09/10/2010

Epitaphes

 

tableau bois inscription main image2471  def.jpg

Avant de partir,

faire ses bagages,

mettre de l’ordre dans ses tiroirs physiques et mentaux.

Balayer les dernières épluchures de trolls,

soulever les tapis secrets pour en détecter les restes de poussière.

Examiner une dernière fois le paysage par la fenêtre grise,

Essayer de se souvenir de la dernière lumière jaune d’après l’orage, des dernières feuilles d’érable dorées et rouges qui ont jonché le sol du dernier automne.

Et puis, s’asseoir sur le bord du sofa, pas trop confortablement pour ne pas avoir envie de s’y enfoncer complètement

Feuilleter le grand livre des rencontres

Avoir envie qu’il reste quelque chose de ces personnages entrevus entre deux strates de vie,

Avoir envie de leur rendre un dernier hommage pour qu’ils sachent qu’à un instant ils ont beaucoup compté.

 

Ce sont des épitaphes tombées sur le papier mais tellement vivantes que les mots les reconstituent au fur et à mesure qu’elles paraissent au seuil de la mémoire.

Faire place au présent du moment, au futur d’êtres pas encore aperçus sur la route.

 

Pour chacun d’eux, présents et passés, ranger les mots dans leurs boites précieuses.

Refermer le livre,

S’extraire difficilement du sofa,

Ramasser la valise bosselée

Jeter un dernier coup d’œil à ce coin

ébauche de vie réelle

Ouvrir la porte,

Laisser la main plus que de raison

Sur la poignée, caresse soutenue

 

Dehors

rien qu’une lumière aveuglante …

un silence léger

à couper au couteau !

 


22:33 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (9) | Tags : bagages, trolls, épitaphes, mémoire | Lien permanent

Commentaires

"Le départ"
in : Les campagnes hallucinées, 1893,
Emile Verhaeren.

Écrit par : m.o.p. | 10/10/2010

Répondre à ce commentaire

Erafler les coussins, "sur le bord du sofa", oui...

Écrit par : Gilbert Pinna | 10/10/2010

Répondre à ce commentaire

Très beau, votre texte.

Écrit par : Dominique Hasselmann | 10/10/2010

Répondre à ce commentaire

...

Écrit par : Les Héphémères | 11/10/2010

Répondre à ce commentaire

la deuxième partie est encore plus belle que la première...

Écrit par : aléna | 11/10/2010

Répondre à ce commentaire

Oh qq cite Verhaeren :)

Je reviendrais le relire, j'aime bien.

Écrit par : caro_carito | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

@ Marcel
Merci pour cette belle allusion à Emile !
Plus possible de commenter chez toi ?

@ Gibert
Erafler, juste ce qu'il faut pour ne pas les mettre à nu.

@ Dominique H.
Je vous remercie, j'espère vous lire encore ici et dans votre nouveau logis (en construction ?)

@ Les Héphémères
... :)

@ Aléna
... et le troisième partie n'est pas encore arrivée. Merci.

@ caro carito
Fais à ton aise, le thé est près !

Écrit par : saravati | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Tous ces fils qui nous lient, qui nous relient les uns aux autres... Et dans lesquels il faut parfois faire le ménage. Ils ont tendance à faire des noeuds. :)

Écrit par : Pastelle | 04/11/2010

Répondre à ce commentaire

@ Pastelle
:) Quand les noeuds ne font pas d'embrouilles !

Écrit par : Saravati | 05/11/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.