28/10/2009

Terre étrangère

Je ne reconnais plus ces visages

Plus sombres, plus noirs

Toisant les femmes d’un regard hautain

 

Ce coin de terre où je me perds parfois

Entre deux voyages dans mon ici-bas

Est en train de changer ses couleurs

 

Je prends leur arrogance

Pour de l’indifférence

Et je passe mon chemin

Au travers de leur transparence visible

 

La nuit, les visages sombres

S’assombrissent encore plus

Sauf les nuits de pleine lune

23:13 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (12) | Lien permanent

Commentaires

Eh ben, saravati, même Arturo le pizzaiolo, vous ne le reconnaissez plus ? Alors, une 4 saisons, ça vous dit ?.... Avec un verre de Chianti !...

Écrit par : Arturo | 29/10/2009

Répondre à ce commentaire

Faux Arturo ! Arturo, l'homme aux multiples visages, il me semble, comment le reconnaître sous ses reflets changeants ?
Oui pour la 4 saisons (vous avez votre certificat au moins ?), le Chianti auxquels j'ajouterai le cappuccino, bien sûr !

Écrit par : Saravati | 29/10/2009

Répondre à ce commentaire

Bon, la pâte est en train de "monter"... je prépare les tomates concassées, les olives (vous aimez les olives ?), l'origan, le fromage... Hmmmmm... Je débouche la bouteille de vin... Quel festin !!!!

Écrit par : Arturo | 29/10/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime tout, n'oubliez pas un peu de piment dans les tomates et la mozzarella ...
Un festin fantomatique !

Écrit par : Saravati | 29/10/2009

Répondre à ce commentaire

Serait-ce la pleine lune?

Écrit par : helene | 29/10/2009

Répondre à ce commentaire

Un poème intéressant... (analyse perso)

Écrit par : Marcel | 30/10/2009

Répondre à ce commentaire

Eclaircissement please... Avez-vous écrit ce texte en plein soleil ou une nuit de pleine lune ? Je parie pour la première version.

Écrit par : Chr. Borhen | 30/10/2009

Répondre à ce commentaire

Joli texte sensible...

Écrit par : mon chien aussi | 31/10/2009

Répondre à ce commentaire

Ces visages hautains et de plus en plus nombreux,
c'est un danger sournois!
Amicalement
Marcelle

Écrit par : Paquesmarcelle | 01/11/2009

Répondre à ce commentaire

Et les nuits de peine lune, certains loups, au lieu de hurler, se mettent à danser en sublimes entrechats qui grisent l'astre blond.

Écrit par : edouard | 02/11/2009

Répondre à ce commentaire

Réponses @ Christophe
Je ne regarde ni la couleur du ciel ni le cadran de l'horloge quand me vient cette lubie d'écrire. Et puis, le plein soleil en ces jours est une denrée rare que mes moyens ne me permettent qu'à doses infinitésimales !

@ Marcelle
Ne tombons pas dans la paranoïa, chacun a droit à son coin de mieux-être quelle que soit la couleur de sa peau !

Écrit par : Saravati | 11/11/2009

Répondre à ce commentaire

Un très beau mystère; "une obscure clarté" (Corneille); une danse des visages que seuls les rêves de tes mots ont captée...
Bien amicalement
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 14/11/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.