02/11/2010

Un jour

marlène dessin blog 1000 mains.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dessin Marlène 

publié dans Blog à 1000 mains

Un jour

Quand j’aurai grandi

Je partirai te rejoindre

Dans la grande ville

Où tu as voulu te perdre

Dans l’anonymat

 

Un jour

Je ferai ma valise

J’y déposerai

Ces senteurs de fruits

Ces pétales de fleurs

Que tu aimais tant

Quand tu étais près de moi

 

Un jour

Je rangerai

Toutes les missives que tu m’as envoyées depuis

Celles qui parlaient de découverte

D’évasion

Et si peu de nous

 ombre silhouettes montéeIMG_1373 def.jpgUn jour je me perdrai

Moi aussi dans l’anonymat

Pour te retrouver.

19:21 Écrit par Saravati | Commentaires (20) | Lien permanent

Commentaires

très joli txt ;)

Écrit par : imagine | 02/11/2010

Répondre à ce commentaire

Encore un bien joli texte. Décidément, ce dessin nous fait voyager... C'est en ligne.

Écrit par : Lizly | 03/11/2010

Répondre à ce commentaire

de soi à soi? de soi enfant à soi adulte?

Écrit par : aléna | 03/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ imagine
:-))

@ Lizly
C'est fou ce qu'une fenêtre peut donner des courants d'air dans la tête !

@ Aléna
Pas vraiment.
Mais ça vaudrait la peine de réécrire le texte avec cette variante.

Écrit par : saravati | 03/11/2010

Répondre à ce commentaire

tout abandonner pour un jour se retrouver ! beau voyage en perspective !

Écrit par : Lautreje | 03/11/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai commenté sur 1000 mains. J'ai bien aimé ton texte!

Écrit par : val | 03/11/2010

Répondre à ce commentaire

faut-il se perdre dans l'anonymat pour avoir une chance de retrouver l'autre...?

Écrit par : Coumarine | 04/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ Lautreje
Espoir toujours garder !

@ Val
Merci.

@ Coumarine
L'anonymat représente ici la grande ville ...se perdre dans la ville de l'autre, une chance peut-être de le retrouver.

Écrit par : Saravati | 05/11/2010

Répondre à ce commentaire

Un jour, je suis partie, pour grandir, pour être libre et délier tous les fils qui me reliaient, ou pas à ce flux entraînant.

Sans me perdre, je me suis retrouvée et je suis heureuse de suivre votre lien au hazard d'une recherche!

Je retrouve aussi ces mots intimistes, singuliers mais toujours séduisants.

Bonne journée à vous.

Écrit par : Mathilde Collot | 05/11/2010

Répondre à ce commentaire

Il y a comme un doux battement de balancier dans tes mots.

Écrit par : caro_carito | 05/11/2010

Répondre à ce commentaire

Beau texte, Saravati. En tournant la page, des histoires passionnantes à découvrir encore...

Écrit par : Danièle | 05/11/2010

Répondre à ce commentaire

Mirages de la ville,appel d'un être cher perdu dans cette jungle urbaine.

Le dessin est magnifique dans la continuation de la "ligne claire".

La photo très symbolique.

Le texte sonne vrai et clair,le rythme est léger.

Merci pour ce bon moment8

Amitiés,

Marc

Écrit par : marc charlier | 06/11/2010

Répondre à ce commentaire

Très beau texte, émouvant ces échanges "quand nous parlions si peu de nous-mêmes". Je trouve cette seule phrase immense, immense...

Écrit par : Brigitte giraud | 07/11/2010

Répondre à ce commentaire

-Celles qui parlaient de découvertes, d'évasion et si peu de nous-
On ressent le manque et la solitude de l'enfant...
Le dessin et le texte sont tout à fait en harmonie, c'est très beau !
Marcelle

Écrit par : Pâques | 07/11/2010

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Saravati
Autant chercher l'aiguille dans une meule de foin !
Elle aurait peut-être plus de chance car elle pique si on la trouve...
Très joli texte !!!
Bonne semaine Saravati...
Nadine Het Witte Elfenheksje

Écrit par : Nadine | 08/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ Mathilde
Contente de vous revoir ici. Les mots et les images bien associés révèlent parfois une douce magie !

@ cari carito
Balancement du temps qui s'égrène.

@ Danièle
Puissions-nous avoir encore tant de pages à tourner.

@ Marc
Oui, la jungle urbaine et tous ses dangers, surtout celui de se perdre. Merci.

@ Brigitte
La pudeur de ne pas parler de ce qui compte, peut-être !

@ Marcelle
Les départs laissent dans le coeur des enfants des empreintes profondes.

@ Nadine
Il faut parfois espérer malgré le statistiquement correct ! Bonne soriée, Nadine.

Écrit par : saravati | 11/11/2010

Répondre à ce commentaire

Disparaître pour retrouver une unité avec soi, avec l'autre... Un texte d'une touchante beauté.
Geraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 11/11/2010

Répondre à ce commentaire

Très joli poème. Je vois que tu es toujours aussi inspirée...

Écrit par : La Plume et la Page | 17/11/2010

Répondre à ce commentaire

L'espoir est le pilier du monde, mais il ne faut le mettre qu'en soi-même :)

Écrit par : dralien | 27/03/2014

Répondre à ce commentaire

Voilà un point de vue bien raisonnable, merci !

Écrit par : saravati | 28/03/2014

Les commentaires sont fermés.