21/02/2010

Les démons intérieurs

_gargouilles  4  MG_4272

 

Pourquoi devrait-on supporter les démons intérieurs des autres quand ils sont tellement proches de nous alors que les nôtres sont déjà tellement pénibles ?
Sur les nôtres, nous avons quelque emprise, sur ceux des autres aucune, à part des tentatives d’intimidation purement théoriques.

Les démons en ce siècle de pseudo-communication et pseudo-mondialisation ont pris une extension déraisonnable avec l’avènement de la psychanalyse, psychologie et autres psy à portée de tout le monde.

Prôner l’irresponsabilité comme une valeur essentielle dans la société est loin d’être une sinécure. Pourquoi serait-on en effet responsable de cette surenchère qui nous porte à assouvir nos instincts de tous genres ?

Si j’arrive à endormir quelquefois mes démons intérieurs, ceux de mon entourage viennent alors me torturer, ils me lancent des cruautés, voire des insultes à la figure, ils me reprochent surtout, je pense, d’exister et d’être un frein à l’épanouissement complet de l’Autre.

Je n’aurais plus alors qu’à disparaître pour que l’Autre puisse jouer sa carte blanche sous de meilleurs auspices et avec des partenaires plus attirants.

Mais là encore, dans mes quelques moments de lucidité, j’ai conscience de m’accorder une importance que je n’ai pas. Je ne suis qu’un bouc émissaire de plus.

Je préfèrerais, certes,  être une feuille balancée par le vent, j’aurais la douce illusion d’être le ressort de ma liberté.
On peut toujours rêver les yeux éveillés !
Les démons avoisinants, les miens ou les autres ne manqueront pas de me rappeler à l’ordre…

Commentaires

Bouc émissaire, chèvre de Mr Seguin, baleine de parapluie, vache de caractère, chienne de vie, poux de la route, tête de veau, boeuf sur le toit, travail de fourmis, face de rat, troupeau de moutons, caractère de cochon...
les animaux ont bon dos et on voit bien qu'ils ne peuvent nous le rendre...

Écrit par : JEA | 21/02/2010

Répondre à ce commentaire

A mon avis, notre sentiment de culpabilité, si souvent ravivé, doit provenir de l'état de conscience que vous illustrez...

Écrit par : éric | 21/02/2010

Répondre à ce commentaire

Je ne vois qu'une solution...les apprivoiser :-)
Bon dimanche
Marcelle

Écrit par : Pâques | 21/02/2010

Répondre à ce commentaire

Ce que vous êtes amère chère Saravati!

Existez ! préoccupez vous de vous ,non des autres...
Votre monde intérieur n'est accessible aux autres que si vous le souhaitez ....ne les laissez pas en approcher de trop près
Ne vous laissez donc pas contaminer par la pollution ambiante . Protégez vous , résistez...
Je vous trouve si triste, si désabusée .
Quand bien même vous vous en défendez , il est clair que ce qui se trouve sur ce papier virtuel reflète votre état d'esprit trop souvent sinistre.
Ce blog est d'une beauté et d'une richesse littéraire rare mais les propos qui y sont tenus sont souvent désespérés.
N'attendez vous pas de trop de qui ne peux vous donner.. il existe des handicapés de l'amour . C'est surtout dramatique pour eux . Qu'en pensez vous ?
A vous de voir après tout....



Écrit par : Ritournelle psy( chédélique?) | 21/02/2010

Répondre à ce commentaire

Ritournelle Qui êtes-vous, Ritournelle , est-ce qu’on se connaît ?
Votre anonymat n’est-il pas une forme de protection ? Face à moi qui soi-disant me découvre sur ce blog ?
Croyez-vous pouvoir lire en moi comme dans un livre ouvert et comment savez-vous si cette page est actuelle, personnelle, influencée par des choses vécues ou observées ?
La littérature et ses manifestations n’est pas la réalité, dieu merci ! Même si elle la caresse de plus ou moins près !
Des handicapés de l’amour, oui, il doit y en avoir pas mal qui circulent alentour, je dirai aussi des handicapés de la spontanéité …il faut les laisser poursuivre leur route et sévir ailleurs, j’imagine … Ce texte ne les concerne en aucune manière. Il s’adressait à quelqu’un que je connaissais dans mon entourage, il date un peu.
Merci pour vos compliments !
Si vous voulez poursuivre cette conversation, cela ne se fera pas ici.
Voici mon adresse
Saravati1@gmail.com

Écrit par : Saravati | 21/02/2010

Répondre à ce commentaire

@ JEA
Avec cette panoplie aux bons dos, on va pouvoir reconstituer l'arche de tonton Noé.

@ Eric
Ah, culpabilité quand tu nous serres au collet !

@ Marcelle
Sortons les martinets (ça existe encore ?) ... et les sucres d'orge pour les récompenses ...

Écrit par : Saravati | 21/02/2010

Répondre à ce commentaire

bonjour chère Saravati, c'est un très puissant texte-oui. Et vous avez raison les démons sont partout même on voit les démons des autres dans les films et oui la psychologie nous rend sensible des démons des autres.

On essaie de nous relaxer avec les méditations etc.et la balance de l'esprit mais quelquefois ce n'est pas facile.

bien belle journée magique.
merci.

Écrit par : crederae | 22/02/2010

Répondre à ce commentaire

l'ami des chats Voici une vielle recette écossaise pour chasser les démons, elle m'a été confiée par le Professeur Philip Mortimer soi-même.
" Faire macérer les branches de genet volées sur un balai de sorcière dans une solution de pur malt (12 ans d'âge)additionnée de deux gousses d'ail pendant deux pleines lunes successives. Asperger le (la) possédé(e) en prononçant la formule magique "PAR HORUS DEMEURE" et aussitôt lire un album de Blake et Mortimer.

Que la FORCE soit avec vous, que les démons regagnent le côté obscur!

Amitiés délirantes,

Marc

Écrit par : Charlier | 22/02/2010

Répondre à ce commentaire

"Je préfèrerais, certes, être une feuille balancée par le vent, j’aurais la douce illusion d’être le ressort de ma liberté." Patiente, patience, les arbres bourgeonnent, c'est bientôt l'heure des feuilles et comme l'écrit Ritournelle : "Ce blog est d'une beauté et d'une richesse littéraire rare". Puisqu'on vous le dit que vous avez de beaux yeux et de votre regard au nôtre nous avons franchi le pas...

Écrit par : CW | 22/02/2010

Répondre à ce commentaire

Démer, c'est ça qui sauve. Ensemble, démons les démons.

Écrit par : AppAs | 23/02/2010

Répondre à ce commentaire

Socrate, lui, parlait à son "daemon"; un esprit, un guide de conscience qui, de l'intérieur, lui montrait comment cheminer vers le monde extérieur.
"Daemon" signifiait donc, "bon génie"; le démon dans l'Antiquité était fécond.
Alors... parlons avec tous nos démons; écoutons toutes leurs voix même si d'apparence elles semblent être cacophonie et tintamarre... elles doivent bien nous enseigner quelque chose...

Écrit par : MULLER Geraldine | 23/02/2010

Répondre à ce commentaire

En passant chez Jea Curieuse comme je suis , il me fallait franchir le pas pour lire vos délires et je ne suis pas déçue ... Votre blog regorge de textes assez hétéroclites mais ayant toujours cette musique du coeur ...
Je reviendrais , en prenant mon temps ...;o)
A bientôt ...

Écrit par : Marie | 23/02/2010

Répondre à ce commentaire

Moi je me débats parfois avec des démons succubes, et mes compagnes d'aventures au pays du plaisir bref s'interrogent....
Toujours très inspirée, toi.
Merci et bizzzzzszzzzz

Écrit par : Edouard | 23/02/2010

Répondre à ce commentaire

Un être sensible et aimant ne peut que recevoir de plein fouet les fantômes de tous ces êtres qui croient résister en nous les déversant sans sourciller.
J'aime beaucoup votre analyse Savarati dans laquelle transparaissent les émotions dont se privent ceux que leur faiblesse oblige à se blinder.
Encore un très joli texte empreint de réalisme

Écrit par : Fanzesca | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Beaucoup d'impropriétés, des solécismes à foison et quelques barbarismes.

Écrit par : Maître Cappello | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Lecture sur mon blog Bonjour ,
Je viens de lire votre commentaire et vous en remercie ... Pour le souci de lecture , j'avoue que je ne sais pas comment faire ... (moi et l'informatique ça fait deux ) ;o)
Je vais essayer de changer la personnalisation ..; Vous me direz ?
A bientôt ;o)

Écrit par : Marie | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Cappello Que voulez-vous, j'ai perdu mon coach dans les couloirs de l'inconstance !

Ce texte complètement raté permet donc à la critique de s'aiguiser sans trop de fatigue !

J'aimerais, au delà de vos déclarations péremptoires, que vous m'apportiez quelques précisions.

Dame, on peut toujours s'améliorer et quand on croise des maîtres, on soulève son chapeau et on plie humblement les genoux ! Aïe

Écrit par : Saravati | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

Tu as raison, on peut tout comprendre, tout. Mais pourquoi endosser à tout prix ce qui ne nous appartient pas en propre, ce serait fixer à jamais une culpabilité dans nos veines et ce serait encore du poison à n'aider personne et à en souffrir.

Écrit par : Brigitte giraud | 24/02/2010

Répondre à ce commentaire

quel texte, waouw!!!!!!!!!!

Écrit par : marylene | 25/02/2010

Répondre à ce commentaire

le meilleur remède pour chasser ses démons n'est-il pas justement dans l'écriture ?
et de ne pas se laisser envahir par ceux des autres ?

Écrit par : Elisanne | 26/02/2010

Répondre à ce commentaire

alors bonjour Saravati,d'habitude je dirais chère Saravati mais mais vous coutez chère ha ha maitresse vous voulez les détailles, bien les voici-avec plaisirs je discute les fantômes du cerveau.

ok bien une expérience que j'ai eu il y a longtemps mais c'était très intense-bien pour trois jour j'avais une obsession de pensée qu'un homme viendrais me violer dans ma chambre à coucher. Bien ces pensées c'est comme les démons n'est-ce pas?Ok ces pensées deviendrait de plus en plus intense, elles augmentaient par degré à une crise.Et bien je pensais comme la plupart des personnes penseraient, bien c'est juste un cauchemar- un rêve d'un jour et d'une nuit.J'imagine je me disais c'est un rêve.Mais les pensées deviendrais de plus en plus intense et le troisième jour c'est arrivé, un homme qui tenait un poignard est entré dans ma chambre à couché et il m'a violé. Il est entré par la porte de la patio que j'ai laissé ouvert.

J'aurais du écouté le message de seconde vu- le message de clairvoyance et comme cela j'aurais barré à clé mes portes de la patio. J'habitais au deuxième étage et je ne m'inquiétait pas de cette sécurité.
Alors un point quelquefois c'est une bonne idée de affronter nos démons.

belle journée magique[ mais peut-être ce n'est pas si magique le dessin est là!"

Écrit par : crederae | 27/02/2010

Répondre à ce commentaire

Hors sujet - presque : impossible de trouver votre fantôme. Lorsque j'y suis presque, hop! direction une page officielle faicebookeu? Ah mince!

Help!

Écrit par : Depluloin | 27/02/2010

Répondre à ce commentaire

Duplulin Si vous etes motivé, cliquer sur archives 10/2009, mon fantome loge au 17 ... mais il fait peut-etre um gros caprice (excusez, zai perdou laccent . clavier italien ...)

Écrit par : Saravati | 27/02/2010

Répondre à ce commentaire

Depluloin N'y voyez nulle offense : dix l'ex scie tardive ...

Écrit par : Saravati | 27/02/2010

Répondre à ce commentaire

Dernier Billet Impossible de lire votre dernier billet, si l'on excepte le titre, cette page est grise

Écrit par : JEA | 01/03/2010

Répondre à ce commentaire

JEA Oui, depuis quelques temps, nombreux problèmes techniques avec skynet, j'ai dû squatter un autre ordi pour poster de billet et souvent mes coms ne passent pas chez certains.
J'ai reposté "concert vitreux", voyez-vous quelque chose ? Merci à vous !

Écrit par : Saravati | 01/03/2010

Répondre à ce commentaire

Chasse-démons @ crederae
Quelle histoire ! Dans ce cas, sûr que la méditation ne suffit pas pour chasser les démons !

@ Marc
Une recette qui devrait faire concurrence aux potions d'Harry Potter. Je cours dans ma bibliothèque pour retrouver Mortimer.
Bonne journée à vous, Yogvador !

@ CW
On n'arrête pas de vanter les mérites de la patience, personnellement, cela me laisse froide mais pas abattue ! Merci pour ce beau bouquet parfumé de mots qui embaument mon cerveau (lent?)

@ Appas
Démons et mers veillent !

@ Geraldine
C'est vrai qu'autrefois les démons avaient des attraits plus positifs, les mots comme les esprits évoluent dans le temps.

@ Marie
J'ai pris aussi le joli chemin qui mène jusqu'à vous !

@ Edouard
Entre des hauts et débats, ton coeur balance ?

@ Franzesca
Les émotions, oui, à la fois, un frein et une richesse, à orienter avec prudence, merci à vous.

@ Brigitte
Ah, cette culpabilité qu'on nous a inculquée dès le plus jeune âge, comme il est difficile de s'en détacher...

@ Elisanne
L'écriture est-elle une sorte de sirop-typhon, l'idée est attrayante, oui.


Écrit par : Saravati | 02/03/2010

Répondre à ce commentaire

les démons on ne pas les terrasser, ils sont trop forts et trop malins...alors, je rejoins Marcelle, il faut les apprivoiser,

Écrit par : bérangère | 02/03/2010

Répondre à ce commentaire

Il est difficile de toujours comprendre sans le déformer le sens profond d'un texte. Si je me contente ici d'effleurer la surface, je retiens comme un choc l'affirmation "...ils me reprochent surtout, je pense, d’exister et d’être un frein à l’épanouissement complet de l’Autre." Je n'ai pas lu les commentaires où peut-être vous en avez fait l'exégèse et j'aimerais mieux comprendre.

Écrit par : gicerilla | 09/03/2010

Répondre à ce commentaire

Gicerella Que vous dire, Gi ?
Le sens profond d'un texte n'est jamais définitif, entre le moment où on l'a pensé, où on l'a écrit et celui où je ne sais quel démon vous pousse à le rendre public !
Le monde est constitué de plus de démons que d'être humains, car ces démons peuvent se multiplier et se contrecarrer dans un même humain et puis il y a les interférences entre ces démons et ceux des autres, sorte de rivalité ou de connivence, selon les cas (dans cette histoire, il s'agissait bien d'une forme de rivalité mais pas nécessairement réciproque !).
Je ne crois pas, en ce moment présent, pouvoir répondre clairement à votre question, je m'en vais de ce pas consulter mon démon, puisse-t-il être de bon conseil !

Écrit par : Saravati | 09/03/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.