09/04/2010

Lessines, un soir

 

Magritte def  IMG_4440

 

J'étais un jour de septembre dans la ville où naquit Magritte.

A onze heures du soir, dans la ville dépouillée de toute animation
j'apercevais le monument dédié à Magritte avec
ses statues morcelées sur fond de
ciel de pipe et autres
compositions Magrittiennes en bleu et blanc.

A quelques pas
la ligne de chemin de fer qui s'étend de part et d'autre
dans la nuit et
un escalier désert
gris et sale
imprégné de feuilles encore vertes...

Nature presque morte !

A Lessines, c'était déjà l'automne de Magritte...

10:40 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (15) | Tags : magritte, automne, escalier | Lien permanent

Commentaires

Magritte :
- "Tout homme a droit à 24 heures de liberté par jour."

Écrit par : JEA | 09/04/2010

Répondre à ce commentaire

ah là là! je ne connais pas assez bien Magritte! j'ai honte, mais je prends ce texte comme un poème, c'en est un , non? un beau même!

Écrit par : aléna | 09/04/2010

Répondre à ce commentaire

"ciel de pipe"... ou ceci n'est pas un ciel ?

Écrit par : Gilbert Pinna, le blog graphique | 09/04/2010

Répondre à ce commentaire

La condition humaine est bien morose
mais dans la chambre d'écoute
une pipe...Ose
Un petit jeu avec Magritte :-)
Marcelle

Écrit par : Pâques | 10/04/2010

Répondre à ce commentaire

l'ami des chats Formidable Magritte, votre poème est est comme ses toiles réaliste en première lecture puis la vision surréaliste s'empare du lecteur.

Si les cheminées d'usines n'exhalaient que de la fumée de pipe!

Amitiés,

Marc

Écrit par : Charlier | 11/04/2010

Répondre à ce commentaire

Canard du doute Magritte m'agrée (depuis longtemps) : pas de "canard du doute" à son égard.

Poème de fer d'ailleurs.

Écrit par : Dominique Hasselmann | 11/04/2010

Répondre à ce commentaire

"J'étais un jour..." et tout de suite après "À onze heures du soir..."
Du coup, le (bon) mot de Magritte rapporté par JEA prend tout son volume et toute son ampleur.

Écrit par : Chr. Borhen | 11/04/2010

Répondre à ce commentaire

Là, melon bas ! La pipe m'en tombe :-))

Écrit par : C.W. | 12/04/2010

Répondre à ce commentaire

24 heures de liberté ! Merci Magritte...
Se promener à 11 heures du soir dans une ville déserte le long d'un chemin de fer, près d'un escalier gris et sale avec seul compagnon le fantôme de Magritte...Nous sommes en plein roman noir... Comment se termine l'histoire ?
Bonne nuit Saravati
Nadine Het Witte Elfenheksje

Écrit par : nadine | 12/04/2010

Répondre à ce commentaire

Ciel de pipe @ JEA
24 heures sur une journée de 21 600 secondes, c’est pas mal comme score !

@ Aléna
La honte (qui, d'ailleurs, n'a aucune raison d'être) n’évite pas le danger d’être confrontée avec un escalier glissant

@ Gilbert
Le ciel était si sombre ce soir-là que je ne l’ai pas reconnu …

@ Marcelle
Magritte, un grand enfant qui s’est pris au jeu

@ Marc
Quel superbe compliment
Des fumées de pipe en cheminée ?

@ Dominique H
Non, ma grippe, je ne l’ai pas attrapée ce soir-là malgré ce froid de canard !

@ Christophe
Oui je n’ai jamais eu le sens de l’orientation du temps …

@ CW
Ménan, ce n’est pas le moment de la casser, l’écume te monte au nez ?

@ Nadine
Tu me donnes une idée, je vais de ce pas continuer mon histoire, tiens, où est passé le fantôme ?

Écrit par : Saravati | 13/04/2010

Répondre à ce commentaire

Je vais finir par maudire toutes ces histoires emberlificotées de moteurs de recherches et autres
qui rendent inaccessible votre dernier billet gris et blanc !!!

Écrit par : JEA | 14/04/2010

Répondre à ce commentaire

Chapeau pomme ;o) Que dire de plus , j'adore , les tableaux de Magritte ils sont pour moi une source d'inspiration ...;o)
Magritte dans sa guérite jouait du chapeau pour faire apparaître une belle pomme , mais la pomme devint toute rouge devant les nuages qui passaient ... Magritte ouvrit la fenêtre et depuis ils sont devenus êtres ... ;o)

Écrit par : Marie | 14/04/2010

Répondre à ce commentaire

Marie Non, on n'en guérite pas de Magritte, même un tro(mi)gnon devient oeuvre dard ...

Écrit par : Saravati | 17/04/2010

Répondre à ce commentaire

enfer et putréfaction
"elle est partie"
sans laisser la moindre trace
du moins le skynetrucbazar
empêche-t-il de la suivre !

Écrit par : JEA | 18/04/2010

Répondre à ce commentaire

Les villes désertées par leurs artistes sont comme des amants esseulés.

Écrit par : éric | 18/04/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.