23/11/2009

Transfuge du virtuel

Je ne savais pas pourquoi il s’était matérialisé ici
Pourquoi il n’avait pas accepté sa condition virtuelle
Pourquoi il m’avait regardée d’un air inquisiteur
Scrutant dans mes yeux une réponse à une question informulée.

Il n’avait rien à faire près de moi
Ni ici ni ailleurs
Il arrivait d’un monde, où je n’avais pas de place
A l’improviste.

Les paroles échangées plus tôt
N’avaient pas consonance de voix
Que des mots imprimés à la hâte
Sur des claviers étrangers l’un à l’autre.

Quelques soupirs alanguis, quelques parcelles de rires
Quelques envolées lyriques piquées dans un répertoire plagié
Quelques fleurs artificiellement entretenues
Quelques émois aussi, quelques sourires timides
Mais déversés parcimonieusement
Sans aucune perspective de concrétisation, jamais.

Comment avait-il pu me retrouver
Au milieu d’indices ténus ou faux que je lui avais donnés ?

Etait-il plus perspicace, plus curieux, plus épris que je n’aurais pu l’imaginer ?

D’un geste brusque, avec un sourire forcé, à la limite du rictus
Je lui fis comprendre que la discussion s’arrêtait là,
Que nous en reparlerions … plus tard.

Je savais dès cet instant que c’était fini
Que le charme du virtuel avait brûlé au contact de la réalité
Que l’écran s’était éteint
Que la liste de mes contacts serait délestée d’un de ses membres.

09:34 Écrit par Saravati dans Dérives fictionnelles | Commentaires (23) | Tags : virtuel, realite | Lien permanent

Commentaires

Très beau poème qui envoie le lecteur vers des mondes imaginaires avant de se terminer dans une réalité terre à terre. Une belle écriture certainement.

Écrit par : Marcel | 23/11/2009

Répondre à ce commentaire

Et bien là franchement je ne sais pas quoi dire...Même après deux lectures...Le charme du virtuel brûle t-il au contact de la réalité ? Drôle ce mot "contact"de nouveau...au milieu des '"contacts"...
Je n'ai jamais expérimenté, jamais encore rencontré en corps, en mouvement et en voix un de mes "contacts"...

Écrit par : Petit Poucet rêveur | 23/11/2009

Répondre à ce commentaire

Insoutenable légèreté du blog...
L’air est plein du frisson des choses qui s’enfuient !!!

Écrit par : Elisanne | 23/11/2009

Répondre à ce commentaire

La réalité difficile à accepter? rester à l'abri derrière
son clavier, la vie est ailleurs, finalement ce sont des questions sans vraies réponses :-)

Écrit par : Paquesmarcelle | 23/11/2009

Répondre à ce commentaire

Joujours une aussi belle écriture, vive, tendue à fleur de sens et de sensibilité, insolite...
Toutes mes amitiés
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 23/11/2009

Répondre à ce commentaire

Le fugace de la virtu-elle passe-t-il par des transes de vie ???
(Fond sonore : "C'était une petite fugue...")

Écrit par : JEA | 23/11/2009

Répondre à ce commentaire

merci !
( sinon j'ai remis les commentaires , z'aviez raison )

Écrit par : A. No Name Cactus | 24/11/2009

Répondre à ce commentaire

C'est le risque, on idéalise dans le virtuel,car l'autre se chante dans son plus bel apparat, puis on déchante dans la réalité, car ses oripeaux se voient...
je t'embrasse bien fort, merci pour tes textes superbes.

Écrit par : Edouard | 24/11/2009

Répondre à ce commentaire

D'abord mouiller le cheveu, quand le cheveu est bien mouillé, verser le shampoing dessus, puis malaxer, malaxer, malaxer jusqu'à l'obtention d'une masse mousseuse ; ensuite attendre un peu que le shampoing agisse uniformément puis rincer abondamment à l'eau claire. Quand il ne subsiste aucune trace de savon, sécher soigneusement. Puis brosser et mettre en forme.
Recommencer l'opération quand le cheveu est sale.

Écrit par : Schwarzkopf | 24/11/2009

Répondre à ce commentaire

Scwarzk Vous avez oublié le massage du cuir chevelu en posant les pouces sur les oreilles ...
Autrement beau programme !
Vous recevez uniquement sur rendez-vous ?

Écrit par : Saravati | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

Du vrai, du vécu...

Écrit par : C. Watson | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

Watson Pour qui, en fait, si c'est pas indiscret ?

Écrit par : Saravati | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je parlais des membres qui disparaissent des listes de contact...

Écrit par : C. Watson | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

Watson Oui pour des raisons pas toujours limpides ! Incompatibilité d'humeur ? Représailles ? Lassitude ? Fluctuations de caractère ? Influences extérieures ?
Dans mon texte, il ne se passe apparemment rien, une sorte de lubie mais ça arrive aussi !

Écrit par : Saravati | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

J'opterais facilement pour la fluctuation de caractère et la lubie. Vas savoir...

Écrit par : C. Watson | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

Ah !? Illusions perdues du virtuel :-) ça doit être drôle de ne pas reconnaître celui ou celle qui écrit. mais je suis certaine que c'est une expérience qui vaut le coup.... On peut aussi être surpris dans le bon sens du terme.

Écrit par : carole | 26/11/2009

Répondre à ce commentaire

oui, je le crois aussi comme Carole!
Peut-être qu'à l'inverse le réel prend feu au lieu de brûler le virtuel, il lui donne vie...
trés beau texte...

Écrit par : helenablue | 26/11/2009

Répondre à ce commentaire

transfuge ? je veux passer en une autre dimension , pas vous ?

Écrit par : A. No Name Cactus | 26/11/2009

Répondre à ce commentaire

Cactus Oui, pourquoi pas du virtuel au réel et vice versa selon les besoins, ce serait un procédé commode, je l'avoue.
Merci d'avoir ouvert les commentaires, je trouve ça très bien !

Écrit par : Saravati | 26/11/2009

Répondre à ce commentaire

@Marcel
Réalité et virtualité, frontières indéfinies de mondes différents ! Merci !

@ Petit Poucet
Les mêmes mots en français revêtent souvent des idées différentes, cette expérience de passage virtuel réalité peut exister, j'en ai donné une version négative mais il en existe d'autres ...

@Merci Elisanne
Jolie suite de mots frissonnants que votre commentaire !

@ Marcelle
Le clavier comme un rempart , parfois !

@ Geraldine
Merci pour cette rencontre virtuelle qui est nôtre et si enrichissante.

@JEA
Ah, si on pouvait savourer ensemble de belles transes de vie et les mordre à pleines dents !

@ Edouard
Ne sois pas si pessimiste, il existe aussi des princes charmants dégourdis et des cendrillons qui ne perdent pas leurs souliers !

@Carole
Contente de te revoir.
Ce passage peut en effet être une belle expérience pour acteurs consentants !

@ Helena
Le réel qui donne feu et vie au virtuel, une image pleine de chaleur !

Écrit par : Saravati | 26/11/2009

Répondre à ce commentaire

La rencontre n'est pas nécessaire, l'écran la rend non naturelle finalement, surfaite et peut-être inutile, délaissant la part de magie qu'impriment les lettes...

Écrit par : Brigitte giraud | 27/11/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Saravati. Un grand merci pour ton passage et ton gentil commentaire sur mon blog. Je découvre le tien avec vraiment beaucoup d'intérêt. Je retiens ton adresse pour y revenir. Amicalement,

Écrit par : Nautilus | 27/11/2009

Répondre à ce commentaire

Virturéalité
@ Brigitte
La magie de l'écran surpasserait-elle la beauté de l'expression d'un vrai visage ?

@ Nautilius
Plaisir réciproque, voyage à travers le monde et à travers les mots !

Écrit par : Saravati | 28/11/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.