29/01/2010

Sur les pavés mouillés

 

Pavés reflets 4 MG_5992

 

 

Les pavés mouillés de la ville s’imprégnaient des lueurs des passants… passants pressés, isolés, ombres fugaces !

Et là au milieu de la foule absente, un couple était apparu qui ne voyait rien que son propre reflet dans le regard de l’autre.

Ils n’étaient que de passage un bref instant dans cet endroit soudain coupé de leurs mondes respectifs.

Leurs pas en cadence s’éloignèrent puis leur cadence aussi, puis leurs ombres disparurent comme elles étaient venues, transportées par le silence.

Et les promesses aussi allèrent rejoindre ces ombres dans l’au-delà de leurs illusions. Les promesses, les voix, les visages s’étaient effacés d’un seul trait de gomme pour retourner dans un virtuel morcelé !

10:13 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (13) | Tags : paves, reflets, ombres | Lien permanent

28/01/2010

Quarantaine forcée (forcément!)

Mon blog a-t-il terminé sa carrière, pressenti une certaine lassitude de la part de son « créateur » ô grand mot pour tant d’insignifiance ! ?

Le compteur s’est enrayé, figé après tant de services plus ou moins poussifs…les commentaires n’arrivent plus soit qu’ils n’existent pas, soit qu’ils se perdent dans le labyrinthe de quelque toile perfide et dévoyante.

Et moi aussi, j’ai beau essayé d’envoyer ça et là des commentaires, ils se perdent, font semblant de ne pas exister…peut-être suis-je en train de devenir transparente, de m’effiler avant de disparaître en fumée ou en bulles éclatantes puis éclatées …

Faudra-t-il attendre les premiers bourgeons (j’en ai vu un esseulé se pavaner malgré le froid sur le sureau voisin) pour que mon opérateur,qui n’opère pour l’instant que le constat d’un crash de serveur, sorte de sa torpeur technicienne et renfloue ses vieux pare-chocs dépareillés ?

Bah, il n’y a ni urgence ni péril et avant de terminer la lecture de ce texte, vous m’aurez déjà oubliée et même si ce n’est pas le cas, vos messages dormiront dans quelque antichambre du ouèbe ! Qui sait s’ils s’en remettront ? 

11:25 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (9) | Lien permanent

23/01/2010

Disloquée

 

Dans cette souffrance
Mienne
Sans visage
Tu as écrit ton nom
La chassant de ton rire
Disparaître en éclats

Puis tout effacer
Jusqu’aux traits de tes yeux
Dernières paroles
Bise de saison
Piquantes et acérées

Et cette souffrance
Mienne
Parée encore plus
De solitude
Après la faim
Renaît et me consume
Sonne la fin

Ombre et lumière
Brouillards uniformes

paysage flou neige  4 cadre  MG_6182

Chanson d'Ane Brun, chanteuse norvégienne vivant actuellement à Stockholm et tirée de son album Live In Scandinavia

17/01/2010

Bureau en vue in-out

Redimensionnement de _MG_3818

Un fatras de choses
Eparses sur ce qui tient lieu de bureau.

Ton adresse au milieu de mes factures.

Commandé du mazout, aie, ça taxe et ça pollue !

Une webcam abandonnée, avachie
A force d’avoir servi à rien.
Je n’aime pas mon image
Dans le regard de l’autre au loin.

Des toiles d’araignées qui se déforment et se reconstituent
Jour après jour,
Voiles sur une pile de livres,
Si belles que je n’ose y toucher,
Rompre ce moment d’équilibre parfait
Culture auréolée de soie.

Une calculette pour prendre la température des chiffres.
Un dictionnaire analogique pour faire voguer les mots
Dans des barques mouvantes.
Ma carte CF coincée dans la tour
Et qui n’arrive pas à vomir mes photos volées
Que je n’ose retirer
De peur de briser un charme déjà rompu pourtant.

Une horloge de gare,
Monstrueuse,
Figée à l’heure d’un crime pas encore commis
Ou depuis longtemps perdu dans les replis du temps
Huit heures quinze minutes et quarante-huit secondes
Ah secondes éternelles qui font la différence essentielle !

Des piles de livres, de revues, à n’en plus finir.
Des brouillons où des mots désordonnés sont tombés en désuétude.
Une tasse au fond séché oubliée sur le radiateur en fonte.

Et le manque de lumière qui fait de mon automne une saison grise et froide.
Le ronron du chauffage qui s’est remis en route par le miracle de la technologie
Après 24 h de silence mortel.

Dehors, les corneilles picorent les dernières poires pourries
Provisions pour l’hiver.

Vais sortir pour ramasser les dernières bogues
Et lisser de mes mains les dernières châtaignes.

Et contempler le mur
C'est pas Berlin
Ici s’est écroulé tout seul
Par l’usure du temps qui scelle et puis corrompt !

17:44 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (14) | Tags : bureau, livre, araignee, mur | Lien permanent

08/01/2010

Miroir


cadre photo

Elle n’avait jamais pris le temps de se regarder dans la glace, de feuilleter ces magazines au papier glacé que l’on dit féminins.

L’image de soi n’était pas sa préoccupation première, quelques brins de maquillage destinés à cacher son teint anémique, à fondre au premier coup de vent piquant, une coiffure échevelée apprivoisée jusqu’à la sortie, un zeste de parfum vite évaporé si pas grisant.

Miroir, mon beau miroir … n’était pas la cible des contes de fées et les princes charmants ne lui étaient jamais apparus hormis dans des rêves aussi vite dilués, sans doute bribes de films romantiques restés quelque part en persistance rétinienne.

Son prince charmant, pourtant, bien plus tard, elle l’avait rencontré sur la toile, bercée par de belles paroles et comme dans Cendrillon, il avait disparu quelques minuits plus tard, lui laissant quelques volutes éparses de souvenirs, après une tentative de matérialisation ébauchée et avortée
.

22:50 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (16) | Tags : miroir, image, conte de fees, cendrillon | Lien permanent

05/01/2010

Route d’hiver


La pluie fine s’éparpille sur le pare-brise.
Les essuie-glaces gloutons éraflent le verre strié d’eau. Pluie trop diluée, gouttes microscopiques.

Souvenir d’un autre soir d’hiver. En Suisse. Route de nuit dans sa profonde obscurité.
Au bout du tunnel, l’enfer blanc.

pneus neige_ 7 IMG_6175

 

Un cortège de flocons s’abat sur la carrosserie, effrayant défilé de fantômes virevoltants.
La voiture s’ébranle, indépendamment de la volonté du conducteur, vole au-dessus de la surface poudreuse, nevaplanage.

Ivresse feutrée. Cruelle alternative.
A gauche, à deux pas d’un gouffre béant.
A droite à quelques millimètres d’une voiture arrivant à contresens.

Silence oppressant. Même le souffle de la respiration reste suspendu.
Adieux implicites.
Instant d’ouverture sur l’éternité.
Ou le néant.

Sera-t-il noir ou blanc ?

 

12:48 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (13) | Tags : neige, accident, eternite | Lien permanent

04/01/2010

Hommage à une superbe chanteuse : Lhasa

Lhasa est morte, cette chanteuse splendide que j'avais présentée ici le 3 octobre dernier.

 

http://saravati.skynetblogs.be/archive-month/2009-10


Une chanson en français par cette chanteuse polyglotte,  talentueuse et au répertoire sensible...

http://www.youtube.com/watch?v=0Oz5VtHG0Qk

15:41 Écrit par Saravati dans Quand la musique est belle | Commentaires (6) | Tags : lhasa, deces | Lien permanent

02/01/2010

Au temps qui apporte les voeux !

Une pluie de météorites étoilées dans un tourbillon faussement désordonné a irradié le sable feutré de son tressoir de vœux : vœux pieux, vœux fous, réalistes, utopiques…

 

sable neige 6168.jpg 6

Je me suis relevée pour pouvoir vous les lire, les peaufiner à la lueur de la connaissance imparfaite que j’ai de vous.

Au fur et à mesure de la coulée du temps qui s’éparpille, sûr que les étoiles perdront de leur éclat laissant à chacun de nous un degré varié de connivence entre souhait et vécu.

Car les vœux ont beau faire, il faut leur donner un coup de pouce pour qu’ils s’adaptent à nos egos, les grimer, les façonner, les polir avec détermination et patience.

Moi, je ne peux que traduire cette convergence en termes de mots : Meilleurs vœux, oui, toujours meilleurs…toujours partir du médiocre dans le sens initial de moyen pour accéder à un plus : plus-être, plus-avoir, plus-aimer, plus-vivre.
Aller de l’avant, écarter les limites de nos horizons et que 2010 soit le meilleur cru de votre carte des vins.

19:22 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (12) | Tags : voeux, convergence, meteorites | Lien permanent