04/05/2010

Ephémère nouveauté

 

lumières multiples def  IMG_4106

 

Combien de temps dure la nouveauté dans une relation ?
Le temps de quelques clins d’œil
De quelques paroles
De quelques baisers
De quelques sensations
Le temps que se file le diapason
Membrane fragile et réflexive
A l’affût du moindre écart.

Le temps des rires, des sourires enchanteurs, des tremblements naïfs
Ne dure que le temps du début d’un conte.

On pose le décor, chacun dans son royaume
Pour découvrir une intersection, un no mans land confortable.

On construit les piliers, avance les pions sur le grand échiquier aveugle de la vie.

Déjà se pointe le premier nuage enrobé d’un soupçon de malentendu
Suivi de près par un nimbostratus qui vaporise quelques paroles perfides.

Pour beaucoup, ça s’arrête là.
Pour d’autres, on s’accroche à se griffer les mains aux barbelés des pointes d’humeur.
Mais ce sursis : pour combien de temps ?

Il est des exceptions mais on n’en parle pas :
Elles se cachent quelque part au milieu du maquis de la bonne fortune
Elles se cachent pour pas qu’on les envie, qu’on les convoite et qu’on les empoisonne !

09:36 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (18) | Tags : relation, barbeles, echiquier | Lien permanent

Commentaires

Un souffle apaisant et puis revient l’ennui
Sur qui nul ne triomphe où nul espoir ne luit…

J'aime beaucoup...

Écrit par : Les Héphémères | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

Un beau texte... déroutant, original. Je peux te lire maintenant!
Amitiés
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

Fulgurance, intensité
et on garde les mains griffées

Écrit par : Gilbert Pinna, le blog graphique | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

très chouette!

Écrit par : marylène | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

"les maquis de la bonne fortune" , peut-être...

Écrit par : Marcel | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

bonjour bonjour ... garder une part de merveilleux dans le connu et l'habituel : c'est peut-être ça l'amour ! c'est un travail d'artiste, comme le quotidien qui s'enchante sous ta plume. Bises

Écrit par : carole | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

C'est sûr...
mais les éblouissements des premiers instants sont aussi tellement fugaces...
parfois une sale petite lumière, vieille et tremblotante donne des reliefs particuliers à la relation...
je dis sans doute cela parce que sur la carte du tendre je ne suis plus à la cas départ :)

beau texte !

Écrit par : MuLM | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

Oui, on s'accroche à se griffer les mains car on y croit encore. Et encore, on recommence et on guette, inquiet, les nuages à l'horizon. Le beau temps ne dure pas longtemps, hélas. Mais n'est-ce pas notre lot et si le beau temps durait trop longtemps, ne créerions nous pas des intempéries pour éviter la monotonie ?

Écrit par : gicerilla | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

L'exception : l'amour dans le crime! (C'est Barbey qui le dit)

Écrit par : aléna | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

et puis un jour on mûrit (on vieillit ?...) et on comprend que l'amour n'est pas une lutte, que les concessions sont nuisibles, que la vie à 2 peut être douce, qu'il ne faut pas chercher la passion mais l'ajustement équitable, et on découvre que l'amour qui dure existe !

Écrit par : madame de K | 06/05/2010

Répondre à ce commentaire

Et puis un jour on découvre que l'amour
ou du moins l'idée que l'on s'en fait
est empoisonné par sa confusion avec la passion naissante
l'amour, le vrai, je le vis
dans la sérénité, l'écoute mutuelle, le calme et parfois le silence à deux
partagé

Écrit par : Viviane | 06/05/2010

Répondre à ce commentaire

"Lamour c'est du pipeau ! c'est bon pour les gogos !" Comme le chante si bien Brigitte F. sans qu'on puisse la croire une seule seconde...

Écrit par : Zaile | 06/05/2010

Répondre à ce commentaire

Ah oui, madame de K, je suis d'accord - qd tout va bien.

Écrit par : aléna | 06/05/2010

Répondre à ce commentaire

Fin d'éphémère @ Les Hephémères
Inspirée d'abord par le titre ?
Joli commentaire !

@ Géraldine
Miracle chez Skynet, mais pour combien de temps ?
Meri. Amicalement.

@ Gilbert
Des cicatrices indélébiles ...

@ Bonjour Marylène, bon week end !

@ Marcel
Il vaut mieux qu'elle se cache dans les fourrés, la bonne fortune !

@ Carole
Tu as raison, le merveilleux est aussi dans l'approche que nous avons en nous-mêmes. Contente de te relire. Bises.

@ Muriel
Rien de ce qui naît de l'orage ne peut durer s'il ne prend de nouvelles couleurs au fil du temps.
Et les reliefs, n'est-ce pas nous qui les dessinons ? Merci !

@ Gicerella
Ah, les intempéries n'ont pas besoin de nous pour s'affirmer. Nous leur donnons simplement quelques petits coups de pouce ...

@ Aléna
L'amour dans le crime, n'est-ce pas déjà la fin de l'amour ?

@ Madame de K
Je ne crois pas que les concessions soient nuisibles, à condition qu'elles soient équilibrées.
Oui pour un ajustement équitable mais jamais acquis à jamais, car on a beau vieillir ensemble, on ne vieillit pas de la même manière !

@ Viviane
Vous avez raison, amour et passion sont deux univers différents qui peuvent se suivre et ne se ressemblent pourtant pas. L'amour qui dure ne prend-t-il pas plutôt l'apparence de l'amitié ?

@ Zaile
Merci pour ce clin d'oeil à l'inégalable Brigitte.
Elle n'a pas tout à fait tort mais d'une fois à l'autre, on oublie ...

Écrit par : Saravati | 08/05/2010

Répondre à ce commentaire

Tiens, un questionnement présent et prégnant. Intéressant! Je vous trouve pessimiste mais réaliste. Sommes-nous ceux/celles qui partent ou qui restent aux premiers nuages annonçant les orages constants? Bonne question aussi.:-)

Écrit par : éric | 09/05/2010

Répondre à ce commentaire

Eric Pessimiste ? Non, lucide et puis la vie est faite aussi de petits incidents, malentendus ...
Les nuages sont toujours là, prêts à l'assaut dès la moindre divergence et notre histoire aussi fait que nous leur prêtons ou non attention.
Et puis, il en est des relations aujourd'hui comme du consumable. Sommes-nous partie prenante de cette "nouvelle logique" ? C'est à chacun d'en décider. Mais dans une relation, par définition, on est deux, alors ...
Merci pour ces bonnes questions !

Écrit par : Saravati | 09/05/2010

Répondre à ce commentaire

Parfois on retombe vite de là haut, en ne se rappelant même plus comment on y est monter !!

Écrit par : Colombine | 10/05/2010

Répondre à ce commentaire

Colombine Tu as raison, le vertige n'est jamais qu'une sensation provisoire mais la douleur de la chute, un peu moins !

Écrit par : Saravati | 10/05/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.