04/11/2009

Folie en grains

filament  sur orange aout 2008 - 828

Un grain de folie
Est tombé sur le lit
Enrayant ta sagesse légendaire

Tu n’as rien vu
Ou fais semblant

Tu as poursuivi tes chimères
Jusqu’à la rive
Où le grain de folie s’est dispersé
En nano grains
Et ainsi jusqu’à épuisement

Et toi poussière de pensée submergée par la fantaisie
Tu ne sais plus où tu vas, qui tu es, qui tu aimes…

Tu attends ton phénix qui te réhabilitera aux yeux de ton monde si vaste et si exigu.

08:57 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (14) | Lien permanent

Commentaires

Un beau poème dans lequel le rythme présent se modifie petit à petit vers l'infini. J'apprécie.

Écrit par : Marcel | 04/11/2009

Répondre à ce commentaire

Là où la forme rejoint l'espérance du contenu. Non ton disque n'est pas rayé, la preuve ici !

Écrit par : Edouard | 04/11/2009

Répondre à ce commentaire

C'est pas mal fouetté.... Allez, où est le commandant que je lui fasse une boutonnière !!! Sissi !!!

Écrit par : Zorro | 04/11/2009

Répondre à ce commentaire

Bravo . Superbe .

Écrit par : Rose de lune | 05/11/2009

Répondre à ce commentaire

Il y a un balancement dans le texte qui vaut bien mille questions.
Le phénix, faut le réduire en cendres avant qu'il revienne, si je ne me trompe pas. En tout cas, c'est de ses cendres qu'il renaît. Y a quelque chose à brûler.

Écrit par : docteur Freud | 05/11/2009

Répondre à ce commentaire

Très beaux mots.
Ici, la mise en page prend toute sa force. On est pas loin du calligramme.
Le "En nano grains" est génial, il vient complètement casser le rythme, par l'effet des pieds plus la répétition qui fait tiquer, du coup, il créé un pause, comme un dos d'âne sur une belle ligne droite, mais la redescente se fait tout en douceur, et l'on glisse jusqu'au bout des mots, plus légèrement, tout en finesse. Bravo.
:-)
à très bientôt !

Écrit par : Simon | 06/11/2009

Répondre à ce commentaire

..."Des grains à moudre ?" devait bien être mon titre de commentaire, pas mon mail... :-/ (il est tard, plus les yeux en face des trous)

Écrit par : Simon | 06/11/2009

Répondre à ce commentaire

regard je suis venue plonger mon regard dans...
ces petits touts qui ne mènent à rien ...
ces petits riens qui englobent tout ...

Écrit par : Elisanne | 06/11/2009

Répondre à ce commentaire

On ne fait sans doute que se dire et se redire, les mêmes choses qui nous hantent, seule, l'énonciation varie et c'est bien elle qui fait toute la différence. Bonne journée à toi, bella !

Écrit par : Brigitte giraud | 07/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je me demande parfois si la folie en grains, à l'instar du café, n'est pas, de nos jours, carrément moulue et présentée "sous-vide".

Écrit par : Chr. Borhen | 07/11/2009

Répondre à ce commentaire

mais j'aime beaucoup! il a son rythme propre, il va crescendo et çà me plait!
je te souhaite un beau we! et je t'embrasse amicalement!

Écrit par : mimi | 07/11/2009

Répondre à ce commentaire

Vos commentaires me réconfortent sur la valeur et l'influence que peut avoir un grain de folie !
Qu'il soit sous vide ou en plein air !

Écrit par : Saravati | 11/11/2009

Répondre à ce commentaire

Non; ce n'est pas un disque rayé! je confirme les propos d'Edouard; chacun de ces vers offre un véritable tableau mouvant et onirique.

Écrit par : MULLER Geraldine | 14/11/2009

Répondre à ce commentaire

Merci Saravati pour ton poème !

Écrit par : fifi | 05/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.