10/02/2012

Love for ever

 bobines love_MG_3717.jpg

Il y avait  une

Non

Des vies éparpillées

Restées suspendues au milieu des bobines

Des fils inextricables

Qui pourtant avaient mission

De créer de jolies choses

 
 

Les jolies choses

Se transformeraient bientôt

En lambeaux

Laids et sales

 

Les billets doux qui auraient dû les accompagner

Fondraient sous les pluies diluviennes

Au morne passage des saisons


Seul survivait pour l’instant

Comme éternel

Le mot Love

Perdu dans la déroute...


 

10:52 Écrit par Saravati | Commentaires (13) | Lien permanent

Commentaires

Une photo qui raconte bien des histoires, et tes mots l'accompagnent parfaitement.

Écrit par : Pastelle | 10/02/2012

Répondre à ce commentaire

Une manière " poétique " pour relater une bien triste réalité industrielle.Eh ! oui nous ne sommes que des " passagers "

http://youtu.be/y4hPnZUMBwA

Écrit par : estsidestory | 10/02/2012

Répondre à ce commentaire

et je crains le pire pour ce triste amour esseulé personne ne semble tenir le bout du fil d’Ariane pour le retrouver ...

Écrit par : LH | 10/02/2012

Répondre à ce commentaire

... mais pour l'instant d'après, un fil serpente et s'emploie à recoudre, une à une, les jolies choses qui traînaient un peu partout.
Comme dans un dessin animé...rejoindre le mot Love.

Écrit par : colo | 10/02/2012

Répondre à ce commentaire

la photo remet aussi en mémoire ces usines soudain vidées par des milices privées et qu'au retour de leurs dernières vacances, découvrent des ouvrières promises à une enterrement industriel

Écrit par : JEA | 10/02/2012

Répondre à ce commentaire

cette image en dit si long....résumé d'une vie de labeur et d'amour...

si bien décrit par tes mots

merci pour tes mots d'ailleurs, si salvateurs , ici et ailleurs....chez moi

ils valaient la peine que je vienne te saluer ce soir et te faire un gros bisou

Écrit par : Nanoub | 10/02/2012

Répondre à ce commentaire

Etre amoureux...c'était une question que je posais souvent...dans la détresse il me semblait qu'une réponse positive était un grand pas fait vers des jours meilleurs...et les réponses positives étaient fréquentes... alors en y pensant et en voyant ton image je me dis qu'elle n'est pas aussi désespérée qu'elle en à l'air ...

Écrit par : Laurence Guez | 11/02/2012

Répondre à ce commentaire

@ Pastelle
Merci !

@ estsidestory
Oui, ma version de cette chanson est plus courte et plus "habillée" :-)

@ LH
Hélas, ils ont tous fui devant la tournade du démantèlement

@ Colo
Je n'ai rien changé au décor mais ce mot-là au milieu du désordre méritait d'être immortalisé...
Faudrait que j'y retourne pour voir s'il a survécu !

@ JEA
Textiles d'Ere, Daphica, toute une histoire, l'autogestion, de beaux rêves oubliés !
Ce n'est même pas par effraction que j'y suis entrée, les portes étaient ouvertes ou inexistantes ...

@ Nanoub
Merci de penser encore aux autres en ce moment si difficile pour toi ! Amicalement

@ Laurence
Un signe d'espérance, tu crois ? Pourquoi cette isncription et pas une autre ? Pourquoi, mon regard n'a vu que cela au milieu des débris ?

Écrit par : saravati | 13/02/2012

Répondre à ce commentaire

"Love", comme un radeau dans la tourmente...

Écrit par : Danièle | 13/02/2012

Répondre à ce commentaire

un love qui se moque de nous, non?

Écrit par : aléna | 13/02/2012

Répondre à ce commentaire

@ Danièle
A quand un canot de sauvetage ?

@ Aléna
Toi aussi tu te moques à disparaître ainsi, tu nous manques ! Mieux vaut écrire sur rien que de ne pas écrire :-)

Écrit par : saravati | 15/02/2012

Répondre à ce commentaire

Les tissus s'effilochent au vent mauvais et les pantins que nous sommes fuient toujours en avant à la recherche de...ils sont sans doute partis, délaissant leurs fils, leurs liens pour le grand amour...

Écrit par : C comme Corinne | 19/02/2012

Répondre à ce commentaire

Je ne sais si les traces du grand amour sont indélibiles mais elles ont moins la chnace d'exister même si ce n'est que providoire !

Écrit par : saravati | 20/02/2012

Les commentaires sont fermés.