12/04/2011

Photomaton

Louise imagine.png

 Photo : Louise Imagine

 Ce n’était qu’une salle d’attente.

Rien d’autre.

On avait évacué une foule hypothétique

Placé un photomaton à l’extrémité

Lissé les murs glauques

Ajouté quelques pointes de couleur.

 

Puis on avait ramené le mannequin

Pantelant

Hissé sur une banquette d’apparat

Et laissé poireauter pendant quelques heures

Le temps qu’il prenne la température ambiante

Ensuite on avait placé les vitres

De derrière les fagots

Et soulevé le voile opaque

Pour que la lumière soit

D’une scène figée

Tirer quelque chose

Seul le regard pouvait créer

L’illusion

Et des dizaines de paires d’yeux allaient bientôt le faire

Interrogateurs

Goguenards

Étonnés

Émerveillés

Selon leur humeur passagère et leurs aspirations profondes.

 

Une performance n’était une œuvre d’art

Qu’à partir du moment où elle suscitait

Réaction

Mieux

Vocation

Sub.vocation

 

Alors le mannequin se leva

Et harangua la foule

Après avoir lissé les plis de sa chemise

 

La vie naît des énergies attenantes

Sans elles elle disparaît

Avant d’avoir fait ses premiers pas.

 

Jeu d'écriture proposé par  1000 mains

12:02 Écrit par Saravati | Commentaires (5) | Lien permanent

Commentaires

Mais un photomaton...
Un nom dit commun trouvant son origine dans la photographie et l'univers carcéral.
Donc un appareil surveillant la photo pour qu'elle ne s'échappe pas de cette prison ?

Écrit par : JEA | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

Dans la petite cabine d'où le flash
nous allume.

Écrit par : Gilbert Pinna | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

+

le mannequin
comme un oiseau aphone
électrocuté

+

Écrit par : MoP | 16/04/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai pensé au film - Amélie Poulain-
Une certaine poésie dans la banalité d'une réalité trop terne :-)

Écrit par : Pâques | 17/04/2011

Répondre à ce commentaire

@ JEA
Plutôt un appareil qui vole l'image et vous la renvoie toute déformée !

@ Gilbert
Avoir toujours un extincteur à portée du visage ...

@ Marcel
Irradié, tu veux dire !

@ Marcelle
Amélie Poulain, l'inoubliable ou le mystère du photomaton.

Écrit par : saravati | 21/04/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.