13/10/2011

La scomparsa di Patò

 

scomparsa.jpgLe réalisme italien n’a pas cessé d’exister. Seulement, il passe inaperçu parmi les productions commerciales.

Il est toujours aussi teinté d’auto-dérision, ce qui fait qu’un peuple dévoile ses défauts et que ça le rend plus humain.

Le film de Rocco Mortelliti évoque l’univers de Camilleri mais en lui donnant une touche personnelle. Créer une histoire continue en se basant sur des carnets d’enquête n’était pas une sinécure.

Le réalisateur avoue avoir mis dix ans pour mettre au point le scénario au départ du livre, l’ajuster tout en respectant cette ambiance caractéristique qui fait de la Sicile une région particulière. A signaler qu’il s’agit du premier roman de Cammilleri adapté au cinéma.

L’action se passe en 1890 dans une petite ville de Sicile où un notable disparaît alors qu’il joue le rôle de Judas dans une représentation de la Passion. Sa femme, sûre de l’intégrité de son mari, va à la police pour déclarer une disparition à laquelle on ne croit pas tout d’abord.

Puis les carabiniers s’en mêlent et on assiste à une version de la guerre de police avec des épisodes comiques savoureux. Le film suit le policier et le carabinier dans leur enquête respective, un peu à la fois, ils uniront leurs forces au lieu de se tirer dans les pattes et en viendront à une conclusion qui ne semble pas plaire à leurs supérieurs. La suite à l’écran … ce n’est pas un vrai thriller mais je me garderai bien de vous priver de découvrir par vous-même cette disparition !

Peut-être pas tout suite car le film créé en 2010a rencontré quelques problèmes lors de sa diffusion.

J’ai eu la chance d’assister à ce film en exclusivité en Belgique. Le réalisateur présent a expliqué les liens particuliers qui l’attachent à Camilleri, son professeur d’art dramatique à l’époque de sa jeunesse. La fin du film est plus explicite que dans le livre.

 Bon rendu de l’ambiance sicilienne, les préjugés, la naiveté de certains personnages, les disputes bon-enfant des deux enquêteurs qui après des piques acérées se rendent compte qu’ils sont unis par le même désir de découvrir la vérité, des personnages haut en couleurs, l’esprit paysan ,une certaine forme de bon sens populaire, beaucoup d’humour ; on ne tombe jamais dans la tragédie même si la situation de départ est tragique, les manigances politiques, la présence de la mafia qui vient corser le déroulement de l’enquête …

Au terme du film, alors que je rentrai chez moi en métro, le hasard a voulu qu’en face de moi, un homme et une femme qui avaient assisté à la même séance de cinéma, discutaient de La scomparsa di Patò. Sonnerie du GSM. L’homme répond. Après avoir échangé quelques phrases, je l’entends dire à son interlocuteur: « Il film era bello, hai mancato qualcosa !!! ».


http://www.ivid.it/community/index.php?pageid=scheda&...

14:49 Écrit par Saravati dans Cinéma | Commentaires (7) | Lien permanent

Commentaires

"Va, pensiero" : la sonnerie du GSM ?

Écrit par : JEA | 13/10/2011

Répondre à ce commentaire

bon va falloir que je me fasse épauler pour comprendre la phrase finale ... google au secours !! v'en vais de ce pas comprendre le mot de la fin ... ;))

Écrit par : LH | 13/10/2011

Répondre à ce commentaire

AMUNINNE.

Écrit par : carmelo | 15/10/2011

Répondre à ce commentaire

@ JEA
Dans le bruit des rames, pas entendu la musique, juste la voix(e) ...

@ LH
Te ferai pas l'affront de traduire ...Google le fait mieux que moi et d'une manière sans doute plus fantaisiste. L'extrait par contre est bourré de sicilien mais l'expression se suffit à elle même.
Je ne suis pas arrivée à trouver un extrait sous-titré ...

@ Carmelo
Où ça ? Sur les traces du disparu ?

Écrit par : saravati | 15/10/2011

Répondre à ce commentaire

Le cinema italien nous a montré des merveilles, vous me donnez l'envie de voir ce film.
Amitiés,
Marc

Écrit par : charlier | 16/10/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai un beau-frère sicilien, je vais lui demander la traduction :-)
C'est tout à fait le genre de film qui m'intéresse, merci pour le partage :-)

Écrit par : Pâques | 16/10/2011

Répondre à ce commentaire

@ Marc
Je ne sais quand il sera diffusé en Belgique. Même en Italie, la diffusion a été contrariée !

@ Pâques
Une belle étude sociologique que ce film et le regard acéré des Italiens sur eux-mêmes !

Écrit par : saravati | 24/10/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.