03/08/2010

Strates à découper avec soin

statue coupée feuilles image940  def.jpg

A force d’avoir erré dans des mondes parallèles, pointé un doigt transparent vers des réalités indéfinies, j’avais fini par me retrouver au pied d’un écueil de pensées-vagues.

Elles m’avaient conduit dans un corridor aux parois lisses et sombres dont je ne voyais pas le goulot.

La femme-araignée au baiser sulfureux, le lapin bleu au sourire démesuré, la fée Clochette aux boucles frémissantes et un minuscule Eros aux formes rebondissantes étaient là, placés en rang d’oignons, prêts à l’assaut final des illusions déjà perdues.

Ce corridor au fil du temps de la douce Ariane s’était démembré en longues trainées labyrinthiques que j’aurais voulu dompter à la manière d’Andrew Wikes
juste en posant la main au bon endroit pour faire s’évaporer l’obstacle et ouvrir la brèche à l’envol, sans crainte d’une rencontre avec un minotaure de passage.

Je restais pourtant là, prostrée, n’osant ébaucher le moindre geste, de peur que cet ersatz de cauchemar perde son statut d’ersatz.

Je ne sais combien de temps j’ai étalé mes ramifications auprès de cette couronne d’arbustes persistants.

Le temps comme entité palpable avait soudain cessé d’exister.

Commentaires

L'impression de me retrouver dans l'univers onirique de L. Caroll en lisant ton billet. Très beau !

Écrit par : Hasard | 03/08/2010

Répondre à ce commentaire

Ah oui, et le limier c'est Sherlock, non ??

Écrit par : CW | 03/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je vous comprends Saravati, dans certaines conditions extraordinaires, il vaut mieux prendre son mal en patience...

Écrit par : Claire | 03/08/2010

Répondre à ce commentaire

Serait-ce l'écueil du monde de la toile ? Beau texte.

Écrit par : co errante | 04/08/2010

Répondre à ce commentaire

Vivants, éveillés nous sommes prisonniers du Temps.
Seuls le rêve et la science fiction permettent de lui échapper.
La Relativité a tenté de l'apprivoiser en lui offrant la quatrième dimension de l'Espace-Temps, mais nos connaissances actuelles en Physique interdisent tout voyage dans le Temps. Peut-être est-il plus sage de réserver cette faculté aux rêveurs et aux poètes?

Merci pour ce beau texte.

Amitiés,

Marc

Écrit par : charlier | 07/08/2010

Répondre à ce commentaire

@ Hasard
Le rêve, une porte ouverte vers tous les possibles. Merci.

@ CW
A part que dans ce jeu-là, on ne sait qui est le limier et qui est poursuivi et vice-versa. Sherlock est un solitaire malgré (C)Watson !

@ Claire
Merci de votre sollicitude.

@ co errante
et ce que cueille la toile aussi !

@ Marc
C'est un vieux rêve que de voyager dans le temps,mais aussi à travers d'autres dimensions. Dans l'écriture cela devient pour un instant du domaine du possible. Merci pour ce beau commentaire.

Écrit par : Saravati | 07/08/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.