tristesse…des ombres dessinées dans les lignes d’une photo !
J’avais oublié les poissons d’avril, ils continuent à se cacher sous la surface du lac …
Des éclats de rire pour la route, j’en prendrais bien un paquet !

@ J. Earthwood
Si ce n’est l’esprit du texte, l’esprit est bien là avec ses touches de couleur et ses ondes de sensibilité. Merci, tes éclairages sont toujours appréciés !

@ Gilbert
Qui file entre les doigts …

@ Colo
Ce besoin insatiable de se raccrocher à quelque chose …
Belle journée !

Écrit par : saravati | 04/04/2012

Répondre à ce commentaire

L'errance, c'est bien-là notre destin commun.

Écrit par : Danièle | 05/04/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.