19/07/2010

Pastèque

 

morceau bois IMG_3215  541).jpg

 

Il faisait si chaud

Les corps délayés n’étaient plus que des gorges de sueur
Torride

Les murs moites traçaient
De longues trainées d’ombre basanée

La pastèque éventrée gisait, cachée dans un coin de la chambre
Pas de frigo
Pas de fraîcheur
Comme le fruit d’un quelconque méfait
Gigantesque, elle n’avait pu s’engloutir
Dans nos bouches gourmandes

À la pulpe du fruit
Nous préférions nos baisers
Nous nous dévorions goulûment entre deux tranches roses

Dans les plis poussiéreux
Des tentures délavées
Les fourmis noires
Sur le chien assis brûlant
Attendaient leur heure …

12:33 Écrit par Saravati | Commentaires (16) | Tags : pastèque, baisers, fourmis | Lien permanent

Commentaires

Le chien assis brûlant, il est chez vous aussi ?...
;-)

http://gilbertpinnalebloggraphique.over-blog.com/article-les-bords-de-plage-54039416.html

Écrit par : Gilbert Pinna | 19/07/2010

Répondre à ce commentaire

Sans défense contre les fourmis. Le vôtre est un grand sentimental qui contemple la mer !

Écrit par : Saravati | 19/07/2010

Répondre à ce commentaire

Quel scénario appétissant... Vos descriptions sont toujours si réalistes que l'on voit, sans peine, la scène sous nos yeux.

Écrit par : Claire | 19/07/2010

Répondre à ce commentaire

ça c'est beau
tout de suite les images affluent dans ma tete
c'est sensuel, très sensuel ;)

Écrit par : imagine | 19/07/2010

Répondre à ce commentaire

quand il fait chaud, j'ai le droit de dire que je ne suis pas sentimentale et que je préfère la pastèque? j'aime ses baisers légers et mouillés!

Écrit par : caro_carito | 20/07/2010

Répondre à ce commentaire

Très charnel...

Écrit par : Danièle | 20/07/2010

Répondre à ce commentaire

Moiteur, frissons... et quelque chose qui coule des lèvres gourmandes... c'est chaud, je confirme :)

Écrit par : Jean | 20/07/2010

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup ce texte: amour et mort mêlés, sensualité et menace, une nature-morte en quelque sorte intensément...vivante où le fantastique prolonge le réalisme.
Une petite nouvelle aussi, condensée, avec l'acuité d'un regard qu'on pourrait retrouver dans les pages de Carver.Une réussite.
Geraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 21/07/2010

Répondre à ce commentaire

Carver ? Bigre !

On m'aurait menti ? Saravati s'appelle en réalité Raymond ;)

Charnel n5, moite et chardons. J'en perd mon latin.

Écrit par : Blog_trotter | 21/07/2010

Répondre à ce commentaire

@ Claire
Merci. J'aimerais être encore plus visuelle dans mon écriture. Mais ne faut-il pas laisser au lecteur sa part d'imagination ?

@ Imagine
... c'est ma façon de dessiner. Mais je préfère ton coup de crayon ! Merci.

@ cari carito
La chaleur qui empêcherait la sentimentalité ? Mais que deviendrions-nous avec ce pseudo réchauffement climatique ?

@ Danièle
La chair nous est chère !

@ Jean
Quelle description, j'en ai des frissons !

@ Géraldine
Une forme d'oppression aussi dont on n'arrive pas à déterminer l'origine. Merci.

@ Blog_trotter
rhoooo, vous m'avez découvert (e). Vous avez reconnu le parfum piquant, j'aurais pas dû, je sais !

Écrit par : Saravati | 22/07/2010

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Saravati
Une chance qu'il y avait la pastèque, parce qu'avec la chaleur qu'il fait je crois que les baisers auraient fini par manquer de salive...
Bon week-end et bisous à toi ...
Nadine Het Witte Elfenheksje

Écrit par : Nadine | 23/07/2010

Répondre à ce commentaire

J'espère bien que, cet hiver, tu nous parleras de l'orange. ;-)

Écrit par : co errante | 24/07/2010

Répondre à ce commentaire

@ Nadine
La saveur de la pastèque, rien de tel pour se désaltérer ! Bon dimanche.

@ co errante
Tu mijotes un mauvais coup ? Tu veux que je t'apporte des oranges ? C'est toi qui a volé l'orange :)

Écrit par : Saravati | 25/07/2010

Répondre à ce commentaire

reprendrez bien un petit bout de pastèque entre autre ! ;)...

Écrit par : Les Héphémères | 28/07/2010

Répondre à ce commentaire

Cette fois-ci, j'ai un frigo, elle dégouline de fraicheur.

Écrit par : Saravati | 29/07/2010

Répondre à ce commentaire

Le plaisir de te lire est immense. J'adore... encore!!
Belle fin de journée.

Écrit par : Patrick | 17/08/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.