14/09/2009

Musée à usage privé

reflets colo CF 13 sept 2009 147

J’ai fabriqué un musée de rêves pour garder intacts mes souvenirs de lui.
Il se situe quelque part dans un coin éloigné de la blogosphère, là où les distances sont fluctuantes en fonction des désirs secrets.

Tout dans ces  lieux a gardé apparence d’une authenticité émue, d’une émotion authentique.
La vérité historique revêtue à la lumière de mes pas, ces pas qui ne furent pas toujours solitaires.

J’y ai aligné sagement ses textes, ceux que j’ai pu sauver de sa bourrasque intérieure.
Ou des bris d’émotions que je reconstitue au fur et à mesure de mes pérégrinations.
Certaines sculptures sont bancales et attestent déjà d’interprétations contradictoires, d’incompréhensions irrésolues, de divergences profondes.
Certaines déclarations parmi les plus anciennes flamboient et pavoisent en grands tableaux de tendresse.

Et puis la suite des nébuleuses paroles vient greffer son long cortège au compte-gouttes, à travers des silences opaques.

Je voudrais, mais je n’ose, l’inviter à l’inauguration de ce musée chimérique tantôt  rutilant tantôt sombre.
Je sais pourtant qu’à mon invitation, il répondra d’un geste pressé, s’excusant de ses obligations, verrouillant encore davantage une porte déjà cadenassée.
Sa réaction sera ma dernière acquisition, celle qui matérialisera l’inanité de mes efforts.

Je resterai seule entre ces murs virtuels, dans cet espace perdu qui, finalement, n’aura jamais existé que pour moi.
Je te salue, Illusion. Bonjour, Amertume !

09:16 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (15) | Tags : musee, silence, illusion | Lien permanent

Commentaires

C'est pas mal, ça, un musée d'images. L'épuisement du temps et tant pis si l'écho n'est pas celui qui était prévu, Saravati, il résonnera pour d'autres et d'autres encore...

Écrit par : Brigitte giraud | 14/09/2009

Répondre à ce commentaire

Je voudrais bien semer la zizanie ici mais je ne peux pas... Je marche à pas feutrés. J'ai envie de murmurer... Dame, si c'est un musée, j'y suis bien obligé. :)

Écrit par : mon chien aussi | 14/09/2009

Répondre à ce commentaire

@saravati. Je suis désolé, le blog de Borhen s'est mis à déconner et je n'ai plus réussi à vous envoyer mes réponses. J' dis ça, des fois que vous croiriez que je raccroche comme ça en pleine conversation.

Écrit par : mon chien aussi | 14/09/2009

Répondre à ce commentaire

Mon chien aussi J'ai trouvé la solution, nous avons été manipulés, j'ai fait des tests chez CB, il faut regarder les coms du 14 septembre vers 19h.

Écrit par : Saravati | 14/09/2009

Répondre à ce commentaire

Bon, j'ai trouvé... Effectivement, ça fonctionne mais le temps est bousculé... :D

Écrit par : mon chien aussi | 14/09/2009

Répondre à ce commentaire

Plurielle De l'illusion à l'amertume ? N'y a t-il point une autre issue ?

Écrit par : Myel | 14/09/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas si j'ai compris, mais le mystère même de ce texte me parle, ou plutôt me chuchote quelques sentiments cruels...Ecrire ? mais pour qui ? Quand les amis sont loin, quand le virtuel l'emporte et que les mots ne sont plus qu'une amère illusion.

Écrit par : carole | 14/09/2009

Répondre à ce commentaire

Tiens, je me fendrais bien d'une note sur "la muse à usage privé". Qui verra vivra.

Écrit par : Chr. Borhen | 15/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ Christophe
Si ça vous a muse, pourquoi pas !

Écrit par : Saravati | 15/09/2009

Répondre à ce commentaire

Vos phrases sont mystérieuses mais vos mots toujours aussi beaux.

Écrit par : P_o_L | 15/09/2009

Répondre à ce commentaire

oui mais... il y a quand même ces pas qui ne furent pas toujours solitaires, ces bris d'émotions, ces tableaux de tendresse et autres souvenirs une richesse qui te permet de créer ce joli musée. je crois qu'il est plus important d'avoir ces flambloyances là que le petit quotidien morne, celui qui ne laisse rien que ces moments passés côte à côte sans avoir rien à discuter que le programme de la télé. au moins, les instants que tu as dans la tête sont-ils TES instants et non ceux vécus à travers une lucarne.
alors, es-tu vraiment seule au moment où tu nous parles de ces souvenirs dans ton musée personnel???
bonne journée, je t'embrasse!!!!

Écrit par : mimi | 15/09/2009

Répondre à ce commentaire

Un texte toujours aussi beau, aussi flamboyant dans le mystère de ses images et de ses mots; une très belle langue!
à bientôt!

Écrit par : MULLER Geraldine | 15/09/2009

Répondre à ce commentaire

Bonne idée le musée des rêves. Il faudra que j'y songe.

Écrit par : Philippe D | 15/09/2009

Répondre à ce commentaire

Un musée nécessaire..etle tien est loin d'être statique... il vit encore, connait des soubressauts.... C'est bien et
surout c'est superbement écrit !
Bye !

Écrit par : Or | 19/09/2009

Répondre à ce commentaire

Musée ... Musée à usage privé

@ Brigitte
Chacon de nous a la potentialité de tirer derrière lui son musée d’images, poids ou réconfort.

@ mon chien aussi
Je ne vous répondrai pas, de peur de briser votre silence à musée !

@ Myel
Il faut l’espérer, la solution ne peut être qu'en chacun de nous.

@ Carole
Ecrire pour soi, d’abord, le virtuel n’est pas qu’une fiction, derrière lui, des personnes existent et parlent, même si on ne les touche pas !

@ P_o_L
Ah, si tout mystère pouvait révéler sa part de beauté ! Merci.

@ Geraldine
Mystère : précieux mélange d’ombre et de lumière !

@ Mimi
Tu crois toujours que c’est du vécu, mais la fiction est aussi une composante de mon écriture, et plus que tu ne le penses, peut-être !

@ Philippe
Si le songe peut embellir la vie, oui !

@ Or
Tout ce qui relève du monde des pensées n’est jamais statique, tu le sais bien, tu le vis à travers ton propre univers !

Écrit par : Saravati | 24/09/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.