02/08/2011

Mur

mur mer IMG_7704 (661 x 256).jpg

 

Jour après jour

On avait construit quelque chose de beau

Un mur qui au

Lieu de séparer

Nous unissait

Cimenter

Rejointoyer

Réchauffer

Ça sert à ça un mur, non ?

 

Parfois quelque caillou

Tombait

Du ciel

Ou de notre bouche

Une parole perfide

Une pique déplacée

Un sursaut d’orgueil

Une vexation comme un petit

Coup de poignard dans le

Dos

Quand on ne s’y attend guère

 

Et puis l’accalmie

Vraie ou fausse

Longue ou courte

Avant l’imminence de l’orage

Qu’on n’attendait pas

Du moins pas vraiment

La douche froide

Ça fait du bien à personne

Sauf aux pierres

Dans les pays de carrières

Pour leur débarbouiller

Leur tronche grise

 

Dans le mur

Au départ, on les voyait pas

Y avait des échardes

Tout solide qu’il était en profondeur

A la surface pointaient

Quelques fissures discrètes

 

Mais nous

Collés aux briques

Qui nous rapprochaient

On les voyait pas

Ces petites fentes dans la matière

Rouge

On riait, on plaisantait

On s’impressionnait, on se troublait

On se cherchait

Invisibles au regard

 

Alors vous comprenez, un défaut minuscule

Dans le mur

On s’en fichait un peu

Ou on faisait semblant de ne pas le voir

 

Et puis, un peu à la fois

C’est comme si le mur avait disparu

Ne laissant que les fissures béantes, géantes

Où l’air de l’incompréhension s’immisçait froid.

 

Aujourd’hui vous êtes loin

Et moi, je suis toujours là, bêtement

Vous avez effacé les repères qui vous menaient

Jusqu’à moi

Et jusqu’aux syllabes de mon nom

 

Dans votre monde le mur s’est

Ecroulé, fondue la matière

Dans le mien, il subsiste encore quelques

Pans déglingués aux saveurs passéistes

 

Les belles constructions ne résistent pas

Aux assauts du temps

De la lassitude

De l’usure

De l’inconstance

 

Seuls les souvenirs peuvent

Attester de la réalité de leur existence d’autrefois

 

Chacun construit et déconstruit

Ses souvenirs à sa manière.

Point final.

 

Pour "anonyme"



Pink Floyd The Wall par kucuk_kiz

23:02 Écrit par Saravati | Commentaires (12) | Tags : mur, lassitude, construire | Lien permanent

Commentaires

Un peu de beuh, ton mur, des pink floyd. Quoi de mieux...

Écrit par : anonyme | 03/08/2011

Répondre à ce commentaire

chacun a sa réalité même dans les souvenirs...

Écrit par : Lautreje | 03/08/2011

Répondre à ce commentaire

Comme quoi au final un mur reste un mur, mais ils protègent aussi non ?... Vers toi ma douce :*

Écrit par : Les Héphémères | 03/08/2011

Répondre à ce commentaire

@ anonyme
Voilà, j'ai mis le lien. Ne tombe pas dans le mur !

@ Lautreje
Les souvenirs ne sont jamais qu'une interprétation personnalisée donc arbitraire du vécu.

@ LH
...du ciel qui peut tomber sur nos têtes :-)

Écrit par : saravati | 05/08/2011

Répondre à ce commentaire

coucou,
une fois de plus je passe sur tes pages. j'aime l’atmosphère qui y règne. Très belle journée ensoleillé (enfin j'espère) - je vais continuer à te lire.
A tout bientôt sur nos pages
Satamon

Écrit par : Satamon | 07/08/2011

Répondre à ce commentaire

Comment ça je suis une interprétation personnalisée donc arbitraire du vécu ? Des bises !

Écrit par : CW | 08/08/2011

Répondre à ce commentaire

@ Satamon
Merci de venir ici, cela me permet de retrouver ta trace.
Bravo pour ton livre !

@ CW
Why not, c'est toujours mieux que rien. Et puis, tu n'es pas un souvenir, tu es là, même si je croyais que tu étais perdue, mais c'est vrai que la maitresse est en vacances. Bisossi !

Écrit par : Saravati | 10/08/2011

Répondre à ce commentaire

Un beau thème que celui des murs. Certains s'écroulent, pour le plus grand bonheur de l'humanité. Ou bien, c'est le contraire. Il faut toujours garder quelques pierres, quelque chose à reconstruire.

Écrit par : Danièle | 13/08/2011

Répondre à ce commentaire

Les murs peuvent se défaire mais nous avons deux mains, notre coeur et notre courage pour reconstruire. Quant à ces murs virtuels qui se font et se défond, j'aimerais venir plus souvent douce amie. Sache qu'entre nous il n'y a pas de mur fissuré, juste un peu d'humidité, celle de l'émotion lorsque je viens lire tes mots.
Bisous

Écrit par : Geneviève | 01/09/2011

Répondre à ce commentaire

@ Danièle
On a toujours besoin d'un peu de ciment pour maintenir sa vie.

@ Geneviève
Merci de ta visite et de tes mots qui me touchent. Un mur une fois ébauché ne disparaît pas tout à fait, il suffit d'y penser pour le voir revenir.

Écrit par : saravati | 08/09/2011

Répondre à ce commentaire

Ce poème me touche plein coeur...!
C 'est si difficile parfois de dire les sentiments.. :-)
Merci pour votre visite

Écrit par : mathilde | 30/09/2011

Répondre à ce commentaire

@ Mathilde
Merci de venir ici et de poster chez vous de si jolies photos à thèmes.

Écrit par : saravati | 01/10/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.