16/11/2010

Rien qu’à un fil

jeunes filles image3141 def.jpg 

Au bas d’un escalier

En colimaçon

Deux jeunes lycéennes

Rient

Se racontent les derniers potins

Ou qui sait

Fredonnent le dernier tube

 

Récréation

 

Quand tout à coup

Un grand fracas

 

Entre elles

Une boule d’énergie passe et s’écrase

 

Sur le carrelage en damiers

Blanc et noir

Gît un fil à plomb

Tombé du ciel

Par on ne sait quel miracle

D’une technologie mauvaise.

 

A quelques poils près

Un cerveau aurait été transpercé

Sans aucune chance de salut

Pas la flèche de Zénon

 

Conscience du danger

Des lois de la gravitation

 

Un regard vers le haut

Où l’ange exterminateur

Déchu

A déjà disparu.

 

10:18 Écrit par Saravati | Commentaires (12) | Lien permanent

Commentaires

Petit effondrement du ciel ?

Écrit par : Gilbert Pinna | 16/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ Gilbert
Quelque chose de gaulois, sans doute !

Écrit par : saravati | 16/11/2010

Répondre à ce commentaire

ça y est, je viens de retrouver le fil !

Écrit par : PhA | 16/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ Pha
Celui-ci est plus coriace que le vôtre, pourtant !

Écrit par : saravati | 16/11/2010

Répondre à ce commentaire

le hasard est beau !

Écrit par : Lautreje | 16/11/2010

Répondre à ce commentaire

que de dangers dans les cours de récréation, j'en frémis...je me demande parfois si l'absence de guerre dans cette génération ne génère pas ce climat violent comme si l'adolescence ne pouvait s'exprimer que dans le risque...s'il n'existe pas par une cause exogène alors on le crée. C'est juste une hypothèse, il y en a d'autres qui peuvent d'ailleurs se juxtaposer. Belle journée à toi.

Écrit par : Malou | 17/11/2010

Répondre à ce commentaire

un fil, ça suffit, non?

Écrit par : aléna | 18/11/2010

Répondre à ce commentaire

Peut-être que la-haut un prof de sciences expérimentait-il un pendule qui en avait assez d'osciller et qui s'est échappé.

Les lois de la gravitation sont implacable , ce sont elles qui expliquent l'appétit glouton des abominables "trous noirs" dévoreurs d'étoiles.

Amitiés,

Marc

Écrit par : marc charlier | 19/11/2010

Répondre à ce commentaire

Rien qu'à un fil...
La vie pouvait basculer.
Marcelle

Écrit par : Pâques | 19/11/2010

Répondre à ce commentaire

Comme quoi, il suffit d'un rien pour que la vie cesse ou devienne une autre vie... La frontière est aisément franchie!
Geraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 19/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ Lautreje
Parfois ...ou la chance ...

@ Malou
Je crois que parfois on n'a même pas conscience des conséquences que cette violence peut engendrer pour les autres. On a oeuvré à cette perte du sens de la responsabilité, la psychologie, la psychanalyse ne sont pas innocentes dans ce processus !

@ Aléna
dans quelle mesure peut-on tirer les fils ?

@ Marc
Mystérieux trous noirs !
(mais quand on reçoit un coup sur la tête, on peut les rencontrer de très près quoiqu'ils soient d'un autre type)

@ Marcelle
Un nouveau sursis pour des victimes potentielles !

@ Géraldine
Frontière qu'on ne désire pas franchir trop tôt !

Écrit par : saravati | 23/11/2010

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Saravati
Comme quoi la vie ne tient qu'à un fil !!!
C'était leur jour de chance !!!
Bisous Saravati
Nadine Het Witte Elfenheksje

Écrit par : Nadine | 24/11/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.