18/03/2011

Poules au pied

Pourtant encombrées de leurs ailes courtes et inutiles, les poules rousses semblaient libres comme le vent.

L’été, à l’ombre du poulailler en ruines, la fillette leur ramenait du mais qu’elle présentait en abaissant les mains remplies d’or.

Et elles de becqueter goulûment en faisant valser les pépites par-dessus bord ! Parfois, la petite palpait leur gosier et sentait frémir les graines sous les plumes soyeuses. Cela l’étonnait toujours de sentir leur consistance inaltérée.

Le voisin en parlant de sa sœur écervelée déclarait "Elle a l’intelligence de la poule".

La petite ne comprenait pas pourquoi il avait si peu de respect pour les poules (et sa sœur).

Jusqu’au jour où leur ration étant épuisée, les volatiles, sans discernement, vinrent lui picorer les orteils.

Quant à la sœur …elle ne s’abaissait pas jusque là !

16:33 Écrit par Saravati | Commentaires (14) | Lien permanent

Commentaires

J'adore ce texte. Il est de toi?
Bises et excellente soirée.

Écrit par : Patrick | 18/03/2011

Répondre à ce commentaire

@ Patrick
Merci. Bien sûr qu'il est de moi comme tout ici sauf les murs, les vidéos et quelques photos de film :-)
Merci de ta visite, je te garde une poignée de mais au frais. Bisous et bon week end !

Écrit par : saravati | 18/03/2011

Répondre à ce commentaire

Super accablant ! Maurice Chevalier chantant : "Ah si vous connaissiez ma poule".
Un extrait rendu insupportable pour cause de réelle actualité :
- "Marguerit' de Bourgogne auprès d'elle
N'avait que nib comm' tempérament
Il faut l'entendre quand elle appelle
Son petit Momo au grand moment
Son corps frissonn' d'une façon telle
Que la maison tremble également
Et ça vous expliqu'
Les secouss's sismiqu's
Dont les journaux parlaient récemment..."

Écrit par : JEA | 18/03/2011

Répondre à ce commentaire

Joli texte qui décrit bien le comportement des enfants et ... des poules.

Le contact avec les animaux est très bénéfique pour les enfants et apaisant pour les adultes.

J'aime beaucoup le comportement "scientifique" de la petite qui suit le trajet du maïs dans le tube digestif de la poule.

Amitiés,
Marc

Écrit par : charlier | 18/03/2011

Répondre à ce commentaire

Devenue grande, la petite, allez savoir pourquoi, aimait à s'habiller en pied-de-poule quand elle retrouvait la campagne pour quelques heures...

Écrit par : JEA | 19/03/2011

Répondre à ce commentaire

Le volatile, dans sa course, en puissance, en furie.
Une bombe.

Écrit par : Gilbert Pinna | 20/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'adore!
Amusant et joyeux pour ce premier jour de printemps :-)

Écrit par : Pâques | 20/03/2011

Répondre à ce commentaire

@ JEA
Maurice ne parle pas de l'intelligence de sa poule !
Sans doute est-elle pour lui tout à fait secondaire.

@ Marc
L'histoire ne dit pas si la petite est devenue vétérinaire ou chirurgien ...quant aux poules, j'imagine mieux leur tragique fin.
Merci. Bonne journée.

@ JEA
Son côté caméléon, peut-être ?

@ Gilbert
Rapide, en effet, quand il s'agit de passer à l'attaque !

@ Marcelle
Merci, le printemps, déjà, ah oui, il me fait un grand signe par la fenêtre ...

Écrit par : saravati | 21/03/2011

Répondre à ce commentaire

pas si folle que ça les poules !!
J'aime cette histoire, en quelques mots, je suis plongée dans l'enfance, la campagne, les poules, les vaches... Ahhh comme c'est bon le printemps !

Écrit par : Lautreje | 21/03/2011

Répondre à ce commentaire

j'aime beaucoup : on ne la leur fait pas aux poules...
:))

Écrit par : Muriele | 21/03/2011

Répondre à ce commentaire

Ce que j'aime dans ce texte c'est sa concision et sa précision ; peu de mots mais des images très fortes, c'est de la joaillerie !

Écrit par : madame de K | 21/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai eu des poules pour copines, c'est grave ? ;-)

Écrit par : co errante | 21/03/2011

Répondre à ce commentaire

@ Lautreje
Merci, dès le printemps, on ne couche plus à l’heure des poules (surtout avec l’heure d’été !)

@ Muriele
Des bêtes pleines de ressources, au fond (de plumes aussi !à

@ Madame de K
C’est gentil. Pour la joaillerie, cela reste très rudimentaire : un peu d’or granuleux et des pépites qui disparaissent …

@ Cokcok errante
Mais non, elles savent être très tendres (sous la dent, elles qui n’en ont pas) !

Écrit par : saravati | 22/03/2011

Répondre à ce commentaire

Toujours se méfier des poules ! Texte très réjouissant, bravo !

Écrit par : Danièle | 31/03/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.